Maintien du CIO de Bondy : dernier rassemblement devant le ministère le 22 février

Malgré une solution de financement obtenue auprès des partenaires (mise à disposition gratuite du local par le conseil départemental, financement des frais de fonctionnement par la mairie), le rectorat propose de transformer le CIO de Bondy en « point d’accueil » du CIO de Clichy-sous-Bois.

Un point d’accueil n’est ni un CIO ni une annexe. Il n’a pas d’existence juridique propre, pas de directeur ni de personnel administratif, n’ouvre que quelques demie journées par semaine, avec un accueil limité aux seuls rendez-vous. Si cette solution était adoptée, il y a fort à parier que la fermeture de ce point d’accueil sera annoncée à brève échéance.

  • Cette décision aura des incidences pour les usagers, le personnel du CIO ainsi que vous, enseignants du collège Brossolette.
    une présence du COP réduite au collège due à un lieu d’exercice supplémentaire (entre 4 et 5 par COP) alors que les besoins augmentent chaque année de même que le nombre d’élèves dans les établissements.
  • Des usagers (parents, élèves) qui auront de grandes difficultés à accéder au CIO de Bondy en raison d’une amplitude d’ouverture réduite qui se retourneront donc davantage vers vous pour répondre à leurs questionnements.

Pour peser sur cette décision, un dernier rassemblement est prévu le mercredi 22 février à 15h devant le Ministère de l’Education Nationale.

Une mobilisation importante impactera sur le maintien du CIO à Bondy.

Publicités

Fessenheim : il est temps de fermer la plusvieille centrale de France !

Le Conseil d’administration d’EDF a voté ce mardi en faveur de la proposition d’indemnisation formulée par l’État pour la fermeture de la centrale de Fessenheim. Cette décision ouvre enfin la voie à la fermeture de la plus vieille centrale nucléaire de France, comme s’y était engagé le candidat puis le président Hollande.

Europe Écologie Les Verts se réjouit que la fermeture de Fessenheim soit enfin rendue possible, malgré des modalités extravagantes et un coût anormal pour le contribuable .

Cette fermeture est nécessaire pour des impératifs de sécurité : EDF voudrait faire fonctionner cette centrale pendant 60 ans, alors qu’elle a été construite pour durer 30 ans ! Elle est de plus construite sur une faille sismique et à proximité immédiate du Rhin et en zone inondable (la centrale ayant été installée, de façon aberrante, en dessous du niveau du fleuve), et suscite l’inquiétude légitime des pays voisins, l’Allemagne et la Suisse, dont les populations seraient directement victimes en cas d’accident.

Les écologistes demandent la mise à l’arrêt immédiate des réacteurs ainsi que la fermeture la plus rapide possible de cette centrale, c’est à dire avant la fin du mandat de François Hollande. Contrairement aux assertions d’EDF, le plafonnement de la part du nucléaire permet bien de fermer des centrales sans en ouvrir de nouvelles. Il sera inacceptable d’attendre l’improbable mise en service de l’EPR de Flamanville pour fermer la centrale de Fessenheim.

L’indemnisation accordée par l’État à EDF est manifestement excessive : elle est en réalité calculée pour couvrir un hypothétique manque à gagner si la centrale était exploitée pendant 60 ans, alors que d’une part, rien ne dit que l’Autorité de sûreté n’accorderait une telle prolongation, et d’autre part, que les investissements ont été calculés sur une durée d’amortissement de 40 ans ! Il s’agit donc d’une subvention cachée.

Néanmoins, maintenant qu’elle est votée, cette indemnisation doit permettre le maintien de l’emploi et la conversion des salarié-es. EDF doit former son personnel au démantèlement et acquérir le savoir-faire nécessaire dans cette filière d’avenir qu’aucun pays ne maîtrise encore à cette heure: il faudra ensuite démanteler d’autres centrales françaises, et en Europe.

Le développement du secteur des énergies renouvelables est une aubaine pour relancer le marché de l’emploi, en Alsace comme dans le reste de la France. Si le gouvernement avait eu le courage de ses promesses, les ouvrier-es de Fessenheim seraient déjà formés à ces nouveaux métiers du démantèlement et des renouvelables et n’auraient pas, aujourd’hui, à souffrir l’inquiétude de lendemains difficiles.

Pour Europe Écologie Les Verts, l’Alsace ne doit pas seulement être le laboratoire du démantèlement mais doit devenir celui des métiers d’avenir dans les énergies propres : des emplois plus sûrs que ceux de la filière nucléaire, non-délocalisables et en plein essor. C’est toute l’industrie française qui en ressortira grandie.

Depuis près de cinq ans que cette fermeture est attendue, il est du rôle d’EDF de l’anticiper et de prendre les dispositions utiles pour les salariés n’y perdent pas leur emploi et puissent continuer à travailler au service de l’entreprise. Les écologistes attendent donc qu’EDF fasse part de la stratégie à cet égard.

Europe Écologie Les Verts rappelle que la sortie programmée du nucléaire doit permettre l’essor des énergies renouvelables, seules à même de réduire les émissions de gaz à effet de serre et de garantir l’indépendance énergétique du pays tout en développant des emplois durables.

Julien Bayou et Sandra Regol, porte-parole nationaux EELV

Le groupe EELV vous souhaite une belle et heureuse année 2017

voeux2017

L’année 2016 a été marquée par de nombreux projets, et notamment la révision du Plan Local d’Urbanisme. Le groupe EELV donne une place prépondérante à ce projet, puisqu’il posera les fondations de notre Ville pour les années à venir. Document opposable, il nous permettra de favoriser un urbanisme à taille humaine, cohérent, pacifié, faisant la part belle aux espaces verts, pour que nos concitoyens aient accès à une vie de qualité. Accompagné de la « Charte de l’habitat et de la promotion immobilière », nous serons bientôt en capacité d’agir auprès des promoteurs pour que chaque nouvelle construction convienne au mieux à ses habitants, son voisinage, et s’intègre à son environnement. Nous continuons ainsi à nous impliquer pour faire de Bondy une ville où il fait bon vivre. 2017 ne dérogera pas à la règle, et nous contribueront autant que possible à votre bien être, et vous souhaitons une belle et heureuse année.

POUR LE MAINTIEN DU CIO DE BONDY – RASSEMBLEMENT LE 12 JANVIER

RASSEMBLEMENT LE 12 JANVIER A 9H30  DEVANT LE RECTORAT DE CRETEIL 

Suite au désengagement du conseil départemental et à l’élaboration d’une carte d’implantation minimale des CIO par le rectorat, le CIO de Bondy fait partie des CIO susceptibles de fermer au 1er septembre 2017.

Nous avons mené plusieurs actions pour infléchir la décision du rectorat et du conseil départemental : information aux équipes des établissements, aux parents, aux élus et au public du CIO, motions déposées dans l’ensemble des conseils d’administration des établissements scolaires de Bondy et Pavillons sous Bois, nocturne au CIO, manifestations, communication aux médias….

La mobilisation de tous a permis une première avancée : le conseil départemental vient de proposer à la Rectrice la mise à disposition à titre gracieux des locaux que nous occupons.

Reste à obtenir du rectorat la prise en charge des frais de fonctionnement (modiques) pour maintenir le CIO à Bondy.

Jeudi 12 janvier après midi, le Rectorat déterminera l’implantation définitive des CIO pour la rentrée prochaine.

Pour peser sur cette décision, un rassemblement est prévu le jeudi 12 janvier à partir de 9h30 devant le Rectorat de Créteil.

Une mobilisation importante impactera sur le maintien du CIO à Bondy.

Votre présence sera décisive pour l’avenir du service.

La mairie met à notre disposition un car pour se rendre au rectorat. Rendez-vous à  8H50 sur l’esplanade de la mairie de Bondy