Une consécration pour l’Association sportive de Bondy !

 ???????????????????????????????

L’association sportive de Bondy (ASB) a obtenu la lame d’or du meilleur club de l’année 2012 en escrime !

Cette distinction a été remise à Bernard Verrier, président de la section escrime de l’ASB,  dimanche 27 janvier 2013 lors du tournoi international de fleuret de Paris

Deux critères importants sont pris en compte pour obtenir cette récompense :

  • La qualité de la formation
  • L’activité du club

Je souhaite donc saluer aujourd’hui les maîtres d’armes, Pascal Ignace pour l’ensemble des catégories, Harold Lefèvre et Richard Robin pour les plus jeunes, et faire part de toutes mes félicitations aux bénévoles, notamment Brigitte Nguyen et Mélanie Verrier qui réalisent un travail important auprès de leur président Bernard Verrier.

 

Le club de Bondy ce n’est pas seulement nos deux championnes de niveau mondial, Joséphine Jacques André Coquin et Lauren Rembi, mais aussi tout un club qui travaille, forme et éduque de jeunes Bondynois.

Le partenariat avec le collège Brossolette (voir le prochain Reflets) devrait permettre à notre club de continuer à progresser.

 

Encore bravo à tous!

Philippe Gauthier, adjoint en charge des politiques sportives.

 

Publicités

PASS NAVIGO UNIQUE : Qu’est-ce que c’est ?

pass unique

Une région, une seule zone, un seul tarif. C’est ce que portent les élus régionaux écologistes depuis 2010. Cette mesure d’égalité entre tous les habitants leur permettra de se déplacer partout en Ile-de-France pour le même prix. Retour sur ce projet de Pass Navigo Unique.

1. Un engagement de la campagne régionale de 2010

  • Pour renforcer la cohésion territoriale et le droit à la mobilité, la liste Europe Ecologie Les Verts, menée par Cécile Duflot, a défendu la création d’un « Pass Vert» lors de la campagne des régionales en 2010. La vocation de ce Pass était de permettre l’utilisation des transports en commun dans l’ensemble de l’Ile-de-France au tarif unique de 65 euros.
  • Au second tour, cette proposition a été intégrée dans le programme commun de la gauche et des écologistes. Le Pass est ainsi devenu un engagement de la majorité régionale (PS, EELV, Front de gauche…)

2. Le parcours législatif et technique de la mesure

  • En décembre 2011, la suppression des zones tarifaires a été votée par le conseil régional dans le cadre d’un protocole d’accord portant sur la réforme de la tarification des transports franciliens. Ce protocole a ensuite été validé par le STIF, le Syndicat des transports d’Ile-de-France.
  • Première étape vers la suppression des zones tarifaires, le dézonage du week-end a été mis en place comme prévu en Septembre 2012. Cette mesure a eu un succès immédiat : de 175 000 à 200 000 franciliens – dont beaucoup d’automobilistes – choisissent les transports en commun pour se déplacer les week-ends en Ile-de-France.
  • Au 1er janvier 2013, le complément de parcours a été instauré. Il permet aux voyageurs de dépasser la limite de leurs abonnements en ne payant que la partie supplémentaire du trajet.
  • Avant-dernière étape avant la mise en place complète du Pass Unique : le dézonage intégral des vacances d’été en 2013.

3. Un financement à préciser    

Il est primordial de poursuivre et d’accélérer les travaux de modernisation et de création de nouvelles lignes pour désenclaver le territoire. Il est en outre hors de question de faire peser sur les usagers le poids financier de cette mesure. Il faut donc dégager des ressources supplémentaires pour financer le dézonage, une mesure évaluée entre 300 et 500 millions d’euros.

  • Le moyen le plus direct de dégager de nouvelles ressources est l’harmonisation du Versement Transport, l’impôt payé par les entreprises de plus de neuf salariés pour financer les transports publics. En effet, selon leur situation géographique, les taux d’imposition des entreprises franciliennes ne sont pas les mêmes. Ils varient de 1,7 à 2,6% de la masse salariale brute.

La proposition des écologistes est de faire contribuer l’ensemble des entreprises franciliennes à hauteur de 2,6%, ce qui permettrait de dégager 800 millions d’euros supplémentaires par an. Le       financement du Pass serait ainsi pérennisé et le dividende irait renforcer les fonds pour l’amélioration de l’existant ou le développement de nouvelles offres. Ceci sans impact trop pesant pour les sociétés concernées.

Comme il s’agit d’une taxe, c’est au Parlement de faire évoluer les textes. C’est l’une des raisons de cet appel aux parlementaires par les élus écologistes à la Région.

  • D’autres possibilités de financement vont être ouvertes avec l’acte III de la décentralisation. La région Ile-de-France pourrait dans ce cadre, bénéficier de ressources nouvelles qu’elle gérerait comme elle l’entend et donc qu’elle pourrait affecter à cette mesure. Les modalités sont actuellement en cours de discussion, d’où cet appel des élus écologistes au gouvernement.

 

 Pour soutenir le projet, vous pouvez signer la pétition citoyenne pour un appel aux parlementaires sur le financement du pass unique :  http://tarifunique.fr/ ou vous rendre sur la page facebook http://www.facebook.com/Tarifunique

L’école à Bondy, qui fait quoi ?

école Pierre Curie

En septembre 2012, 6400 enfants ont repris le chemin des écoles maternelles et élémentaires publiques de Bondy.

Pour la ville, l’éducation est une priorité. Parce que l’entretien et le fonctionnement des écoles maternelles et primaires relèvent de sa compétence, mais aussi et surtout parce que nous voulons donner le maximum de chances de réussite aux enfants.

L’excellence pour tous c’est l’ambition de la ville en matière d’éducation !

Afin de mieux comprendre le fonctionnement et les compétences de la ville en matière d’éducation, cet article vous propose de faire le point sur les activités relevant de la compétence de la ville de Bondy, et celles relevant de l’éducation nationale.

La vie de l’école

Ce qui est géré par la ville de Bondy

  • Les bâtiments : Construction, rénovation, entretien des écoles;
  • L’intendance : L’approvisionnement des écoles en mobilier, matériel vidéo ou informatique, jeux de cour ou instruments de musique, mais aussi les fournitures scolaires;
  • Restauration scolaire : Organisation, réchauffage et distribution des repas, mais aussi gestion des tarifs de la cantine, avec une participation financière des familles;
  • Sectorisation : Définition, en fonction des quartiers et de la densité de population, des secteurs scolaires pour déterminer dans quelle école ira votre enfant lorsqu’il sera inscrit;
  • Voyages scolaires et projets pédagogiques : Financés par la ville, de même que des activités culturelles, sportives ou artistiques.

Ce qui est géré par l’éducation nationale

  • Programmation et rythmes scolaires : L’Etat, via le ministère de l’Education nationale, a la responsabilité des contenues des enseignements et établit les programmes et les rythmes scolaires;
  • Décide de l’ouverture et de la fermeture des classes.

Les personnels de l’école

Personnels de la ville de Bondy

  • Les gardiens : Ils informent, accueillent, orientent les visiteurs et assurent la surveillance et la sécurité de l’établissement. Ils sont présents aux heures d’entrée et de sortie des enfants. Ils peuvent également réceptionner le courrier et transmettre les appels.
  • Les agents techniques : Dans les écoles élémentaires, ils entretiennent les locaux quotidiennement et maintiennent dans un état constant de propreté et d’hygiène les classes, sanitaires, cours de récréation, matériel pédagogique etc.
  • Les agents spécialisés des écoles maternelles : Recrutés sur la base d’un CAP petite enfance, ils aident les enseignants pour les activités pédagogiques et l’hygiène des enfants, entretiennent les locaux et le matériel scolaire.
  • L’équipe d’animation : Composée des directeurs de centres de loisirs et d’écoles,   des animateurs et professeurs, l’équipe encadre les enfants pendant la pause méridienne, le soir après l’école, le mercredi et pendant les vacances.

Personnels de l’éducation nationale

  • Les directeurs/trices d’écoles : Ils veillent au bon fonctionnement de l’école et au respect de la réglementation, ainsi qu’aux relations avec les familles;
  • Les professeurs des écoles : Ils assurent les enseignements. Des enseignants spécialisés et psychologues scolaire membres des RASED (réseau d’aides spécialisés aux élèves en difficulté) peuvent intervenir pour soutenir les enfants;
  • Les Auxiliaires de vie scolaire (AVS) : En collaboration avec les enseignants, ils peuvent accompagner dans leur scolarité et leur quotidien à l’école un ou plusieurs enfants en situation de handicap;
  • Les médecins scolaires : Assurent des missions de prévention, de diagnostic et d’accès à la santé, en  lien avec les assistants sociaux scolaires. 

Oui au débranchement du Tram T4 !

 

T4

Le projet de débranchement est destiné au désenclavement des communes de Clichy et Montfermeil. Il a été lancé puis acté sous les présidences de Jacques Chirac puis Nicolas Sarkozy (Plan Espoir Banlieues).

Il est financé par l’Etat et par la  Région Ile-de-France (50 % chacun).

Le Syndicat des Transports d’Ile-de-France (STIF), chargé de sa réalisation, a mené la concertation publique depuis 2009. Le souhait principal des habitants de Clichy et de Montfermeil qui se sont exprimés, et de leurs municipalités, est de pouvoir atteindre bien plus facilement le tram train T4 pour accéder prioritairement au RER E vers Bondy, ou au RER B vers Aulnay ; c’est ce que permet la position « centrale » de la gare de Gargan sur la ligne dite « des Coquetiers ».

C’est pour ces raisons que les Verts des Pavillons et de Clichy ont dès le début de la concertation publique soutenu le tracé 4, maintenant retenu, le tracé qui traversait la RN3 ayant été abandonné.

Nous n’ignorons pas les difficultés que vont entraîner les travaux, particulièrement autour de Gargan : déplacement de la gare, lourds travaux avenue de la République à Livry, problèmes de stationnement et gènes pour le marché de Chanzy, autobus de substitution durant plusieurs mois etc.

Nous demandons que ces difficultés soient justement prises en compte par le STIF, tant pour les riverains que pour les activités commerciales, et pour les usagers des transports.

 

Cependant nous déplorons l’opposition systématique et excessive à ce projet :

Partout où de telles infrastructures urbaines ont été réalisées le schéma est le même : hostilité au projet, avant et pendant les travaux, puis tout le monde est content et en profite : commerçants et usagers. Après avoir crié contre la réalisation du T4, qui s’en plaint aujourd’hui ?

Ce projet, même s’il va coûter plus cher que prévu est budgétisé. Alors que le Grand Paris Express, surtout dans sa partie Est, reste un projet aux contours mal définis et est sans cesse repoussé bien au-delà de 2025, les habitants de Clichy et de Montfermeil veulent plus que de lointaines promesses.

 

Nous les comprenons et les soutenons.

 

Réunion publique: Présentation du projet de rénovation de l’école maternelle du Mainguy

perspective-ext-basse-def-1.jpg                                                                                                               Brice Launay

Mardi 22 janvier 2013, Madame Sylvine Thomassin, maire de Bondy, se rendra à 18h30 dans le préau de l’école maternelle Mainguy pour rencontrer parents, enseignants et habitants, au sujet de la rénovation de l’école maternelle.

En présence du cabinet d’architecte RANDJA, le projet de rénovation sera en effet présenté et les détails des travaux, qui commenceront à l’été 2013, seront exposés.

L’objectif de cet important projet de rénovation est de permettre à l’école maternelle du Mainguy de pouvoir répondre, dès la rentrée 2014, aux besoins sans cesse croissants en termes d’effectifs.

Ce projet, qui se veut innovant tout en respectant la structure historique en meulière du bâtiment, associera bois et verre, à travers une structure nouvelle qui viendra se poser en hauteur au-dessus de la cour de récréation et d’une partie des bâtiments actuels.

Pour plus d’informations sur le projet, n’hésitez pas à appeler le secrétariat de Patrick Sollier, adjoint en charge des politiques éducatives, au 01 48 50 53 04.

Bienvenue sur notre nouveau Blog !

Dans un souci de clarté, de visibilité  et de lisibilité, nous avons entièrement refondu notre blog afin de nous permettre de partager plus d’informations avec vous, habitants de Bondy et des Pavillons-sous-Bois.

Nous souhaitons à travers ce blog continuer à vous informer des actualités en matière de développement durable et d’écologie, des énévements et manifestations au niveau local et national, mais aussi des actions et actualités de vos élus au quotidien.

En vous souhaitant une bonne navigation !

Passage et stationnement en Seine-Saint-Denis de trains chargés de déchets nucléaires

info voyageurs nucléaire

Le 13 Décembre 2012 vers 9 heures un train en provenance des Pays-Bas, en route pour l’usine de retraitement des déchets nucléaires de la Hague, est resté pendant plus de 12h dans la gare de triage de Drancy à une centaine de mètres de la gare du RER B, d’un stade, en milieu urbain dense. Il contenait 6,7 tonnes de combustible usagé à base d’uranium. Malgré une réglementation très stricte, aucun des maires des communes environnantes n’a été prévenu à l’avance.

Le 5 Janvier 2013 à 12h15 un nouveau convoi est repéré à proximité immédiate des quais du RER B à Drancy. Il ne repartira que le lendemain entre 20h et 21h15.

Le mardi 8 Janvier idem. La préfecture, interrogée par les élus locaux répond que pour les deux derniers, les wagons sont vides. Pourtant le panneau « radioactivité » est appliqué et cadenassé sur les wagons…

Ces wagons appelés « castor », reconnaissables par leur forme et leur couleur blanche, émettent des rayons qui se propagent à plusieurs dizaines de mètres et font courir des dangers au personnel de la SNCF, des forces de l’ordre et aux riverains. Le maire PCF et le député-maire UDI des communes proches, la sénatrice EELV Aline Archimbaud, le président PS du conseil général (sur proposition du conseiller général EELV Jean-François Baillon) ont interpellé le préfet de la Seine-Saint-Denis, ainsi que la ministre de l’écologie pour agir afin que cesse ce scandale.

Extraits de la question adressée à Mme la ministre de l’écologie, du développement durable et de l’énergie, par Mme Aline Archimbaud :

« Il est inadmissible et irresponsable qu’un train chargé de déchets radioactifs circule sur les voies ferroviaires empruntées chaque jour par des dizaines de milliers de voyageurs et traverse des zones fortement urbanisées malgré la dangerosité de son chargement. En effet, les wagons émettent des rayonnements gamma qui se propagent à plusieurs dizaines de mètres, mettant ainsi en danger le personnel à bord des trains, les forces de l’ordre et les riverains. Compte tenu non seulement du passage du convoi en milieu urbain dense, de la virulence des radiations émises mais aussi, et surtout, de son stationnement de plus de 12 heures en gare de triage de Drancy, à quelques mètres de la gare RER qui est bondée à 18 heures, de la proximité du stade de football Paul André, de la présence de nombreux enfants à cette même heure et de la proximité des habitations des riverains, les risques pris sont énormes. De plus, à 14h, deux autres wagons « castor » ont été accrochés au convoi. Nous supposons qu’il puisse s’agir de combustibles nucléaires usagés français. D’où proviennent-ils ? Par où sont-ils passés ? Où ont-ils été stockés ? Pendant combien de temps ? »

 « Il est impératif que l’industrie nucléaire reconnaisse enfin le problème de la gestion et du stockage de ses déchets ! Pourquoi les élus locaux concernés n’ont-ils pas été prévenus de ce passage et de ce stationnement de longue durée sur leur territoire ? Quelles sont les autres villes dans lesquelles ce convoi est passé, a stationné et quelles mesures a-t-elle prises ? Par ailleurs, si, comme elle l’a répondu à Jean-Christophe Lagarde lors de sa question à l’Assemblée nationale, « l’application des contraintes réglementaires et les débits de dose à proximité du véhicule sont (…) très strictement contrôlés » et qu’il n’y a donc pas de danger, pourquoi éviter les heures de pointe et stationner le convoi pendant plus de douze heures ? »

Le choix du nucléaire a été fait de la manière la plus antidémocratique qui soit. L’opacité est toujours de mise aujourd’hui, que ce soit sur les matières premières, les risques, la gestion des déchets ou encore le coût réel de la filière.

  • La matière première, l’uranium, n’est pas inépuisable. Les stocks français sont épuisés depuis de nombreuses années et l’uranium est désormais importé. Son contrôle engendre conflits et prise d’otages.
  • La santé des travailleurs est régulièrement mise en danger.
  • Le coût soi-disant faible de la filière ne tient pas compte des coûts de démantèlement des centrales nucléaires en fin de vie et encore moins de la gestion des déchets durant des milliers d’années.

Malgré cela, le nucléaire ne se discute pas, il s’impose chez des élites, les technocrates, les industriels…Les populations ne sont ni consultées, ni informées mais en revanche on leur propose de toujours consommer plus d’énergie.

Nous, élus locaux, citoyens, sommes méprisés par le lobby du nucléaire qui se croit au-dessus des lois et des procédures.

Il est indispensable de s’emparer de ce sujet, en le considérant en tant que sujet sérieux, et en le traitant sérieusement !