Le Blog EELV de Bondy et Les Pavillons-sous-Bois

Nicolas Sarkozy, les écoutes et la Stasi

Ecoutes-téléphoniques

Le moins que l’on puisse dire, c’est que cette affaire aura fait couler de l’encre, beaucoup d’encre.

Cette affaire, mais aussi toutes les autres dans lesquelles est impliqué de près ou de loin Nicolas Sarkozy : sondages de l’Elysée, affaire Tapie, affaire Bettencourt, affaire Karachi, le supposé financement libyen, et maintenant trafic d’influence et violation du secret de l’instruction.

Cette affaire dont nous parlons, c’est celle des écoutes d’un ancien Président de la République, redevenu un justiciable comme un autre, et de son avocat.

Ecoutes qui ont permis aux dirigeants de l’UMP de nous montrer une fois de plus leurs talents pour détourner le débat, esquiver, réfuter la responsabilité de tel ou tel événement… (lire à ce sujet cet article).

Ecoutes qui auront permis aux médias, alors même qu’un scrutin majeur se prépare pour les 23 et 30 mars prochains, de concentrer le débat sur un sujet qui ne fait qu’éloigner un peu plus les citoyens de leurs représentants, en se prêtant au jeu des coups bas et des attaques de tous bords…

Il nous semblait malgré tout important de faire un tour d’horizon des réactions au lendemain de la publication de la tribune du principal intéressé :

–       Comme le met en avant EELV dans son communiqué du 20 mars. « Cette attitude pyromane est proprement irresponsable, indigne de la charge qu’il a occupée pendant cinq ans » souligne EELV, rappelant que « dans cette tribune véhémente, Nicolas Sarkozy affirme vouloir être traité comme un « citoyen normal » et établit un parallèle grotesque et scandaleux avec les méthodes totalitaires de la Stasi est-allemande. « Décidément, la France des droits de l’homme a bien changé » ose-t-il même, lui qui rêvait d’une Union pour la Méditerranée avec les dictateurs Kadhafi, el-Assad et Ben Ali. »

–       Pascal Riché, journaliste pour RUE 89, prend la peine de nous rappeler dans son article que « Nicolas Sarkozy donne rarement des leçons de libertés publiques, ce qu’on peut aisément comprendre. Pas besoin de réveiller le souvenirs des peines planchers, de l’extension de la rétention de sûreté, de la loi sur l’audiovisuel public, du fichier Edvige, des test ADN, de l’exploitation des fadettes de journalistes par la DCRI, de la chute de la France dans le classement de la liberté de la presse ».

Il nous rappelle surtout ce qu’était la Stasi, et pourquoi la comparaison semble aujourd’hui odieuse : « La Stasi n’a rien à voir avec le travail des juges français. C’est le diminutif du ministère de la Sécurité d’État (Ministerium für Staatssicherheit, MfS), chargé de la police politique et de l’espionnage en Allemagne de l’Est. Ce n’était pas un petit ministère : en 1989, lorsque le Mur était encore debout, elle comptait environ 266 000 agents, soit 1% de la population : 91 000 fonctionnaires et 175 000 informateurs. On a aussi estimé à 190 000 le nombre d’agents informels basés en RFA. […)La Stasi emprisonnait : entre sa création en 1950 et sa dissolution en 1989, la Stasi comptait dix-sept prisons, où l’on pouvait atterrir sans autre forme de procès.[…) La Stasi, enfin, liquidait. Les opposants potentiels, mais pas seulement. Sa direction avait même donné ordre de tirer sur les familles qui tentaient de passer à l’Ouest »

–       Enfin, dans un article paru ce jour sur Lemonde.fr, on nous rappelle à juste titre  que ce qu’il subit aujourd’hui, Nicolas Sarkozy le doit en partie à sa propre action lorsqu’il était ministre de l’Intérieur ou Président de la République, lui qui a fait son possible pour élargir les pouvoirs de la police et du parquet, statutairement lié à l’exécutif ;  adoption de la rétention de sûreté en 2008 ; autorisation donnée en 2006 aux policiers de saisir, sans le contrôle d’un juge, les données de connexion des opérateurs téléphoniques ; La loi Perben 2 qui a permis aux policiers de placer des micros ou des caméras dans les voitures ou chez les gens à leur insu ; et la garde à vue a été étendue à 96 heures.

Sans oublier en 2008, le fichier Edvige autorisant les services de renseignements à collecter des informations sur tous les militants politiques, associatifs ou syndicaux, et sur toute personne ou groupe simplement « susceptible de porter atteinte à l’ordre public », ou encore les moyens accordés à la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE, les services secrets) à partir de cette même date, pour écouter et surveiller Internet, sans autre contrôle que celui du coordonnateur du renseignement, un proche du chef de l’Etat.

Telephone

Si ces écoutes s’avéraient illégales ou inappropriées, Nicolas Sarkozy et son avocat peuvent tout à fait porter ces éléments devant la Justice, qui saura faire toute la lumière sur cette affaire et rectifier ce qui doit l’être

Si ces écoutes permettent de mettre au jour un réel délit (de trafic d’influence notamment), alors Nicolas Sarkozy, citoyen normal, n’aura fait que bénéficier du même traitement que n’importe quel autre citoyen français.

En attendant, la retenue, le bons sens et l’humilité semblent être de rigueur dans cette affaire.

 

 

 

Si vous n’avez rien suivi de cette affaire, vous pouvez consulter cet article.

Publicités

Information

Cette entrée a été publiée le 21/03/2014 par dans Actualités du groupe local, Actualités EELV.