11 mars 2011 : un tremblement de terre et un tsunami faisaient 18 000 morts et causaient la plus grande catastrophe nucléaire de ce début de siècle

Pour l’agriculteur japonais Naoto Matsumura, qui vit toujours sur ses terres contaminées par l’accident nucléaire de Fukushima : «Je pense qu’EDF estime que les centrales nucléaires françaises bénéficient d’une technique de meilleure qualité. Tepco, c’était pareil. Ils nous disaient qu’il n’y avait pas de danger, que c’était sûr…»

fukushima accident

3 ans jour pour jour après l’accident nucléaire de Fukushima, au Japon, la situation sur place est toujours extrêmement problématique. Partout, en France et dans le monde, des commémorations ont lieu aujourd’hui.

A Paris ce mardi 11 mars, EELV organisait à 12h30 un rassemblement commémoratif en hommage aux victimes de l’accident sur les marches de la Place de la Bastille, en présence d’Emmanuelle Cosse, secrétaire nationale, de Denis Baupin, vice-président de l’Assemblée Nationale, et de nombreux militants.

rassemblement bastille

Le Réseau Sortir du nucléaire propose également de nombreuses actions antinucléaires, dans le cadre d’une campagne de 50 jours, partout en France, du 8 mars au 26 avril, entre les dates marquant le début des catastrophes de Fukushima et Tchernobyl.

Alors que se jouent actuellement des décisions qui engageront l’avenir énergétique de la France pour les prochaines décennies, l’heure est à la mobilisation, c’est pourquoi le réseau souhaite mobiliser, informer, sensibiliser et dénoncer les risques. Le coup d’envoi de ces 50 jours a été donné le weekend dernier avec notamment une forte mobilisation en Alsace pour la fermeture immédiate de Fessenheim.

Plus d’infos sur http://www.sortirdunucleaire.org/50jours

Une soirée bougies organisée en mémoire des victimes de la catastrophe de Fukushima aura lieu ce mardi 11 mars à 19h30 devant l’hôtel de ville de Paris.

Dimanche 9 mars, plusieurs milliers de manifestants ont défilé dans les rues de Tokyo pour demander au gouvernement de renoncer à l’énergie atomique. Trois ans après l’accident nucléaire de Fukushima, la situation reste toujours critique à la centrale, mais le gouvernement conservateur de Shinzo Abe reste lui partisan d’une relance du nucléaire dans le pays…

Les témoignages et reportages, 3 ans après la catastrophe, font pourtant froid dans le dos … :

« Quelques jours après le tremblement de terre, la population a fui : l’océan avait envahi la centrale de Fukushima Daiichi, située à une quinzaine de kilomètres, provoquant la catastrophe nucléaire la plus importante depuis Tchernobyl (1986). Les habitants ne sont jamais revenus. »

« La centrale est à sept kilomètres. Dans la rue commerçante épargnée par la vague géante, l’entrepôt du distributeur de journaux est rempli des piles ficelées d’exemplaires du quotidien daté du 12 mars 2011, jamais distribués. A la « une », une photo du désastre. »

« Certains paysans retournent inlassablement la terre, espérant en extirper le mal. Les éleveurs, dans une région réputée pour sa viande bovine, ont jeté l’éponge : à Kawauchi (2 800 habitants, dont la moitié est revenue), quatre-vingts familles pratiquaient l’élevage. Il n’en reste plus que sept. »

« Dans tous les villages, les habitants s’inquiètent. ‘ Les hirondelles et les moineaux ont disparu, il n’y a plus de grenouilles, des arbres meurent sans que l’on sache pourquoi ’ »

Plus d’infos sur ce sujet  :

–         Dans les villes mortes autour de Fukushima, LE MONDE | 10.03.2014

–         Fukushima : 3 ans après l’accident nucléaire, les séquelles toujours présentes, NOVETHIC | 11.03.2014

–         Pour le dernier homme vivant à Fukushima, le prochain accident nucléaire sera en France, Le Figaro | 10.03.2014

–         Fukushima: autour de la centrale, la dépression fait plus de victimes que la radioactivité, Les échos | 10.03.2014

Publicités