1er mai : les écologistes appellent à la mobilisation pour l’emploi !

Le chômage progresse dans toute l’Europe. En France, ce sont plus de mille nouveaux demandeurs d’emploi qui, chaque jour, aggravent des chiffres déjà intolérables.1er mai recto

La précarité ronge les conditions de travail et de vie. Ce qui est en cause, c’est le modèle économique qui produit ce désastre, et qui est entré profondément en crise.

Et cette crise n’est ni surprenante ni conjoncturelle. Pour en sortir, il est temps de changer de modèle.

 

Les solutions existent, elles sont écologistes !

 

Les écologistes proposent de tirer les leçons des erreurs passées : les emplois de demain sont dans la transformation écologique de l’économie. Créer de l’activité en économisant les ressources et l’énergie, parce qu’elles s(er)ont plus rares et plus chères ; investir dans le changement de nos modes de vie et de production (des voitures moins consommatrices, des transports collectifs, un habitat rénové pour réduire les besoins énergétiques…) ; engager la mutation de notre appareil industriel vers les secteurs d’avenir. C’est possible, c’est nécessaire et c’est urgent. D’autres pays ont engagé la transition, et créé des centaines de milliers d’emplois nouveaux, durables et non délocalisables. En France, on peut créer en quelques années plus de 600 000 emplois dans la rénovation, l’isolation, le chauffage et la construction ; plus de 130 000 emplois dans les énergies renouvelables.

 

Ensemble nous pouvons agir pour de nouvelles règles du jeu

1er mai verso

  • L’Accord national interprofessionnel (ANI) a permis de rouvrir un dialogue social longtemps malmené par les gouvernements de droite. Malgré les avancées qu’il porte, cet accord reste to
    utefois très déséquilibré (raison pour laquelle les parlementaires écologistes n’ont pas approuvé le texte au Parlement).
  • Il est pourtant essentiel que se poursuive et s’amplifie le DIALOGUE SOCIAL. Les chantiers ne manquent pas, laissés à l’abandon par dix années de fuite en avant : sécurisation des parcours professionnels, conditions de travail effectivement respectueuses des droits, réduction et encadrement du recours aux temps partiels, résorption de la précarité, égalité professionnelle entre les femmes et les hommes…
  • La TRANSITION ÉCOLOGIQUE, c’est aussi aller plus loin. Anticiper les mutations, pour ne pas les subir : formation tout au long de la vie, partage du travail, diversification et relocalisation des activités, économie du recyclage et de la réparation… L’économie verte crée des emplois et répond aux défis de l’avenir !
Publicités

Rythmes scolaires : le choix de Bondy

La réforme des rythmes scolaires à Bondy avance à grand pas. Un millier de bondynois ont participé à la concertation lancée par la Ville pour choisir quelle journée d’enseignement sera proposée à nos enfants dès la rentrée 2013. Découvrez la journée type de votre enfant à l’école !

DSC_8997

L’hypothèse 2,  qui propose une fin des enseignements à 15h45 et la demi-journée supplémentaire pour le mercredi matin,  a été largement plébiscitée avec 368 voix sur 787 bulletins exprimés. Les conseils d’écoles qui se sont tenus la première quinzaine d’avril ont confirmé ce choix, avec 18 écoles qui se sont prononcées pour cette même hypothèse.

 

LA VILLE APPLIQUERA L’HYPOTHESE 2

Le bilan de la concertation a conditionné le choix de la ville, qui appliquera donc l’hypothèse 2, dans le respect du choix de la communauté éducative: Fin des heures d’enseignement à 15h45, et demi-journée supplémentaire d’enseignement le mercredi matin.

Cependant,  en cohérence avec des activités de qualité et afin de pouvoir offrir un temps plus conséquent aux enfants pour les activités périscolaires et  permettre une organisation réussie de ces dernières, la Ville à fait le choix de moduler les horaires des activités périscolaires de 15h45 à 16h45.  L’avantage de cet aménagement sera de déployer plus facilement les activités périscolaires et le personnel d’encadrement nécessaire.

 

UNE JOURNÉE TYPE

La journée d’école pour votre enfant se déroulera de la manière suivante :

  • 7h45 – 8h20 : Garderie (pour les enfants inscrits)
  • 8h30 – 11h30 : Enseignement
  • 11h30 – 13h30 : Pause méridienne
  • 13h30 – 15h45 : Enseignement
  • 15h45 – 16h45 : Activités périscolaires (sur la base du volontariat, sur inscription des familles)
  • 16h45 – 18h/18h30 : Etude / garderie (pour les enfants inscrits)

 

DES COMITÉS DE SUIVI DANS CHAQUE ECOLE

Des comités de suivi seront mis en place dans chaque école de la ville pour définir collectivement le projet de l’école. Ils seront composés :

  • Une coordination : le responsable du périscolaire, le directeur ALSH
  • Un représentant de la municipalité : l’élu siégeant au conseil d’école / En cas de nécessité, un cadre de l’administration
  • Les représentants de parents d’élèves
  • Le personnel encadrant (animateurs, enseignants, intervenants extérieurs…)
  • Les enseignants qui le souhaitent
  • Des représentants des parents volontaires qui se sont manifestés

La plénière de lancement de ces comités aura lieu mercredi 15 mai 2013, à 19h en salle des fêtes à l’Hôtel de ville de Bondy, en présence de Madame la Maire, de ses adjoints, et de Monsieur Olivier Charrière en tant que représentant de l’éducation nationale.

Les réunions par école auront ensuite lieux les jeudi 23 mai, jeudi 13 et jeudi 27 juin.

Un cahier des charges précis et commun sera présenté par la mairie lors de la plénière de lancement, afin de permettre une cohésion de ces comités et une harmonie dans la définition collective des différents projets d’école.

Ces travaux constitueront un préalable essentiel pour une élaboration réussie de notre projet éducatif du territoire (2013-2015).

 

L’ENGAGEMENT DE LA VILLE

Afin d’accompagner l’aménagement de ces nouveaux temps, la ville mettra à disposition une dotation financière pour les écoles : Une dotation annuelle de 4 euros par atelier « généraliste » et par enfant, une dotation annuelle de 12 euros par atelier « spécifique » et par enfant, le tout à raison de 3 ateliers « généralistes » et 1 atelier « spécifique » par enfant et par semaine, soit 24 euros de dotation annuelle par enfant.

Exemples :

  • Maternelle Jean Zay : 6 classes, 150 enfants => 3600 euros / an
  • Maternelle Jules Ferry : 11 classes, 297 enfants => 7128 euros / an
  • Elémentaire guillaume Apollinaire : 16 classes, 400 enfants => 9600 euros / an

Soit à l’échelle de la ville : 6400 enfants => 153 600 euros de dotation annuelle aux écoles en fonctionnement et investissement (hors salaires)

 

Patrick Sollier, adjoint en charge des politiques éducatives

Retour sur le conseil municipal du 18 avril 2013

cropped-eelv-bondy-pavillons-carrc3a9.png

Intervention sur la décision 13-12 : approbation de la modification n°1 du PLU – Philippe Gauthier

 

Comme nous en avions fait part dans notre contribution lors de l’enquête publique sur le projet de modification, nous sommes tous conscients que notre ville est très dense, mais nous regrettons que le PLU ne prévoit rien pour empêcher l’émergence d’immeubles et la densification massive à l’encontre des pavillons, notamment des pavillons de caractère. Une distinction entre zones pavillonnaires à préserver et zones constructibles comme la ZAC du canal, où il est compréhensible de construire des immeubles, nous aurait semblé importante.

Nous aurions souhaité que la zone comprise entre la gare et l’hôtel de ville (en particulier rue Carnot, rue de la République ou rue Roger Salengro) soit retravaillée. Nous comprenons que cette zone soit une zone « dense » car c’est une zone proche des moyens de transport, mais il nous semble nécessaire de préserver les pavillons remarquables qui existent dans cette zone. Le règlement actuel ouvre la porte à de multiples constructions de petits immeubles. Est-ce souhaitable pour notre ville? Nous ne le pensons pas.

Nous avions également demandé à ce que le bonus pour construire plus haut ne soit accordé que lors de constructions à énergie passive. Nous aurions alors été réellement en avance sur la loi.

Nous comprenons la nécessité de modifier notre PLU pour permettre la réalisation d’un projet spécifique qu’est la reconstruction du foyer de jeunes travailleurs. En dehors de l’intérêt de ce projet, cette modification ne nous choque pas car le bout de la zone concernée touche directement l’avenue Gallieni, et s’inscrit donc dans une cohérence avec celle-ci.

Cependant, nous ne comprenons toujours pas pourquoi un certain nombre d’autres modifications sont proposées et donc imposées aux habitants. Il serait logique à notre sens que ce soit aux promoteurs de s’adapter au PLU et pas au PLU de s’adapter aux promoteurs, notamment pour la zone de la ZAC et le quartier De Lattre.

Nous nous étions abstenus lors du vote de ce PLU en 2011, nous voterons contre cette délibération aujourd’hui. Nos remarques n’ont pas été prises en compte et nous considérons, et ce depuis 2011, que ce PLU ne va pas dans le sens d’un mieux vivre dans notre ville.

 Philippe Gauthier, maire adjoint en charge des politiques sportives

Intervention sur la décision 13-12 : approbation de la modification n°1 du PLU –  Précisions de Maribé Durgeat

Le groupe EELV n’a pas voté pour le PLU en 2011 et ne le regrette pas. En effet, depuis que ce PLU est entré en vigueur, on ne peut que noter la subite transformation du centre ville. Les bétonneurs n’attendaient que ça pour se précipiter à l’assaut des pavillons, qu’ils soient remarquables ou pas !  Et quand on abat les pavillons, on détruit inexorablement les jardins avec tous leurs arbres et leurs espaces cultivables.

Nous n’allons pas revenir sur les notions de densification, maintes fois évoquées dans ce Conseil. Si on écoute les bonnes raisons de la densification, c’est essentiellement pour conserver les terres arables aux alentours des grandes villes, c’est aussi bien sûr, pour réduire les charges et la pollution induites par les transports mais on en parle moins. On agit donc d’un côté pour conserver les terres et de l’autre, on les bétonne, c’est un peu incompréhensible, non ?

Avec ce projet de densification des villes, combien d’arbres fruitiers et de terrains de terre riche pour d’éventuels potagers  disparaissent ? La culture de légumes et de fruits au sein des villes, quoi de plus proche ? Avec la crise à tous les niveaux, il faudra peut-être un jour pas si lointain que ça, que chacun se remette à cultiver son jardin. Il ne faut pas oublier non plus que les grands arbres aident à lutter contre la pollution et sont nécessaires pour la biodiversité, ou encore pour rafraîchir les villes en cas de fortes chaleurs. Ils apportent aussi une sensation de bien être, de paix dont on a tant besoin dans nos villes.

A quand une vraie décentralisation ? Est-ce raisonnable d’entasser ainsi les habitants, de voir tous les espaces publics envahis de véhicules encore bien présents même s’il faudrait qu’il y en ait moins ?

Aujourd’hui, on essaie de nous faire valoir qu’avec ce PLU,  les aménageurs ne peuvent toujours pas arriver à leurs fins : pouvoir construire plus (et même plus haut pour un secteur), et qu’il faut donc envisager plusieurs modifications pour faciliter leurs projets.

D’un côté, il y a des raisons pratiques pour la construction, si on ne modifie pas, on ne pourra pas faire le nombre d’appartements prévus ;  des rez-de-chaussée à moins de 5m, ce n’est pas viable pour les architectes ; si on ne relève pas la hauteur d’un secteur, on ne pourra pas construire assez de logements pour le  foyer de jeunes travailleurs (cela serait, à la limite, le seul point acceptable mais il doit bien y avoir d’autres solutions) ; il faut changer aussi la formule H=L en H=L+5 à un endroit pour pouvoir construire sans être gêné par les différences de niveau du sol ; pour le quartier du centre, pareil, on veut nous faire voter qu’une terrasse plantée sans accès pour la population équivaut à un espace vert, de qui se moque-t-on ? Nous n’allons pas énumérer toutes les modifications du PLU mais cela montre que voter ces modifications renforcera encore un peu plus cette volonté de construire toujours plus et partout.

D’un autre côté, on s’aperçoit quand même qu’il se passe de drôles de choses dans les quartiers pavillonnaires depuis que le PLU de 2011 a été voté. Les entrepreneurs se croient tout permis surtout que dans certaines zones, les exigences sont moins contraignantes,  les propriétaires sont encouragés à augmenter la hauteur de leur pavillon, du coup, un pavillon peu vaste peut se transformer en multiples appartements sans problèmes, les marchands de sommeil n’attendaient que l’excuse de la densification à outrance. Il n’y a plus beaucoup de solutions pour empêcher ça sauf d’exiger sans aucune garantie sur le long terme, que les promoteurs trouvent des parkings à proximité de la construction, les contrôles ne seront pas vraiment possibles.

Les futurs immeubles vont bientôt sortir de terre, essentiellement concentrés, pour le moment, sur la rue Carnot.  Très peu de places de stationnement prévues comparativement au nombre de logements construits ! Il y a déjà des problèmes de stationnement sur de nombreux trottoirs du quartier alors qu’il n’y a pas encore les nouveaux immeubles ? Il faudra, bien sûr, s’orienter vers un monde avec moins de voitures mais ce n’est peut-être pas en mettant la charrue avant les bœufs qu’on va pouvoir être efficaces. Comment va-t-on redonner un caractère de vie à toutes ces villes défigurées, éventrées et finalement toutes uniformes car malheureusement, ce phénomène n’a pas lieu qu’à Bondy.

La spéculation est aussi au rendez-vous, les gens, attirés par les propositions avantageuses des promoteurs, n’hésitent pas à vendre leur bien pour la démolition, maisons très récentes et même neuves parfois. Quel gâchis de matières premières !

Nous avons eu,  au sein de la majorité, quelques discussions sur ces modifications et on ne peut que constater, en lisant les résultats de l’enquête publique, qu’aucune de nos propositions n’a été retenue. On a l’impression que les concessions se font un peu toujours dans le même sens. La majorité plurielle comme ici à Bondy, pourrait laisser croire que les spécificités de chacun peuvent avoir un écho, c’est d’ailleurs tout à fait possible sur certains sujets, mais sur le PLU, on voit que c’est vraiment impossible. Pourtant sur plusieurs points, il n’aurait pas été très difficile de trouver  un consensus ! Le bonus écologique, par exemple, aurait dû être réactualisé pour exiger des constructions à énergie positive, on aurait pu revoir aussi le périmètre des zones à « densifier »… Mais non, pas question de remettre en cause quoi que ce soit et c’est pour toutes ces raisons que, lors du vote du nouveau PLU,  nous nous étions abstenus et qu’aujourd’hui nous voterons contre les modifications.

 

Maribé Durgeat, adjointe en charge du conseil de quartier du Mainguy.

 

 

Compte rendu du conseil consultatif du quartier Mainguy/Moulin à Vent du 12 avril 2013

Personnes présentes

journée compostage 1Présidente : Maribé Durgeat

Vice-président : Bernard Vernet

Membres du bureau présents : Odette Dieuaide, Nicole Evezard, Lucienne Gaudé, Françoise Mary, Yvonne Duverger, Boujemâa El Kasmi

Intervenant prévu : M Pascal Debieu, responsable du service « Parcs et Jardins »

34 participants dont quelques nouvelles personnes, nous leur souhaitons la bienvenue.

La séance s’est déroulée de 20H00 à 23h, mais sans le responsable du service « Parcs et Jardins » qui n’a finalement pas pu se libérer.

Compte rendu de la séance

1) Questions diverses

  • Un monsieur signale que les voitures roulent très vite rue Jean Jaurès et qu’il y aurait  vraiment un effort à faire du côté des trottoirs de la ville qui sont en très mauvais état. Il  signale également qu’il manque des plaques nominatives de rue.
  • Une question concernant l’avenue de la République, un radar a été installé d’abord d’un côté  puis maintenant de l’autre, serait-ce en prévision d’études pour le double sens de l’avenue de la République ? Pour de futurs travaux dans cette avenue ?
  • Une autre personne est dubitative sur le devenir des Conseils Consultatifs de Quartier sur la  ville… Les différents articles dans Reflets ne « reflètent » pas la  dynamique qui peut être insufflée par la démocratie participative. Le mot «consultatif» est  de moins en moins utilisé alors que la consultation est l’étape primordiale dans tout projet,  le terme ici est employé dans le sens de «concertation». D’autres enchaînent sur ce point et  demandent que d’une façon générale, la concertation s’établisse avec les habitants. C’est un  concept qui semble échapper complètement à l’équipe municipale. Au sein du Conseil  Consultatif du Quartier du Mainguy, il n’en est pas de même, la démocratie participative  existe, il y a une vraie recherche, comment retrouver cet esprit avec le Conseil Municipal ?  Les élus doivent écouter avant de décider et c’est donc là, que le mot consultatif a toute sa  valeur. Dans le même ordre d’idée, il y a un dysfonctionnement au sein du Conseil Municipal  et on peut le vérifier lors des commissions municipales qui ont lieu une semaine avant  chaque Conseil Municipal. L’inefficacité de ces instances est aisée à constater, les  participants ne reçoivent pas les dossiers avant les commissions et ne peuvent donc les  étudier en profondeur. Les élus sont peu nombreux à participer aux commissions, ce qui  entraîne un abandon pratiquement général. Une nouvelle fois, les citoyens ont l’impression de ne pas être écoutés et que leur travail n’est pas respecté.
  • Quelques petites remarques sur ce qu’on peut lire dans le journal Reflets « recréer des  espaces verts », cela prouve bien qu’on a traversé une phase de destruction des espaces  verts… A quand les articles réclamés dans Reflets pour rappeler fermement les obligations  et droits sur la sécurité routière, la sécurité, en matière propreté, salubrité et stationnement  avec les règles générales et particulières à Bondy.
  • A noter que la place de la gare se dégrade déjà ! Echanges sur le concours des jardins et des  balcons fleuris, les pesticides. A ce propos, une dame a exposé le grave problème  d’intoxication rencontré par les habitants de sa copropriété au sujet d’une personne qui  n’hésite pas à tout arroser de pesticides ! Cela fait des années que cela dure sans qu’une  solution soit trouvée. Le commissariat a même refusé d’enregistrer la plainte des copropriétaires, seule une main courante a été établie, courriers à deux ministres, courrier au  ministère de l’environnement, rien n’y a fait. Des investigations diverses vont être menées  par le Conseil Consultatif pour mieux comprendre la situation. A ce propos, une soirée a été  organisée par l’association Bondy Ecologie à l’espace Chauzy autour du film    « Pesticide, mon  amour », il serait peut-être intéressant de le projeter lors d’une prochaine séance de Conseil  Consultatif, il est très édifiant tout en étant assez court et humoristique ! L’annonce est  faite, voir si cette proposition peut être reprise.
  • Sont abordés aussi les problèmes des routes qui sont refaites mais pour un prix modique  sans revoir la structure profonde de la chaussée. De tels travaux prolongent ainsi l’état des  routes au mieux pour 10/15 ans.  Les riverains de la rue Paul Vaillant Couturier, rue pavée qui, au vu de son mauvais état  vient d’avoir droit à sa couche de bitume, rencontrent de petits problèmes. Cette  surélévation/chaussée plus haute que le trottoir, a réservé des surprises à deux familles qui  ne peuvent plus sortir leur voiture sans qu’elle « frotte ». Ce fait a été signalé à la mairie et  tout devait être revu et corrigé très rapidement, le temps passe et rien n’est encore fait.  Certains habitants n’étaient pas convaincus par ces travaux car ils craignaient des problèmes  et leurs craintes, finalement, se concrétisent. Les voitures roulent plus vite depuis les  travaux, côté esthétique, ce n’est pas très joli, les bordures ne sont pas faites, le seront-elles  un jour ? Sortie de voiture difficile… C’est un peu le même genre de travaux que pour la rue de l’égalité, nous demandons donc à  un riverain, présent à cette séance, de nous dire comment les choses se passent pour cette  rue. « L’infrastructure de Bondy est quand même assez délabrée et il faut reconnaître que  de couler du bitume sur des pavés est une solution». Les habitants de la rue sont très  contents des travaux, ils constatent que c’est beaucoup moins bruyant, de plus, le marquage  au sol tout au long de la rue en alternance, évite le stationnement anarchique et régule la  vitesse des automobilistes. Il y a des petits problèmes en cas de pluie car les trottoirs ne sont  plus assez hauts par rapport à la route ; du coup, la ville a entrepris des travaux pour  améliorer la situation. Il faut dire que la rue de l’égalité n’était pas aussi bombée que la rue  Paul Vaillant Couturier. La rue Salengro dont la structure de la rue n’a pas été refaite avant la pose de l’enrobé,  commence à s’effondrer par endroits. A signaler et à surveiller.
  • Ramassage des déchets verts, la collecte a repris depuis le 1er avril 2013 et elle aura lieu  jusqu’au dernier lundi de novembre de 13h à 19h. Des problèmes de ramassage sont  signalés, des personnes n’ont pas reçu de sacs en papier ; il faut voir avec le service déchets  d’Est Ensemble qui fonctionne beaucoup mieux depuis qu’au début (conseil du CCQ, acheter  un composteur avec Est Ensemble à un prix déjà modique de 20 euros qui va passer à 10  euros + acquisition personnelle d’un broyeur = des économies car moins de poubelles et  zéro tracas de ramassages ! Si les gens broient et compostent, plus trop besoin de ramasser  les déchets verts ! Encore plus d’économies ! Ce broyeur, vous pouvez l’acheter à plusieurs,  ce qui développera le lien dans votre rue, dans votre quartier…

2) Projets sur le quartier pour 2013

4 projets sont prévus sur notre quartier avec le budget de la ville :

  • Restructuration du square de la Roseraie, en face de l’ancienne gendarmerie.
  • Plantations et remise en état du petit parc entre le cinéma Malraux et le bâtiment qui était un ancien studio de photographie.
  • Végétalisation de la fontaine du parc François Mitterrand.
  • Restructuration de la place Charles de Gaulle : nous avions des questions pour le  réaménagement de cette place. En effet, pour réserver des places aux professeurs de  musique, il a été décidé par les services techniques, avec l’accord des élus voirie et espaces  verts, de diviser la place en deux et d’installer des barrières pour des entrées séparées. Au  départ, cette place était ornée de grands arbres répertoriés et protégés. Certains étaient  malades et abîmés par les incendies de voitures, on ne sait pas, à ce jour, s’ils étaient tous  vraiment malades. En tous les cas, d’un côté de la place, ils ont tous été abattus. Ils ne  devaient pas être remplacés mais au cours d’un rendez-vous du bureau avec le service   « Parcs et Jardins », nous avons rappelé que ces arbres étaient classés et qu’ils devaient  donc obligatoirement être remplacés par des arbres identiques, c’est-à-dire des arbres à  hautes tiges. Nous avions donc plein d’interrogations sur ce projet qu’on n’a finalement pas  vraiment abordé. Affaire à suivre…

3) Budget CCQ pour 2013 : pour ce budget, les projets ne manquent pas !

  • Achat d’un radar pédagogique (3400 euros), vote pour accord : ok pour la majorité des participants.
  • Réfection de trottoirs, grande priorité des participants ! (encore à déterminer, proposition  pour la réfection des bouts de trottoirs en béton complètement détériorés, coin rue des  droits de l’homme avec la rue du Breuil, coin rue Paul Vaillant Couturier avec la rue Jean  Jaurès, coin rue Paul Vaillant couturier avec la rue du Breuil, portion de trottoir devant les 39  et 41 de la rue Jean Jaurès, divers trous rue Roger Salengro, av de la République, liste non  exhaustive…) Vote pour accord : ok pour la majorité des participants pour une réfection  des trottoirs les plus abîmés, demande de devis. Le mardi 16 avril, visite du quartier avec  l’élu à la voirie pour faire une sorte « d’audit » de l’état du quartier et des travaux  prioritaires, répartition à faire sur le budget de la ville et sur le nôtre.
  • Achat des graines et des bulbes pour fleurir les pieds d’arbres et le terrain à côté de  François Mitterrand (somme de 600 euros à peu près). Vote pour accord : ok pour la  majorité des participants. A été établie la liste des personnes qui souhaitent participer au  fleurissement des trottoirs : Françoise Vieville, Odette Dieuaide, Philippe Fauvel, Yvonne  Duverger, Gérard Watiotienne, Maribé Durgeat. Cela fait peu de personnes  volontaires pour mettre en place notre projet, si cela vous intéresse, n’hésitez  pas à nous faire signe soit par mail, soit par téléphone (06  13 77 48 27), soit en glissant un mot dans notre boîte à lettres située dans le hall de la mairie !
  • Installation de « dazibaos », panneaux libres pour que les gens puissent s’exprimer. Une  pierre supplémentaire dans l’expression des citoyens. Il faut s’attendre à des bêtises de la  part de certains mais d’autres s’exprimeront et peut-être viendront participer aux Conseils Consultatifs.

4) Informations diverses

  • Le prochain CCQ aura lieu le 31 mai 2013, on y parlera, entre autres, de la maison de  quartier Brassens en présence de son directeur et de la fête de quartier prévue le 15 juin,  place Neuburger. Nous arrêterons définitivement la liste des travaux que nous ferons avec le  budget 2013. Les autres sujets ne sont pas encore vraiment déterminés…
  • Quelques mots sur le samedi 23 mars 2013, journée dédiée au compostage : ce fut une  réussite, 60 personnes sont venues tout au long de la journée, peut-être 35 composteurs  vendus (en tant que présidente du Conseil, je n’ai pas encore les chiffres exacts car des  personnes sont venues sans réserver, ou en ont commandé le lendemain et dans la semaine  qui a suivi…). Nous aimerions, à présent, que les autres quartiers s’y mettent aussi. Sur  l’agglomération d’Est Ensemble, nous en sommes à 2041 composteurs. Il faut avoir présent à  l’esprit que de nombreuses personnes compostent dans leur jardin sans acquérir de composteur.

Au plaisir de vous revoir prochainement, et vraiment, un grand merci pour les personnes qui apportent de quoi boire et grignoter !

Depuis quelques temps, nous tournons à une petite quarantaine de présents, avec de nouvelles  personnes, où êtes-vous passés les anciens ? Nous avons besoin de vous pour développer davantage la démocratie participative, pour décider tous ensemble de la vie du quartier, de ses aménagements !

Maribé Durgeat, maire adjointe, présidente du CCQ Mainguy/Moulin à vent

Bilan de la semaine du développement durable 2013

 Comme chaque année, la semaine du développement durable s’est tenue du 1 au 7 avril. Les élus écologistes ont souhaité proposer dans ce cadre plusieurs animations à destination de la population

SDD

 

  • Mercredi 3 avril : Conférence “la biodiversité en ville à l’espace Chauzy : 20 participants très intéressés par les interventions de qualité qui nous furent proposées, sur l’expérience de la communauté d’agglomération de Cergy-Pontoise en matière de biodiversité, les engagements de la ville de Bondy, et les explications très complètes de Christiane Kramer, apicultrice qui suit les ruchers de la ville de Bondy.

 

Af  Des abeilles jpeg (2)

  • Mercredi 3, samedi 6 et dimanche 7 avril : Projection du documentaire “Des abeilles et des Hommes au cinéma André Malraux. Un documentaire d’une grande  ichesse et d’une grande qualité, qui nous permet de découvrir les abeilles comme nous ne les avons jamais vues, de comprendre leurs modes de vie et leur intelligence, et de découvrir à quel point elles sont indispensables à notre vie.

 

 

 

 

 

 

  • Samedi 6 avril : Visites tout public des serres des parcs et jardins. 5 agents des parcs et jardins étaient présents pour accueillir les gens, leur faire visiter la serre et ses secrets et leur présenter l’activité des ruchers de la ville. Au total ce sont 40 personnes qui ont participé, et qui furent ravis de leur visite.  Le service des parcs et jardins, fort de cette réussite, renouvellera l’expérience lors de journées portes ouvertes plus larges, qui auront lieu à l’automne.

visite serres avril 2013 visite serres avril 2013 2

 

 

 

 

 

 

 

  • Tout au long de la semaine : Exposition “Natura 2000 en Seine Saint Denis dans le hall de la mairie. natura 2000 en seine saint denisL’exposition prêtée par le Conseil général et composée de plusieurs panneaux a permis aux habitants et au personnel de la mairie  de comprendre ce qu’est un site Natura 2000 et  de découvrir la faune et la flore sur notre département.

 

 

 

  • Enfin, dans le cadre du programme Display (programme européen en faveur des économies d’énergie, lancé sur 4 écoles de la ville début 2013), les élèves de CM2 de Mr Leroux à l’école élémentaire Roger Salengro, ont participé à un concours d’affiches de sensibilisation aux économies d’énergie. Après la confection des affiches et leur affichage dans le préau de l’école, ce sont les élèves de CE2 qui ont pris part au vote pour désigner les affiches gagnantes.
  • Salengro_concoursaffiches_2013 002
  •     
    Salengro_concoursaffiches_2013 004
    Salengro_concoursaffiches_2013 008

Qu’attend-on pour lutter contre la pollution de l’air ?

Les élus EELV de Paris et de la Région se mobilisent pour demander des mesures concrètes permettant de lutter contre la pollution de l’air, qui expose des millions de personnes à des niveaux de pollution bien supérieurs à la réglementation en vigueur.  

poumon en détresse

Alerte à la pollution hier, alerte à la pollution demain… Sous le coup d’une procédure européenne pour non-respect de la directive sur la qualité de l’air, la France reste le mauvais élève de l’Europe, comme on peut le voir notamment sur le site comparatif européen http://www.airqualitynow.eu/fr/ .

En Ile-de-France, AirParif estime que 3 millions de personnes sont exposées à des niveaux de pollution qui ne respectent pas la réglementation, principalement le long du trafic et dans le cœur de l’agglomération.
Les records de pollution ont été observés sur l’autoroute A1, au niveau de Saint-Denis sur le périphérique, avec plus d’une centaine de dépassements en 2012. Viennent ensuite l’avenue des Champs-Elysées et la place de l’Opéra.
Depuis des années les élus écologistes exhortent le préfet de police à prendre les mesures de sa compétence pour réduire la circulation automobile, principale responsable des émissions de gaz polluants.

Les préfets de droite ne faisaient rien… nous n’étions pas surpris.
Mais le nouveau préfet de gauche, qu’attend-il pour lutter enfin contre la pollution de l’air ?
Les élus écologistes continuent donc leurs actions pour lui demander de prendre enfin ses responsabilités et de mettre en place les mesures d’urgence de réduire de la pollution automobile en Ile-de-France.

Les élus EELV de Bondy – Les Pavillons-Sous-Bois

 

Samedi 20 avril : parrainage RESF 93 des jeunes majeurs sans-papiers scolarisés

Comme l’an dernier, samedi 20 avril une quarantaine de jeunes  monteront sur l’estrade de la Bourse départementale du Travail de Bobigny pour retrouver leurs parrains ou marraines citoyen-ne-s et élu-e-s qui les soutiendront pour l’obtention de leur titre de séjour.

Affiche RESF 20 avril

Cinq jeunes suivis par le collectif RESF Bondy-Pavillons y participeront.

La cérémonie se déroulera de 10h 30 à 14h. Venez nombreux : jeunes, profs, citoyens solidaires.

Le parrainage concerne tous les jeunes suivis par RESF qui ont 18 ans ou auront atteint l’âge de 18 ans au 31 décembre 2013, qu’ils aient déjà déposé ou non leur dossier en préfecture.

Déroulé :
1. Ouverture et discours politiques :
– Ouverture par RESF
– Trois interventions politiques (PS, FG, EELV)
– Intervention du collectif jeunes
2. Bilan du parrainage 2012 :
Monteront sur scène les jeunes concernés (non régularisations et titres précaires, toujours menacés), ce qui sera l’occasion de pointer les déceptions dues à la politique actuelle des préfectures et du ministère de l’Intérieur et de demander aux élus de s’engager pour que la situation de ces jeunes soit régler positivement.
3. Moment artistique :
– remerciements aux personnalités qui ont apporté leur soutien : Didier Daeninckx, Fantani Touré, Nicolas Haas, compagnie Jolie Môme, Jean-Raymond Jacob (compagnie Oposito), Charb, Tignous, Honoré…
– Lecture d’un texte de Tarkos extrait de Ouvriers vivants par Cécile, comédienne,
– Concert de Rugaï (2 morceaux)
4. Parrainage 
5. Clôture et pot de l’amitié, buffet.

À bientôt
Pour RESF Bondy-Pavillons
Marigold

Rappel de la permanence de RESF Bondy/ Pavillons : tous les mercredis de 17 à 19h à l’école Olympe de Gouges (rue Benhamou à Bondy)