Inauguration de BondyCycle

Favoriser la pratique du vélo est un merveilleux levier d’actions pour faire notre place au sein du Grand Paris. Et ce en favorisant la mobilité interne et externe des Bondynois et non-bondynois, tout en proposant un service globalement peu coûteux qui permettra de réduire une fracture sociale inhérente aux déplacements. Il s’agit aussi ici de s’attaquer aux enjeux écologiques, en luttant contre la pollution, tout en favorisant la pratique du vélo, un excellent moyen de pacifier nos rues. C’est pourquoi, en tant que Maire Adjoint en charge des déplacements doux je me réjouis de cette initiative, portée par la Société du Grand Paris et tous les partenaires qui y ont concouru.

Je vous invite à venir nombreux à l’inauguration du service Vélo, à la Gare de Bondy, le jeudi 21 septembre 2017, sur le parvis de la gare.

Boujemâa El Kasmi – Maire Adjoint en charge du développement durable et des mobilités douces.

BondyCycle, qu’est-ce que c’est ?

 

  • Des ateliers de réparation de vélos

Les ateliers seront le mardi, jeudi et vendredi selon le calendrier suivant :

Mardi 7h30-14h30 – service de réparation

Jeudi 14h30-19h30 – autoréparation & 18h-20h des cours du soir de mécanique

Vendredi 14h30-19h30 – permanences conviviales d’autoréparation

Tarif : 16 € pour une famille pour 6 mois (accès à tous les ateliers du 93)

  • Une location longue durée de vélos électriques

10 vélos électriques seront en location à la gare (35 €/mois + caution)

Un local de stationnement innovant et sécurisé sera installé à la gare en novembre.

  • Des animations dans les quartiers tous les samedis après-midi (15h-18h)

L’association proposera aussi des animations autour du vélo (ateliers d’autoréparation) en pied d’immeuble en lien avec le bailleur ICF La Sablière et le centre socio-culturel Sohane, du 16 septembre au 16 décembre 2017.

Cette initiative est portée par l’association Etudes et chantiers et permet de créer des emplois d’insertion de proximité alliant lien social, mode de transport propre et solidarité.

Inauguration :

RDV devant l’entrée de la gare RER de Bondy jeudi 21 septembre à 18h.

Plus d’infos :

Marion George, cheffe du projet BondyCycle – Tél : 07 61 74 77 43

m.georges@etudesetchantiers.org

Publicités

Semaine Européenne du Développement Durable – Bondy en fête !!

Les 4 et 5 juin venez fêter la Semaine Européenne du Développement Durable sous le signe de la petite reine mais pas que. Comme l’an passé, Bondy propose un programme ludique, destiné à toutes et à tous afin d’appréhender au mieux la thématique du développement durable dans sa plus grande diversité et transversalité. Les animations se dérouleront sur l’ensemble de la Ville et sont là pour nous donner un aperçu de ce que chaque Bondynois en tant qu’administré, agent ou élu, peut faire à son échelle, pour lui et pour la Ville. Alors surtout n’hésitez pas à venir à cet évènement convivial, festif, ludique et vous projeter vers l’avenir, à l’heure de la révision du Plan Local d’Urbanisme, de la finalisation du Plan Climat, de réflexions autour de la mobilité durable, de la végétalisation de la Ville, ou encore de l’agriculture urbaine.  Le programme est accessible sur le site de la ville.

TELECHARGER LE PROGRAMME COMPLET

Bondynois(es), participez à la révision du Plan Local d’Urbanisme

En 2011 la municipalité avait voté la révision du Plan Local d’Urbanisme de Bondy. Persuadé que ce document réglementaire allait entraîner une densification mal maitrisée de Bondy, une dégradation de la qualité de vie des habitants, des difficultés à aboutir à une réelle mixité sociale et la disparition des espaces verts, le groupe EELV s’était abstenu. Pointant les insuffisances du PLU actuel la municipalité met en œuvre sa révision et nous nous en réjouissons.

Cette révision sera le théâtre d’une large concertation ouverte à l’ensemble des Bondynois. Il nous parait aujourd’hui essentiel que tout un chacun soit présent au différentes réunions publiques et balades urbaines pour faire entendre sa voix afin que le prochain PLU réponde aux attentes et aux besoins de la population en matière d’urbanisme, de développement économique, de circulation, d’équipements publics, d’environnement… Les élus EELV Bondy

La concertation aura lieu du 22 mars au 18 octobre 2016

Toutes les infos à ce LIEN

Qu’est-ce que le Plan local d’urbanisme ?

On ne peut pas construire « n’importe quoi », « n’importe où » et « n’importe comment ». La révision du Plan local d’urbanisme va permettre aux Bondynois d’être associés aux grands changements à venir. Le Plan local d’urbanisme (PLU) est le document qui établit un projet global d’aménagement et fixe les règles générales d’utilisation du sol, à l’usage des particuliers et des professionnels. Il est composé d’un diagnostic territorial, d’un projet d’aménagement et de développement durable (PADD), et d’un règlement accompagné d’un zonage. En faisant évoluer cet outil, Bondy maîtrise son développement pour les 20 ans à venir.

La concertation qui se déroule de mars à octobre donnera à tous l’opportunité de s’exprimer. L’occasion d’aborder la préservation des quartiers pavillonnaires, les nouvelles constructions aux
abords des grands axes, ou encore les aménagements à venir pour l’arrivée du métro du Grand Paris Express et du bus dernière génération, le T Zen 3… Cette concertation s’appuie sur plusieurs temps de réflexion et d’échanges, ouverts à tous, pour aboutir à l’automne à un diagnostic territorial commun. Vous pouvez participer, quand vous voulez, en fonction des thématiques qui vous
intéressent. Véritable feuille de route en matière de transports, d’équipements publics, de commerce et d’attractivité, le PLU doit nous permettre d’imaginer ensemble la ville de demain.

COP21 : un accord historique qui doit ouvrir une nouvelle ère

EELV se félicite de l’adoption de l’accord sur le climat, intervenue ce soir au Bourget à la COP21. Il s’agit d’une étape historique.

En l’adoptant, les pays du monde montrent qu’ils mesurent l’ampleur et les dangers d’un dérèglement climatique non contrôlé. La volonté de rester en deçà de 2 degrés de réchauffement en moyenne est une avancée réelle. Europe Ecologie-Les Verts se réjouit de cette prise de conscience et de cette volonté collective d’éviter le pire.

La question de la justice climatique a été au cœur des négociations à juste titre. En permettant aux pays en développement de s’adapter, les Etats les plus riches ont reconnu l’importance de mettre en œuvre une justice climatique.

Nous assistons pour la première fois dans l’histoire de l’humanité à un début de gouvernance mondiale sur un enjeu majeur, la naissance d’une diplomatie du climat et la prise en compte collective des enjeux immenses pour l’avenir de l’humanité que constitue la sortie indispensable des énergies fossiles. La voie est désormais ouverte pour aller vers des économies 100% renouvelables : il s’agit d’une priorité absolue.

Avec la nécessité urgente de lancer des outils de régulation de la finance, il faudra à l’avenir être vigilant quand à la mise en œuvre de cet accord et poursuivre l’indispensable mobilisation citoyenne et universelle. La France doit notamment montrer la voie en appliquant cet accord à toutes les échelles, nationale et locale.

Emmanuelle Cosse, secrétaire nationale EELV

Julien Bayou et Sandrine Rousseau, porte-parole nationaux 

L’article 255 de la loi n° 2010-788 du 12 juillet 2010 portant engagement national pour l’environnement soumet les collectivités territoriales et les EPCI à fiscalité propre de plus de 50 000 habitants à la présentation, préalablement aux discussions budgétaires, d’un rapport sur la situation interne et territoriale en matière de développement durable.

Pourquoi ? Parce que le développement durable est un moyen de regarder la Ville sous un prisme nouveau et de donné un caractère exemplaire à notre administration. En travaillant de manière transverse et  en regardant Bondy sous un nouveau prisme nous pouvons progresser dans l’utilisation des deniers publics, notamment en investissant de manière durable. Voilà notamment quatre ans que la Ville est entrée dans une démarche Plan climat, avec pour objectif de réduire ses émissions de gaz à effet de serre. Une telle démarche doit pouvoir engager la Ville dans une boucle vertueuse, tant environnementale que budgétaire. Bondy est vulnérable et dépendante face aux énergies fossiles qui pèsent sur le budget tant de la ville que des ménages. Nous devons donc investir pour rendre notre patrimoine plus durable, investissements qui nous permettront de faire des économies substantielles à court et moyen terme.

Ce rapport est donc un exercice d’évaluation des politiques publiques, sous l’angle du développement durable. Il a pour but de donner une vision globale des projets menés sur une année. Document d’aide à la décision, il doit permettre aux élus, en amont du DOB, de pouvoir se positionner et orienter le budget en faveur des actions économiquement, socialement, environnementalement mais aussi techniquement plus durables et pérennes.

Le rapport 2016 se décline autour des thématiques de la lutte contre le changement climatique, de l’accompagnement des familles et de notre exemplarité. Pour cette dernière édition, on constate une augmentation dans la prise en compte de la thématique dans l’ensemble des champs de compétences de la collectivité. Des passerelles avec les écoles, les centres sociaux, la restauration, la communication,  le CCAS, les services techniques ont été créées. L’année a aussi été ponctuée d’événements permettant de sensibiliser toujours un peu plus de bondynois.

Nous pouvons aussi citer le projet relatif au tri des papiers. Mis en place dans l’ensemble des bâtiments municipaux et écoles du territoire, cette action permet d’unir les différents acteurs du territoire autour d’un engagement commun et d’une action simple. On peut également souligner la labellisation du quartier Delattre de Tassigny en Eco-quartier, la rénovation du parking de la gare, la poursuite du service d’auto partage, la futur occupation du jardin Pasteur ou encore le travail réalisé par les centres sociaux à La Sablière et La bruyère, ainsi que les projets menés par les CCQ, l’arrivée de deux nouvelles ruches, la politique tarifaire, …

A mon sens ce rapport évolue positivement d’année en année. Il reste certes perfectible, notamment sur la création d’indicateurs fixes qui nous permettraient d’évaluer chaque année notre politique publique et ce de manière bien plus rigoureuse. Ce travail est actuellement en cour de réflexion au sien de la mission développement durable.

TELECHARGER LE RAPPORT

Plus que deux jours pour donner votre avis sur le PLU et le Plan Local de Déplacements

Avis-d-enquete-publique-sur-le-SCoT_zoomlarge

Deux enquêtes publiques se tiennent actuellement à la Ville de Bondy. L’une concernant la seconde modification du Plan Local d’Urbanisme, la seconde visant le Plan Local de Déplacements de l’agglomération. Deux thématiques à forts enjeux et qui influenceront l’évolution de votre Ville sur le long terme.

C’est la raison pour laquelle le groupe EELV vous invite à inscrire votre avis dans chacun des deux registres d’enquêtes publiques. En tant que citoyen vous pouvez peser sur les projets de votre municipalité, la parole vous est donnée, alors profitez-en ! Vous avez jusqu’au 23 octobre. 

  • Le dossier d’enquête publique du PLD est disponible  à l’accueil des services techniques (2e étage de la mairie).
  • Le dossier d’enquête publique du PLU est disponible  à l’accueil du service urbanisme ( Rez-de-chaussée de la mairie).

Vous trouverez ci-dessous les positions du groupe EELV  quant à ces deux documents.

La position du groupe sur le PLU

En 2011 le groupe EELV s’était abstenu lors du vote du PLU. Nous avions pointé des hauteurs qui ne nous paraissaient pas raisonnables, un projet politique risquant de mener la Ville à une densification mal maîtrisée ainsi qu’à un manque de cohérence urbanistique. Cette vision nous ne  la partageons toujours pas, et c’est la raison pour laquelle nous avons souhaité et obtenu la révision du PLU de Bondy.

En parcourant le dossier de modification du PLU nous avons été choqués de voir que deux typologies de hauteurs ressortaient : H5 et H6, correspondant respectivement à du R+8 (31,5 mètres) et R+16 (50 mètres). Nous ne nous sommes pas battus pour que la Ville réitère les erreurs du passé ni pour accepter certaines lubies démesurées d’un architecte… Nous n’avons pas détruit les tours dans le Nord de la Ville pour recommencer quelques mètres plus loin. De telles hauteurs sont effectivement inadaptées à Bondy, et les enjeux de la ZAC ne justifient pas tout… Penser l’édification d’une telle tour est une aberration. Ce projet, proposé par la Séquano, aurait dû faire l’objet d’une consultation spécifique auprès de la population et des élus.

Il est temps de définir une ligne politique claire en matière d’urbanisme pour notre Ville en évitant de tout sacrifier sur l’autel de la rentabilité. La ZAC est un enjeu trop important pour faire l’objet d’une simple modification, et devrait être intégrée à la révision du PLU actuellement en cour.

La posisiton du groupe sur le PLD

A Bondy il est aujourd’hui de notre intérêt de rendre nos rues plus sûres, plus accessibles, et ce afin de développer la pratique des modes de déplacements actifs, notamment le vélo, en créant un réel réseau à l’échelle d’Est ensemble.

Ce dernier, ainsi que tous ses dérivés est un moyen de lutter contre la fracture sociale, il favoriserait les déplacements des Bondynois et permettrait à nos concitoyens de ne plus être uniquement tributaires de la voiture. Il est aussi un moyen de faire de l’exercice physique tout en alliant l’utile à l’agréable, et influe positivement sur la diminution de la pollution atmosphérique et du bruit sur notre territoire.

Mais il est clair que pour favoriser ces modes de transports, nous devons pacifier notre ville, et pour cela passer l’ensemble de la commune, à l’exception de certains grands axes, à 30 Km/h. Cela aurait pour effet d’avoir un impact budgétaire moindre et lissé dans le temps, puisque des panneaux en entrée de ville suffiraient, et ainsi nous pourrions espacer les différents aménagements dans le temps.

De plus, il nous paraît urgent de commencer à réfléchir à la place de la voiture dans notre ville. Certes les projets structurants du grand Paris apporteront certaines solutions, mais nous ne devons pas attendre. Il nous semble donc opportun d’intégrer à la réflexion du PLD la question de l’auto-partage, et pourquoi pas  l’intégration sur le territoire d’un service comme Autolib’. Et ce afin de favoriser la mobilité vers Bondy pour toute personne se déplaçant  en dehors des horaires de transports en commun et favorisant donc l’accueil de nouveaux habitants qui se seraient peut être tournés vers la première ceinture parisienne. Ce service pourrait aussi contribuer à la réduction de la fracture sociale, en proposant un service à des bondynois ne pouvant investir dans une voiture et supporter les frais y afférant. Cela nous permettrait aussi de restructurer certains espaces urbains, comme le parking extérieur de l’Hôtel de Ville, en y implantant une station et d’apporter dans le même temps un service de mobilité supplémentaire aux futurs hubs intermodaux de la ville, notamment au niveau des gares de l’Arc Express.

Conseil municipal du 3 octobre 2015 : interventions du groupe EELV

LOGO_EELV_fondblanc_quadri_bondy

15-9 / Demande de garantie communale formulée par BONDY HABITAT pour le remboursement d´un prêt d´un montant total de 3.246.869 euros destiné au financement d´une opération de construction de 21 logements situés 34 rue Roger Salengro à Bondy

A nouveau, nous nous retrouvons au pied du mur face à un projet qui ne semble pas faire l’unanimité auprès de la population et sur lequel nous n’avons que très peu d’informations…

Le projet de Bondy Habitat au 34 rue Salengro ici présenté a été l’objet de deux réunions d’informations le 25 mars et le 2 juin 2015, réunions faisant partie d’un processus de concertation mené auprès de la population, notamment les riverains du futur projet. Lors de la seconde réunion, faisant suite à des demandes de modifications du projet, de nouvelles possibilités avaient été proposées par Bondy Habitat.

A la suite de cette phase, un courrier de Bondy Habitat, en date du 17 juillet, notifie que l’ensemble des remarques riverains avaient bien été prises en compte et que désormais rien ne pouvait plus s’opposer à la réalisation dudit projet. Pourtant, une pétition contre le projet circule depuis avril 2015, et une lettre datée du 25 juillet, rédigée par un habitant et destinée à Bondy Habitat, montre bien que le projet ne satisfait toujours pas certains bondynois.

On demande à nouveau de voter en faveur d’un projet dont les modifications de permis de construire n’ont pas encore été adoptées et dont la population, pour le moment. Nous nous abstiendrons donc sur cette demande de garantie communale.

15-33 / Approbation du Plan Local de Déplacements

Pour le groupe EELV, la mobilité est un sujet qui nous est cher. C’est pourquoi nous ne pouvons que voter en faveur de l’approbation du PLD. Néanmoins, nous profitons de cette tribune pour aborder certains points qui pour nous sont aujourd’hui des enjeux majeurs et qui devraient être considérés comme tels par  la majorité.

Tout d’abord il nous semble aujourd’hui primordial de développer une véritable cohérence autour de nos pistes cyclables et une réelle mise en commun avec le futur plan de développement de l’agglomération. Bien entendu cela fait partie du plan d’actions du PLD, mais nous souhaitons ici réaffirmer notre volonté. Nous devons rendre nos pistes cyclables plus sûres, plus accessibles, en créant un réel réseau à l’échelle d’Est ensemble, et ce afin de développer la pratique du vélo.

En tant que mode actif, celui-ci est un des moyens de lutte contre la fracture sociale, il favoriserait les déplacements des Bondynois et permettrait à nos concitoyens de ne plus être uniquement tributaires de la voiture. Il est aussi un moyen de faire de l’exercice physique tout en alliant l’utile à l’agréable, et influe positivement sur la diminution de la pollution atmosphérique et du bruit sur notre territoire.

En continuant sur cette lancée, le groupe vert est aujourd’hui favorable, à l’instar de nombreuses communes d’Ile-de-France, comme Fontenay aux Roses, Sceaux, Clamart, Clichy la Garenne, Sèvres, Chaville, Le Plessis Pâté, Nogent sur Marne, Rungis, Villecresnes, Théméricourt, Melun, Fontainebelau, Saint-Mammès, Montcour-Fromonville, passées en zone 30, d’en faire de même à Bondy, à l’exception de certains grands axes tels que l’avenue Gallieni. Nous sommes conscients du fait que cette mesure risque de ne pas être populaire, mais au vu des difficultés de circulation à Bondy, nous sommes persuadés que cela changerait peu ou prou la vitesse moyenne en ville… Madame la Maire, une note vous a été transmise à ce sujet fin septembre, dans laquelle nous exposions les arguments favorables à cette mesure, et ils sont nombreux :

  • Protéger les plus faibles, enfants ou personnes âgées, des accidents. Il est prouvé qu’un piéton renversé à 50km/h à 60 % de chances de mourir, contre 15 % à 30km/h ;
  • Diminuer les risques sanitaires, nous le savons, la pollution atmosphérique est aujourd’hui un fléau… Pourquoi à Bondy donnerions-nous la priorité aux enfants, à leur éducation, leur bien-être, si c’est pour les voir affectés de maladies chroniques liées à la circulation ?
  • Une signalétique bien plus simple et lisible ;
  • Pacifier notre ville, nos espaces publics, et la rendre plus agréable à vivre, plus respirable et moins bruyante ;
  • Faciliter la marche et le vélo, et tout mode alternatif allant dans le sens du point précédent ;

Il est clair qu’une telle politique n’aurait que des bénéfices, et les retours de ces villes sont très positifs. Les réticences existaient mais n’étaient pas généralisées. La majorité des accidents surviennent uniquement en zone 50, l’utilisation du vélo augmente, la circulation de transit évite désormais les zones 30, redonnant du calme et une certaine convivialité à certains quartiers. Et si les automobilistes continuent à dépasser la vitesse limite, cette dernière reste souvent inférieure à 40 km/h.

Nous savons que des efforts sont actuellement faits au sein du service voirie, et qu’un grand nombre de rues sont sur le point de passer à 30 Km/h, mais dans ce cas pourquoi ne pas généraliser la démarche, ce qui en plus nous permettrait de faire des économies en termes de signalétique et de généraliser le contresens vélo à l’ensemble de la commune ?

En prenant en main ces dossiers cela serait un signal politique fort,  en faveur de la COP 21 et du Plan Climat de la Ville. Avant d’être contraints par la législation de diminuer nos émissions de gaz à effet de serre, nous devrions rentrer dans une démarche pro-active, anticiper les changements et les grands enjeux du XXI ème siècle, et ce pour le bien de nos concitoyens.

15-34 / Marché n°139502 concernant la mission de maîtrise d´oeuvre pour la réhabilitation du parc relais de la gare de Bondy : Avenant n°3

Si nous nous félicitons du projet de rénovation du parking de la gare, de sa labellisation « Parc Relais », de la réintégration de la PM sur le site, mais demeurons extrêmement sceptiques quant à l’implantation d’un CSU et de la réelle utilité d’une équipe de visionnage dédiée. Le surcoût induit, et ce en période de disette budgétaire, nous semble aujourd’hui plus qu’inutile, et pensons que la PM et ce nouvel équipement risquent de faire doublon.

Nous sommes persuadés que la présence de la PM aura un impact positif en ville, et avant même de nous lancer dans une démarche dont l’efficacité reste à prouver, et qu’il serait bien plus judicieux d’enregistre les images sur bandes, pour ensuite, si besoin, en extraire les contenus dignes d’intérêt. De plus, rien ne nous prouve aujourd’hui que le CSU nous rende plus réactif. Je cite l’audit mené par le cabinet Althing en 2012 : «La vidéoprotection est utilisée couramment par les services de Police et de Gendarmerie pour orienter au mieux les enquêtes. En effet, la vidéoprotection ne permet pas toujours d’identifier un auteur présumé, mais va permettre d’orienter les pistes d’investigation (le suspect a posé sa main sur une paroi vitrée où il a sans doute laissé des empreintes, l’auteur se servait d’un téléphone portable, etc.). Ensuite, dans une part plus minime des cas, la vidéoprotection a permis d’identifier directement le suspect.» Cette analyse montre bien que si nous voulons mettre en place une équipe de vidéosurveillance efficace, les moyens, donc un budget lourd, devront être assurés, dans le cas contraire notre investissement ne sera que pure perte.

Evidemment en tant que Municipalité nous devons être attentifs aux requêtes de nos concitoyens et en tant qu’élus chercher à les rassurer. Aujourd’hui nous nous demandons encore pourquoi la Ville souhaite faire appel à un tel outil ? Maintien de l’ordre, gestion d’intervention, recherche de preuves judiciaires, GUP ?… La vidéosurveillance possède une dimension quasi mythologique, notamment chez certains élus qui imaginent résoudre nombre de problèmes par ce biais.

A mon sens il s’agit là encore d’un projet mis en place de manière précipité. Avant même de mettre le sujet sur la table, une stratégie globale a-t-elle été pensée ?

Sommes-nous aujourd’hui en mesure de peser le pour et le contre en faveur de cette mesure qui, je le répète, aura un coût non négligeable.

Il avait été noté, toujours dans le diagnostic de 2012, que les conditions d’efficacité du dispositif n’étaient à l’époque pas pleinement réunies. Plusieurs lacunes avaient été identifiées, dont notamment une implication insuffisante des services de police nationale. Ce déficit partenarial entrainant une sous-utilisation du dispositif, notamment pour les interventions de flagrant délit comme pour les réquisitions.

Si réellement la municipalité souhaite se lancer dans un tel projet, il convient de mobiliser l’ensemble des partenaires concernés. Je rappelle par ailleurs qu’une quarantaine de caméras sont d’ores-et-déjà installées dans notre commune, mais toutes ne sont pas fonctionnelles.

C’est la raison pour laquelle nous votons contre l’implantation du local CSU, qui à notre sens n’est pas une priorité et est faite de manière prématurée. Nous pensons qu’il aurait été plus urgent d’installer le local Véligo prévu depuis longue date.