Tribune des élus EELV pour le mois de décembre 2013

 

tonne équivalent CO2

Bondy s’est lancée en partenariat avec la communauté d’agglomération dans la réalisation d’un Plan Climat Energie Territorial (PCET), dont l’élaboration se déroule en plusieurs phases : L’année 2013 a permis la réalisation du Bilan Carbone® de la ville. Cette méthode permet de comptabiliser les émissions, directes ou indirectes, de gaz à effet de serre d’une activité ou d’un site et d’en dresser un état des lieux servant de référence pour le suivi et la mise en œuvre d’actions spécifiques. A cette fin, l’ensemble des services de la Ville ont été sollicités et Bondy s’est illustrée par son efficacité dans la restitution des informations. Après presque une année de travail les résultats ont pu être présentés le 20 novembre derniers et des pistes d’actions définies. La rénovation thermique et l’efficacité énergétique des bâtiments apparaissent comme une priorité. Un véritable changement de paradigme est nécessaire, car le coût de l’inaction sera bien supérieur à celui de démarches ambitieuses mises en place dès aujourd’hui.

 

Les élus du groupe Europe-Ecologie – Les Verts

Publicités

30 novembre : Marche contre le racisme partout en France

Marchons contre le racisme – Appel unitaire à manifester le 30 novembre 2013         

affiche30novdefsite
Un climat nauséabond s’installe dans notre pays. La garde des Sceaux, ministre de la Justice, Christiane Taubira, a subi ces dernières semaines des attaques racistes venues de temps obscurs que l’on croyait révolus. Les déclarations racistes d’une candidate du Front national, les invectives d’enfants, téléguidés par leurs parents, traitant la ministre de la Justice de « guenon », sont une souillure pour la République.

Ces propos attaquent frontalement des millions d’êtres humains originaires d’Afrique, des Caraïbes, des Amériques, de l’Océan indien, citoyens français ou non et dont les aïeux ont été jadis martyrisés du fait de leur couleur de peau. Ils constituent une atteinte violente contre toutes et tous car ils visent au cœur le pacte républicain.

Nous condamnons solennellement cette dérive raciste, de même que les actes et propos qui en ont permis la maturation. Nous n’admettons pas que des millions de personnes soient déniées dans leur humanité et leur citoyenneté, que ce soit en raison de leurs origines, de leur situation sociale, de leur culture, de leur religion… Nous ne supportons pas que des boucs émissaires soient désignés comme les responsables de nos maux et comme des menaces sur notre avenir.

Alors que la France doit affronter les énormes défis liés à la dégradation économique, au chômage et aux inégalités, face à ceux et à celles qui veulent aviver les souffrances sociales, les peurs et les colères, nous nous dressons pour affirmer avec force : la République n’a d’avenir qu’égale, solidaire et fraternelle.

C’est pourquoi nous appelons toutes celles et ceux qui ont à cœur les valeurs de l’humanité, toutes celles et ceux qui veulent opposer l’égalité et la fraternité aux visages hideux du racisme à participer à une marche le 30 novembre 2013 à Paris, ainsi que partout en France métropolitaine et dans les Dom Com.

A Paris le rendez-vous est donné à 14h30, place de la République

Signataires :

Collectifdom – CM 98
Ligue des droits de l’Homme – Licra – Mrap – SOS Racisme
CFDT – CFTC – CGT – FSU – UNSA – Union syndicale Solidaires
UEJF (Union des étudiants Juifs de France) – FIDL – UNEF – UNL – UFAT FCPE, Ligue de l’enseignement, France Terre d’asile, EGAM, FNASAT, R=(Respect), Banlieues du Monde, Ni Pute Ni soumise, Collectif des écrivains nègres, Association ultramarine de France, Les amis du PPM en France, Haut Conseil des Maliens de France, Association pour la Promotion de la Langue et de la culture Soninké (APS) Association culturelle de musulmans de Drancy, Conseil de Coordination des organisations arméniennes La Maison des potes, Mémorial 98, Le Syndicat des Avocats de France (SAF), Le Syndicat de la Magistrature, Les Marianne de la diversité, RESF, Fédération des Mutuelles de France, Mouvement de la paix, Fondation Copernic, SNES, CIMADE, SNEP, SNUEP, Droit au logement – DAL,SNUIPP, Le 93 au cœur de la République, Collectif national droits de l’Homme Romeurope, Harkis et droits de l’Homme, Convergence services publics, Fédération initiatives des femmes africaines de France et d’Europe (Fédération Ifafe), Les sans voix, Paroles de femmes, Union syndicale de la psychiatrie, Collectif national pour les droits des femmes, Osez le féminisme, Comité Laïcité République, Collectif Urgence Darfour, Asiagora, Association réunionnaise « Noutkabar », ADEN, ACTEUR’S, ASSOUEVAM (Association de soutien aux étrangers du Val de Marne), Association Antillo-Val d’Oisienne des amis du Gosier, An Paj Bélè média promotion bélè, Nutricréole, Le Planning Familial, Paroles de Femmes, La Fabrique, GISTI, Solidarité laïque, le CRAN, Collectif des États généraux de l’outre-mers (CEGOM), Fédération Léo Lagrange, Cercle Frantz Fanon (Fondateur Marcel Manville), Cifordom, La Génération Gagnante, Fédération Total Respect, Association Tjenbé Rèd Prévention, LGBT/OM, Fédération lesbienne, gaie, bi & trans des outre-mers, ISOM (Initiative Sida Outre-Mers), Onzième Dom, Amicale des Français/es d’outre-mers du XIe arrondissement de Paris, OME | Outre-Mers Environnements, Black Caucus France, Union française des étudiant/e/s & diplômé/e/s africain/e/s & ultramarin/e/s, Rainbow Caucus France, Union française des étudiant/e/s & diplômé/e/s LGBT, Collectif VAN (Vigilance arménienne contre le négationnisme), Syndicat national des arts vivants (SYNAVI), la Confédération syndicale des familles (CSF)
 

Dominique Voynet ne sera pas candidate à sa réélection en 2014

« Je ne suis pas candidate à ma réélection à la mairie de Montreuil »

Publié le 25 novembre 2013 sur http://dominiquevoynet.eelv.fr

 dominique voynet

« J’étais une très jeune femme quand je me suis engagée en politique, il y a plus de trente ans. Mai 68 était passé par là, et nous croyions de toutes nos forces qu’on pouvait « changer la vie ».

Avec d’autres, je me suis lancée à corps perdu dans la construction du mouvement écologiste.  Nous étions écologistes, féministes, non-violents, européens. Nous pensions qu’une démocratie se juge à la qualité de ses contre-pouvoirs, au soin apporté aux plus faibles de ses membres, à l’émancipation et à l’autonomie des personnes, au haut niveau de solidarité entre elles.

Très vite, nous ne nous sommes plus contentés d’alerter ceux qui nous gouvernent sur les risques d’un mode de développement goulu et injuste ; de les critiquer pour leur indifférence ou leur déni de ce que nous pensions être non pas une crise passagère, mais un nouvel état du monde ; de les convaincre qu’il était contre-productif d’opposer justice sociale et environnement, et que c’étaient les mêmes causes qui expliquaient l’exploitation des hommes et celles des ressources naturelles.

Nous nous sommes présentés aux élections, pour aider à engager les chantiers nécessaires, pour prouver qu’on pouvait faire autrement, pour répondre aussi à la soif d’une mouvance militante qui expérimentait, inventait, proposait des solutions nouvelles pour demain.

Ce fut, et c’est toujours, une œuvre collective. J’y ai pris ma part, en combattant le « ni-ni » et en ancrant les Verts à gauche. Au Conseil régional dans les années 80, au Parlement européen dix ans après, plus tard encore au Sénat, j’ai soutenu l’agriculture paysanne et l’économie solidaire, les sans papiers de St Bernard et l’Europe, la parité et le mariage pour tous, le désarmement nucléaire et la protection des océans, la transition énergétique et la lutte contre les paradis fiscaux. Première ministre écologiste de l’histoire de notre pays, dans le gouvernement de Lionel Jospin, j’ai prouvé – comme le font aujourd’hui Cécile Duflot et Pascal Canfin, que je soutiens de toutes mes forces – qu’on pouvait assumer de lourdes responsabilités sans se renier.

En 2008, à la tête d’une liste de citoyens, « vraiment de gauche, vraiment différents », j’ai été élue maire de Montreuil – une ville « détenue » jusque-là, et depuis 75 ans, par le parti communiste et depuis un quart de siècle par une personne qui mit en scène tour à tour son appartenance au parti (qui le fit roi) et sa prise de distance avec lui.

Ecologistes, socialistes, membres de la société civile, nous avons énormément travaillé.

Nous avons inventé un pouvoir plus collégial, ouvert à la contestation les colonnes du journal municipal, soutenu les initiatives habitantes, mis en place des procédures transparentes et équitables d’attribution des logements, des places en crèche, des marchés publics, dissous les officines opaques, rompu avec le clientélisme, et parfois le communautarisme qui rongeaient la vie municipale.

Nous avons redressé les finances de la ville, et celles de l’hôpital, en quasi-faillite en 2008, et mené à bien des chantiers engagés – et parfois enlisés – depuis des années, dans le quartier de la Mairie, dans le quartier Bel Air Grands Pêchers, construit et rénové selon les meilleurs standards écologiques des milliers de logements, réhabilité des dizaines de bâtiments dégradés et remis aux normes minimales de sécurité un grand nombre d’équipements municipaux qui étaient vétustes, archaïques et dangereux. Nous avons pris à bras le corps des questions peu populaires, comme l’insertion des Roms ou la reconstruction des foyers africains insalubres. Nous avons bâti et rénové des écoles, des crèches, des centres sociaux, des théâtres. Et une piscine écologique, et un cinéma de six salles, et un nouveau marché, et un nouveau centre de santé dans un quartier déserté par la médecine de ville.

Nous avons engagé notre ville dans la construction d’une intercommunalité de bon calibre et obtenu des extensions de lignes de tramway et de métro attendues depuis 30 ans.

Nous avons lutté contre les violences faites aux femmes et contre l’homophobie, conduit des Assises de la Culture, mis en place un Forum des Jeunes, résorbé la précarité et amélioré les conditions de travail des agents de la ville.

Nous avons innové socialement et écologiquement, de l’épicerie solidaire aux jardins partagés,  et – convaincus que l’écologie n’a de sens que si elle est populaire, que si elle permet de faire reculer les injustices et les inégalités – engagé cette grande ville de banlieue dans la transition écologique.

Tous le disent, qui ne sont pas forcément de fervents supporters : nous avons fait bouger les lignes, et dans tous les domaines contribué à transformer Montreuil en profondeur.

A la tête de cette équipe, et de cette ville incroyable, j’ai vécu une aventure passionnante, stimulante sur le plan intellectuel et infiniment riche sur le plan humain. Jamais je n’ai ressenti aussi fort la conviction d’être utile, de peser sur le cours des choses, au plus près des hommes et des femmes qui vivent, travaillent, apprennent, aiment, créent à Montreuil.

Et pourtant, j’ai pris la lourde décision de ne pas me représenter en mars.

Parce que je souffre profondément de la dégradation de la vie politique et du climat qui conduit, à Montreuil comme ailleurs, à englober tous les politiques d’une même suspicion, et de plus en plus souvent d’un même mépris, ceux qui ne cumulent pas comme ceux qui cumulent, ceux qui sont intègres comme ceux qui sont corrompus, ceux qui brossent leurs clientèles dans le sens du poil comme ceux qui refusent d’accorder des passe-droits, y compris à leurs plus proches amis ;

Parce que je mesure que, pour être réélue, je devrais me résoudre à des compromis, à des alliances, à des prises de position, qui bousculent mes valeurs et mes convictions et me conduiraient à ne plus me ressembler ;
Parce que je n’ai juste plus envie d’être la personne qu’il faudrait être pour résister imperturbablement aux banderilles plantées, à longueur de temps, au cours de conseils municipaux interminables, aux terrasses des cafés, dans les halls d’immeuble, à la sortie des écoles, par des gens dont le seul projet est de reconquérir ce qu’ils considèrent comme leur bien, leur fief, à n’importe quel prix.

Je refuse de partir en campagne en promettant logements et jobs « à la mairie » à tour de bras, comme le font certains de mes adversaires depuis des mois ; de garantir à toute personne rencontrée dans la rue que sa demande, même injustifiée, sera traitée « en priorité », que son dossier, même mal foutu, sera placé « sur le dessus de la pile » ; de promettre à chaque dirigeant d’association évoquant sans pudeur l’imminence des élections une augmentation de sa subvention annuelle.

Je refuse de « rendre coup pour coup », d’user du mensonge, de la calomnie et de l’insulte, tout comme je refuse l’intimidation physique et les menaces de « placardisation » dressées aux agents municipaux constamment instrumentalisés.

Je refuse d’user de la démagogie la plus abjecte et d’arguments aux relents lepénistes – sur l’insécurité, sur les Roms – pour frapper à l’estomac les électeurs les plus fragiles ; de cautionner l’entrisme associatif et l’instrumentalisation des corps intermédiaires, qui colorent d’une caution citoyenne des manœuvres bassement politiciennes.

Il se trouvera sans doute des commentateurs de la vie locale pour ricaner de mon choix, pour évoquer « la peur de perdre » ou « la fatigue émotionnelle ». Comme si le risque de perdre n’était pas inscrit dans le génome de ceux qui, comme moi, assument leur engagement dans un parti loin d’être majoritaire et leur refus obstiné de baiser la bague de quelque parrain que ce soit. Comme si mon rejet de la violence qui résume la vie politique de Montreuil, des rumeurs sordides, des attaques personnelles, était le signe d’une fragilité bien féminine…

Je veux les rassurer : je suis en pleine forme. Je mesure le chemin parcouru, et en éprouve une vraie fierté. Je mesure aussi celui qui reste à parcourir pour conquérir la majorité culturelle qui, seule, garantira un soutien populaire durable au changement que j’espère et pour lequel je me bats.

J’assumerai évidemment mes responsabilités de maire jusqu’au dernier jour de mon mandat, dans le souci de l’intérêt général, avec tous les membres de mon équipe, une équipe unie dont je suis fière. Je veillerai à la continuité du service public et au respect des agents municipaux dans cette période. Et j’assurerai, contrairement à ce que j’ai vécu en 2008, une transmission des dossiers qui garantisse une parfaite continuité du service public, dans l’intérêt de la ville et des habitants, quel que soit le nom de mon successeur.

Dominique Voynet »

Continuons la mobilisation


Communiqué du collectif « Droit de vote 2014 »

Affiche_DroitVoteEtrangersParis, le 18 novembre 2013

Droit de vote des résidents étrangers :
Et maintenant, où en est-on M. le Président de la République ?

Le Collectif Droitdevote2014 sera reçu à l’Élysée le mercredi 20 novembre 2013 à 15 heures.

Ce Collectif rassemble plus de 120 organisations (associations, syndicats et partis politiques) qui ont lancé, en décembre 2012, une campagne nationale en faveur du droit de vote et d’éligibilité des résident(e)s étranger(e)s aux élections locales, dès les municipales de 2014.

A cette occasion, il rappellera l’urgence de présenter devant les deux assemblées parlementaires un projet de loi constitutionnelle en faveur de l’élargissement du droit de vote aux élections locales comme le Président s’y est engagé lors de sa conférence de presse du jeudi 16 mai 2013.

Il y a en effet urgence qu’à l’occasion de ce débat, soit reconnue la place que prennent aujourd’hui, et qu’ont pris tout au long du 20e siècle, les étranger(e)s dans la vie économique et culturelle de notre pays.

Il y a urgence à agir pour la démocratie et le vivre ensemble afin que soit reconnue la citoyenneté liée à la résidence.

La démocratie est un enjeu majeur de nos sociétés. Elle doit s’adapter au mouvement du monde en affirmant ses valeurs et ses ambitions et intégrer celles et ceux qui ont choisi ce pays pour y partager une communauté de destin. Sur ce plan, la France est en retard au regard des 17 pays de l’Union européenne qui ont déjà accordé des droits politiques à leurs résident(e)s étranger(e)s non communautaires.

Ne rien entreprendre serait accepter la mise à l‘écart de la vie citoyenne de celles et ceux qui participent à tous les aspects de la vie de nos cités, donnant ainsi raison aux discours xénophobes et racistes qui se développent.

Conférence de presse à l’issue de ce rendez-vous :

JEUDI 21 NOVEMBRE À 11 HEURES

au siège de la Ligue des droits de l’Homme, 138 rue Marcadet, 75018 Paris

Contact presse :

Feriel Saadni

secretariat@droitdevote2014.org

Tél. 01 56 55 51 08

Membres du collectif « Droit de vote 2014 »

Associations : Ligue des droits de l’Homme (LDH), Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples (Mrap), SOS Racisme, collectif « Votation citoyenne », Réseau éducation sans frontières (RESF), Assemblée citoyenne des originaires de Turquie (Acort), Association démocratique des Tunisiens en France (ADTF), Association des Marocains de France (AMF), Association des travailleurs maghrébins de France (ATMF), Association des Tunisiens en France (ATF), Association pour une citoyenneté européenne de résidence (Acer), Fédération des Tunisiens pour une citoyenneté des deux rives (FTCR), Mouvement citoyen des Tunisiens en France (MCTF), Union des Tunisiens pour l’action citoyenne (Utac), Réseau Euromed France, Conseil français de la citoyenneté de résidence (Cofracir), Collectif pour l’avenir des foyers (Copaf), Ligue de l’enseignement (LE), Solidarité laïque, France terre d’asile (FTDA), La Cimade, Les Amoureux au ban public, Aseca – Lettre de la citoyenneté, Collectif national pour les droits des femmes (CNDF), Mouvement de la paix, Attac France, Cedetim, Fondation Copernic, Gisti, Banlieues actives, Les Indivisibles, Association nationale des élus communistes et républicains (Anecr), Fédération des élu(e)s verts et écologistes (Feve), A gauche autrement – Le Pré-Saint-Gervais, Agir contre le racisme (ACR) – Nice, Apeis, Association biterroise contre le racisme, Association locale des femmes algériennes (Alfa – Nantes), Association de soutien aux étrangers du Val-de-Marne (Assouevam), Actions citoyennes interculturelles – Astu, Horizome, Nedjma, Partage – Bezons, Atams, collectif
« Avà Basta », collectif « Culture Création Citoyenneté », collectif « Diversi-T37 », Coordination alsacienne de l’immigration maghrébine (Calima), Emmaüs Pointe-Rouge, Ensemble nous sommes le 10e, Fédération nationale des maisons des potes, Gauche citoyenne 94, Glimpy, Go citoyenneté – Grenoble, Groupe non-violent Louis Lecoin, Ipam, La Coopérative du citoyen, Le 93 au cœur de la République, Les Diffuseurs humanistes, Les MJC en Île-de-France – Fédération régionale, Les Sans-étiquette, Mémorial 98, Mouvement Utopia, Pays-de-Loire-Gaza-Jérusalem, Printemps ligueur, Resfim – Mayotte, Ras l’front – Grenoble, Ras l’front du voironnais, Ruptures, Sortir du colonialisme, Tends la main, TET-LLÄ, Turbulences Marne-la-Vallée, Union juive française pour la paix (UJFP), Vérité et justice pour l’Algérie, Victimologie sans frontière, Visa.
Syndicats : Confédération française démocratique du travail (CFDT), Confédération générale du travail (CGT), Fédération syndicale unitaire (FSU), Union syndicale Solidaires, Syndicat des enseignants (SE-Unsa), Syndicat de la magistrature (SM), Union nationale des étudiants de France (Unef), Fédération indépendante et démocratique lycéenne (FIDL), Union nationale lycéenne (UNL), Fédération Sud Education, Snasub-FSU, Snep-FSU, Snes-FSU, SNPES-PJJ/FSU, Snuclias-FSU, CFDT Taxis parisiens, CGT-Educ’Action, CGT-Radio France, Syndicat national des journalistes CGT, Confédération syndicale des familles (CSF).
Partis politiques : Europe écologie les Verts (EELV), Front de gauche (Convergences et alternative – CetA, Fédération pour une alternative sociale et écologique – Fase, Gauche anticapitaliste – GA, Gauche unitaire – GU, Les Alternatifs, Parti communiste des ouvriers de France – PCOF, Parti communiste français – PCF, Parti de gauche – PG, République et socialisme – RetS), Parti radical de gauche (PRG), Nouveau Parti anticapitaliste (NPA), Mouvement des jeunes socialistes (MJS), Mouvement des jeunes communistes de France (MJCF), Jeunes radicaux de gauche (JRG), Jeunes écologistes, Force citoyenne populaire (FCP), Jeunes de l’Union démocratique bretonne (UDB Yaouank/UDB Jeunes), Union démocratique bretonne (UDB), Rouge vif 13.
 
 
 

Zoom sur les économies d’énergie en copropriété ! Jeudi 21 novembre à 19h00 à BONDY

image conf copro

Animées par un Conseiller Info ->Energie de l’Agence Locale de l’Energie de l’Est Parisien, MVE, les Conf’ Copro  apportent des outils concrets pour réduire la facture énergétique ainsi que des conseils précis pour les projets de rénovation en copropriété.  D’une durée de 1h30 à 2h00, elles sont destinées  à tous les acteurs de la copropriété, copropriétaires, conseils syndicaux et syndics.

Domaine complexe à la croisée de plusieurs compétences, juridique, technique, sociale et financière, les copropriétés privées ne relèvent pas de dispositifs d’accompagnement systématique et apparaissent comme le « parent pauvre » de la politique énergétique actuelle. Plusieurs structures, dont les Agences Locales de l’Energie accompagnent les démarches de copropriétés dans leur parcours de rénovation.

L’Est Parisien sur lequel l’Agence Locale de l’Energie MVE intervient, est principalement composé de logements collectifs. Dans ce contexte, MVE a mis en place toute une série d’actions destinées aux acteurs de la copropriété pour les accompagner  dans leurs démarches de rénovation énergétique.

Les Conf’Copro concourent à la mobilisation et sensibilisation des acteurs de la copropriété. L’objectif est de donner une vue d’ensemble d’une démarche de rénovation énergétique, tout en incitant à se lancer dans un projet de rénovation énergétique. Après une présentation du contexte énergétique et règlementaire en copropriété, l’ensemble du processus de rénovation en copropriété est exposé. La présentation, agrémentée de conseils pratiques, est suivie d’échanges libres avec la salle sous forme de questions-réponses.

Au cours de cette Conférence, le Coach Copro® plateforme web d’accompagnement de la rénovation énergétique sera également présenté ainsi que le guide réalisé par MVE « réussir sa rénovation en copropriété, les étapes clefs ».

 


INFORMATIONS PRATIQUES

Conférence organisée par l’Agence Locale de l’Energie MVE,  avec le soutien de la Ville de Bondy

Espace Chauzy / Hôtel de Ville – Esplanade Claude Fuzier  – 93140 Bondy

Entrée libre dans la limite des  places disponibles.

Réservation souhaitée au 01 42 87 13 55  ou par mail à copro@agence-mve.org

Ou  via le formulaire d’inscription :

https://docs.google.com/forms/d/10r-VC9tElkEVA0W1Vw2Hh9WKleGiecQiwCnG2vIFf_A/edit


MVE, Agence locale de l’énergie de l’est parisien : 

Première Agence Locale de l’Energie créée en Ile-de-France et première structure à avoir mis en place le dispositif Espace INFO->ENERGIE en 2001, MVE se déploie aujourd’hui sur l’Est Parisien. Son territoire comprend 10 collectivités adhérentes ou conventionnées et un ensemble de 23 communes pour l’Espace INFO->ENERGIE qui représente plus de 820 000 habitants.

MVE porte des missions d’information, de sensibilisation et de  conseil en matière d’économies d’énergie et de transition énergétique auprès du grand public, des collectivités et des acteurs du territoire. Son action est neutre et indépendante et vise à améliorer les cultures communes en matière énergie-climat et à accompagner la mise en œuvre des politiques publiques.

Les Conseillers INFO->ENERGIE reçoivent gratuitement les particuliers, dans les locaux de la permanence à Montreuil ou par téléphone. Le service est ouvert du mardi au vendredi de 9h30 à 12h30 et de 14h à 17h30, le jeudi jusqu’à 19h et chaque premier samedi du mois, sur rendez-vous uniquement,  de 10h à 13h (hors jours fériés). Tél : 01 42 87 99 44 et site : www.agence-mve.org

MVE bénéficie du soutien de l’ADEME, des départements de Seine-Saint-Denis et du Val de Marne, de la CA Est Ensemble  ainsi que des villes de Bagnolet, Bondy, Montreuil, du Pré Saint-Gervais  et de Fontenay-sous-Bois, Joinville-le-Pont et Vincennes.

 MVE est membre du réseau Rénovation Info – Service


Contact :

Anne d’ORAZIO – Directrice ; adorazio@agence-mve.org

Brigitte CORINTHIOS – Directrice Adjointe ; bcorinthios@agence-mve.org

Tél. 01 42 87 13 55/ www.agence-mve.org

12 Bd Rouget de lisle – 93 100 Montreuil

 

Travaux de rénovations des installations sportives

Après le gymnase Aïache et le stade Léo Lagrange, les rénovations se poursuivent.

La salle Rémond devrait être ouverte dès la semaine prochaine. Elle sera dédiée aux scolaires et aux associations et permettra la pratique du tennis de table, du badminton et du tir à l’arc dans de bonnes conditions.

Une deuxième phase de travaux est prévue pour l’été prochain.

 

salle André Rémond

 

La re- construction du gymnase Curie se poursuit également et devrait être terminée pour la fin 2014

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Ces installations permettront à la population Bondynoise de pratiquer dans de meilleures conditions les sports qui leur tiennent à cœur.

 

Philippe Gauthier

Adjoint en charge des politiques sportives