L’écologie de terrain sur les ondes

La transition écologique et solidaire c’est une seule et même dynamique. Nous sommes face à un choix politique : améliorer la vie du 1% ou de toute la société. Les maires écologistes prouvent que le second choix est possible.

Jean-Claude Mensch, maire d’Ungersheim ; Damien Carême, maire de Grande-Synthe, et Eric Piolle, maire de Grenoble étaient les invités du Téléphone sonne, sur France Inter, avec la réalisatrice Marie-Monique Robin.

 

https://www.franceinter.fr/emissions/le-telephone-sonne/le-telephone-sonne-30-novembre-2018

Publicités

Vote sur l’interdiction du glyphosate

EELV 93 condamne l’absence remarquée des députés de Seine Saint-Denis
lors de la séance de vote sur l’interdiction du glyphosate
Le glyphosate, produit par l’entreprise Monsanto, est un herbicide au cœur de
plusieurs scandales. Les « Monsanto papers » ont par exemple démontré que cette
industrie avait régulièrement retouché en sa faveur des études d’impact sur
l’environnement, sur la santé des utilisateurs et sur celle des populations.
Le président de la République avait annoncé qu’il serait interdit dans moins de 3 ans,
le temps de trouver d’autres alternatives.
En réponse à la volonté du ministre de l’agriculture de trahir cet engagement, le
député Mathieu Orphelin, ex porte-parole de Nicolas Hulot, avait proposé un
amendement permettant d’interdire cette substance dans moins de trois ans avec
des possibilités de dérogations.

En séance le 29 mai, cet amendement a été repoussé par 63 voix contre 20. Si les
députés communistes, insoumis et socialistes qui se revendiquent pourtant de
l’écologie avaient été présents, cet amendement aurait pu être adopté.

Les écologistes du 93 condamnent l’absence de Stéphane Peu, Clementine Autain,
Alexis Corbière, Bastien Lachaud, Sabine Rubin, Éric Cocquerel et Marie-Georges
Buffet qui perdent ainsi toute crédibilité en matière d’écologie.
Les collectifs et associations qui se battent depuis des années contre l’usage de ce
produit chimique et pour faire éclater la vérité sur sa nocivité s’en souviendront sans
doute!
Ce combat contre le glyphosate n’a rien de symbolique : en le bannissant des
usages, cela permettrait de restaurer le vivant dans nos cours d’eau, nos sols et de
remettre la science agronomique au cœur des pratiques agricoles.

Pour EELV 93
Didier Delpeyrou Porte-Parole

 

 

CP EELV 93 vote contre le glyphosate

Tout·e·s mobilisé·e·s contre EuropaCity !

Tout·e·s mobilisé·e·s contre EuropaCity !

L’enquête concernant la ZAC du triangle de Gonesse demandant sa déclaration d’utilité publique (préalable aux expropriations) est ouverte jusqu’au 21 février 2018. Vous pouvez peser de deux manières sur cette enquête publique :

>> En rédigeant un argumentaire contre l’utilité publique de cette ZAC et du projet EuropaCity.

Chaque avis doit être pris en compte par le commissaire enquêteur :
Ce formulaire automatisé est à votre disposition
Quelques clics suffisent

Vous préférez personnaliser davantage votre contribution grâce aux arguments du collectif ?
Alors donnez votre avis ICI.

>> En venant nombreuses et nombreux à la réunion publique de ce mercredi 31 janvier à Gonesse – 20h
Salle Jacques BREL

5 rue du commandant M.-Fourneau

Les militant·e·s ont besoin d’un soutien large dans la salle et d’interventions nombreuses. Soyons présent·e·s !

INONDATIONS : STOP À LA BÉTONISATION ! Pour un moratoire sur la construction de nouvelles zones commerciales !

INONDATIONS : STOP À LA BÉTONISATION ! Pour un moratoire sur la construction de nouvelles zones commerciales !

Les inondations qui touchent notre pays sont de plus en plus fréquentes. Et il serait faux de croire que les aléas climatiques soient la seule explication !

L’artificialisation des terres agricoles imperméabilise plusieurs dizaines de milliers d’hectares chaque année en France. Chaque minute, ce sont environ 1000 m² de terres généralement agricoles qui sont recouvertes sous du bitume ou du béton !

Tous les 7 ans, la surface d’un département est ainsi artificialisée.

Généralement situés en périphérie urbaine, ces espaces servaient de zones tampon et permettaient une régulation hydrique qui fait défaut aujourd’hui.

La France compte 807 centres commerciaux s’étalant sur plus de 17 millions de m². Parce que « trop n’est jamais assez », ce sont près de 77 nouvelles grandes surfaces qui pourraient sortir de terre en 2018.

Or, selon un sondage exclusif* mené par l’IFOP pour le compte d’Agir pour l’Environnement, 92% des personnes consultées estiment que la France est suffisamment dotée en hypermarchés, notamment en périphérie urbaine.

Chaque année, une bien peu transparente « Commission Nationale d’Aménagement Commercial » valide entre 2 et 3 millions de m² supplémentaires d’espace commercial ! Entre 2010 et 2016, le pourcentage d’autorisations se situe invariablement entre 88 et 90%.

Nous payons aujourd’hui des décennies d’incurie. Selon l’agronome Jacques Caplat d’Agir pour l’Environnement, une terre bien structurée et riche en matières organiques, c’est-à-dire en petites racines, en humus, en vers de terre, absorbe 100 mm d’eau par heure (jusqu’à 300 mm dans certains cas) !

Il est grand temps d’adopter un moratoire sur la construction ou l’extension de nouvelles surfaces commerciales situées en périphérie urbaine.

SIGNEZ LA PÉTITION ! https://laissebeton.agirpourlenvironnement.org/


* L’enquête a été menée auprès d’un échantillon de 1000 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus entre les 9 et 10 janvier 2018

 

Demain le Travail

Alors que toutes les études montrent que nous sommes entrés dans une période de profondes mutations du monde du travail, marquées par la croissance de l’économie numérique, par les évolutions technologiques, les changements démographiques, les défis environnementaux, la poly-activité et le morcellement des parcours professionnels, il est plus qu’essentiel de nous demander à quoi ressemblera le travail en 2030 ?

Europe Écologie Les Verts et le groupe Verts/ALE au Parlement européen sont heureux de vous inviter

à la convention Demain, le travail
le samedi 27 janvier, de 9h à 20h
14, avenue Marie Reynoard, 38100 Grenoble

INSCRIPTIONS

PROGRAMME PRÉVISIONNEL DE LA CONVENTION

ACCUEIL 8h30-9h

Mot d’ouverture – Eric Piolle

Introduction générale – Alain Coulombel

TABLE RONDE : 9H45-11H15

Travail salarié, travail indépendant, auto-entrepreneuriat, travail à domicile, travail intermittent : comment appréhender l’évolution du cadre du travail et les nouvelles modalités de la relation de travail ?

  • Florence Debord, juriste, professeure à l’université Lyon 2
  • Thomas Coutrotmembre d’Attac
  • Djaoudi Sehilisociologue, Institut du travail

ATELIERS : 11H30–12H45

Atelier 1 : La révolution technologique va-t-elle créer de l’emploi ou au contraire le travail va-t-il disparaître ? Comment la transition écologique de l’économie peut-elle répondre au défi du chômage de masse ?

  • Patrick Rozenblatt, fondateur de l’institut agir ensemble contre le chômage
  • Patrice Flichy, auteur de « Les nouvelles frontières du travail à l’ère du numérique »
  • Meike Fink, 1 million d’emplois pour le climat
  • Michel Hérymembre de l’INRS

Atelier 2 : Parlons travail

  • Serge Volkoff, staticticien, ergonome, directeur de recherche au Centre d’études de l’emploi
  • Frédéric Seve, membre de la commission exécutive de la CFDT
  • Céline Piques, porte-parole d’Osez le féminisme

ATELIERS : 14H15-16H

Atelier 3 : Le développement des plateformes collaboratives : opportunité ou menace ?

  • Jerome Vivenza, reponsable confédéral CGT
  • Antoinette Guhl, adjointe à la maire de Paris
  • Mohssin El Ghabri, politologue et chercheur
  • Manon Fancea, chargée d’accompagnement à Coopaname
  • Dirk Holemans, OIKOS, GEF

Atelier 4 : L’avenir du travail en Europe

  • Michèle Rivasidéputée européenne, Europe Écologie – Les Verts
  • Etienne Penissatchercheur au CNRS
  • Joel Decaillonsecrétaire de la Confédération européenne des syndicats
  • Guillaume Balasdéputé européen, Génération-s

TABLE RONDE : 16H30 -18H

Quelles politiques publiques à l’horizon 2030 ? Perspectives et enjeux ?

  • David Cormandsecrétaire national d’Europe Écologie – Les Verts
  • Eric Piollemaire de Grenoble
  • Guillaume Balasdéputé européen, Génération-s
  • Cécile Cukierman, sénatrice PCF

CONCLUSION : 18H30

 Inscription gratuite mais obligatoire

 

L’Arrêt de la prime pour l’achat d’un VAE est un contre-signal désastreux.

CLUB DES VILLES ET TERRITOIRES CYCLABLES

Assises nationales de la mobilité

L’Arrêt de la prime pour l’achat d’un VAE est un contre-signal désastreux.
 « Circulez, autrement qu’à vélo, y a rien à voir… nous dit le Gouvernement au démarrage des Assises nationales de la mobilité ! »

Communiqué du Président du Club des villes et territoires cyclables, Pierre Serne

« Les Assises de la mobilité, annoncées par le Président de la République en juillet et lancées par le Premier ministre la semaine dernière à Paris, viennent de commencer, pour trois mois, et qu’apprend-t-on hier ? Que le gouvernement a décidé de ne pas prolonger la prime pour l’achat d’un VAE mise en place il y a seulement quelques mois ! Pour quelles raisons ? Mystère sinon le fait que le bonus semblerait « trop bien marcher ». Donc on le supprime. Cherchez l’erreur.
Pourquoi se hâter ainsi sur une mesure sans l’évaluer ? Nous l’ignorons. Le Gouvernement a-t-il pris connaissance des nombreux travaux, notamment ceux de l’Ademe, qui ont mis en évidence l’impact des incitations économiques en général sur l’usage du vélo et celui très considérable du VAE sur le transfert modal de la voiture individuelle vers cette solution de mobilité? Manifestement non ! Nous ne cessons pourtant de rappeler les bénéfices multiples, évalués, de l’usage du VAE en terme d’environnement, de santé publique et d’emploi. Le VAE étend le domaine d’emploi du vélo, en touchant des personnes jusqu’alors éloignées de ce mode : les actifs, les femmes, les personnes de plus de 50 ans, les personnes souffrant de handicap. De plus, les autres modes aidés par l’Etat, voiture et 2RM, sont-ils soumis à la même exigence vis-à-vis du rapport coût/bénéfice des bonus dont ils bénéficient ? La réponse est tout simplement non !


30 VAE vs 1 voiture électrique
Avec une prime pour l’achat d’une voiture électrique, on finance la prime pour 30 vélos à assistance électrique. Mais c’est sur le maintien de l’aide à l’achat de ce dernier qu’il était manifestement urgent que le Gouvernement cogne. L’enjeu n’est donc manifestement pas les économies réalisées.
Plus encore cette décision a aussi une portée symbolique, inévitablement, dans le contexte de démarrage des Assises de la mobilité. Le symbole – quel symbole – d’une nouvelle approche de l’économie de la mobilité du quotidien ? Car c’est bien ce qui soulève notre indignation : comment peut-on prendre une telle décision dans un contexte de concertation large à laquelle tous les acteurs sont invités. Les conclusions des Assises seraient-elles, dès lors, déjà écrites ?
En plus de la décision, de ses conséquences sur le ralentissement à craindre de l’essor du VAE (et de toute la filière économique créatrice d’emplois locaux qui se structurait) qui entraine dans sa roue le vélo en général comme solution de mobilité pour les territoires – tous les territoires y compris périurbains et ruraux -, ce sont en effet les modalités de la concertation qui s’engage qui interpellent.

A partir de là, légitimement, se pose pour les acteurs des mobilités actives que nous sommes la question : faut-il participer aux Assises de la mobilité pendant les trois prochains mois ? Est-ce bien nécessaire ?
Après un si mauvais signal de départ, nous attendons du Gouvernement qu’il apporte des réponses à cette question et surtout des engagements (puisqu’après tout la loi de finances n’est pas encore votée) notamment à 11 jours de l’ouverture des Rencontres nationales du transport public et de notre 21e congrès national à Marseille. »

________________

> Le 21e congrès du Club des villes et territoires cyclables aura lieu à Marseille du 10 au 12 octobre dans le cadre des Rencontres nationales du transport public.
Programme sur www.villes-cyclables.org

Le Club des villes et territoires cyclables, réseau de collectivités territoriales, créé en 1989 par 10 villes pionnières, rassemble aujourd’hui plus de 1 500 collectivités territoriales : communes, agglomérations, départements, régions. Les élus réunis au sein du Club agissent pour développer l’usage du vélo au quotidien – mode de transport à part entière -, les modes actifs et les politiques de mobilité et d’aménagement urbain durables.

________________

Inauguration de BondyCycle

Favoriser la pratique du vélo est un merveilleux levier d’actions pour faire notre place au sein du Grand Paris. Et ce en favorisant la mobilité interne et externe des Bondynois et non-bondynois, tout en proposant un service globalement peu coûteux qui permettra de réduire une fracture sociale inhérente aux déplacements. Il s’agit aussi ici de s’attaquer aux enjeux écologiques, en luttant contre la pollution, tout en favorisant la pratique du vélo, un excellent moyen de pacifier nos rues. C’est pourquoi, en tant que Maire Adjoint en charge des déplacements doux je me réjouis de cette initiative, portée par la Société du Grand Paris et tous les partenaires qui y ont concouru.

Je vous invite à venir nombreux à l’inauguration du service Vélo, à la Gare de Bondy, le jeudi 21 septembre 2017, sur le parvis de la gare.

Boujemâa El Kasmi – Maire Adjoint en charge du développement durable et des mobilités douces.

BondyCycle, qu’est-ce que c’est ?

 

  • Des ateliers de réparation de vélos

Les ateliers seront le mardi, jeudi et vendredi selon le calendrier suivant :

Mardi 7h30-14h30 – service de réparation

Jeudi 14h30-19h30 – autoréparation & 18h-20h des cours du soir de mécanique

Vendredi 14h30-19h30 – permanences conviviales d’autoréparation

Tarif : 16 € pour une famille pour 6 mois (accès à tous les ateliers du 93)

  • Une location longue durée de vélos électriques

10 vélos électriques seront en location à la gare (35 €/mois + caution)

Un local de stationnement innovant et sécurisé sera installé à la gare en novembre.

  • Des animations dans les quartiers tous les samedis après-midi (15h-18h)

L’association proposera aussi des animations autour du vélo (ateliers d’autoréparation) en pied d’immeuble en lien avec le bailleur ICF La Sablière et le centre socio-culturel Sohane, du 16 septembre au 16 décembre 2017.

Cette initiative est portée par l’association Etudes et chantiers et permet de créer des emplois d’insertion de proximité alliant lien social, mode de transport propre et solidarité.

Inauguration :

RDV devant l’entrée de la gare RER de Bondy jeudi 21 septembre à 18h.

Plus d’infos :

Marion George, cheffe du projet BondyCycle – Tél : 07 61 74 77 43

m.georges@etudesetchantiers.org