Manifestation Fort de Vaujours / Bois Gratuel

Dhuis_Manif02_m

Samedi 20 juin 2015 – Appel à Manifester

Point de ralliement : Route de Courtry 93410 Vaujours, au niveau du rond-point d’accès à la Nationale 3, Samedi 20 Juin 2015 à 14h00.

OPPOSITION TOTALE A LA DESTRUCTION DU FORT DE VAUJOURS ET DU BOIS GRATUEL

Devant le jusqu’au-boutisme de Placoplâtre et la complicité désormais flagrante de tous les services de l’Etat Français, le collectif Sauvons la Dhuis vous invite à manifester Samedi 20 Juin 2015 à 14h00, Route de Courtry 93410 Vaujours, au niveau du rond-point d’accès à la Nationale 3.

Aux portes de Paris, Placoplâtre, filiale du groupe Saint-Gobain, souhaite mettre en œuvre une carrière de plâtre à ciel ouvert sur les terres de l’ancien Fort de Vaujours. Ce site, lieu d’expérimentation des détonateurs des armes nucléaires françaises de 1951 à 1997, est contaminé à l’Uranium, très probablement au Béryllium et avec d’autres substances et matières particulièrement dangereuses dont des munitions non explosées de la seconde guerre mondiale..

Nous comptons sur vous pour que la destruction du Fort de Vaujours cesse sur-le-champ et que ce projet surréaliste soit définitivement abandonné dans les délais les plus brefs. Nous comptons également sur vous pour nous aider à sauvegarder les derniers milieux naturels de l’Est Parisien menacés par l’appétit dévorant des carriers et des lobbies puissant qui s’exercent jusqu’au sommet de l’État français.
C’est la santé des travailleurs et des populations qui est en jeu par l’éclatement planifié de cette colline qui surplombe les villes de Vaujours, Courtry, Coubron et Villeparisis.
Nos vies et des espèces en voie d’extinction ont-elles moins de valeur que du plâtre ?

Cette manifestation est avant tout une marche citoyenne et apolitique. Ainsi, nous demandons aux élus et membres de partis politiques souhaitant participer à cet événement de ne porter aucun signe distinctif et de n’envoyer aucun message à caractère politique.

Le collectif SAUVONS LA DHUIS – http://sauvons..dhuis.fr

Vaujours : la santé doit prévaloir, EELV pour l’abandon définitif du projet de carrière

FortVaujours_21112010_01_Web

EELV s’indigne de la prochaine reprise du projet d’exploitation des terres contaminées du Fort de Vaujours, après le feu vert donné par les services de l’Etat mercredi 6 mai.

Ce site très pollué abritait jusqu’en 1997 le commissariat à l’énergie atomique (CEA), présence dont découle les pollutions radioactives et chimiques confirmées en février 2014.

Les travaux de démolition étaient ainsi jusqu’à aujourd’hui suspendus face aux nombreux risques pour la santé des travailleurs et des populations riveraines, comme face à l’inquiétude et la mobilisation de nombreux élus et associations.

EELV réclame une nouvelle fois l’abandon total et définitif du projet de carrière à ciel ouvert et s’associe aux demandes et financements d’une expertise indépendante, seule à même de garantir la transparence et le respect de l’intérêt général «Seule une voire plusieurs expertises indépendantes peuvent réellement garantir que la sécurité des habitants sera assurée … Ou pas. » ajoute Sandrine Rousseau.

Pour Julien Bayou, « Le cas de Vaujours illustre la politique d’opacité et de mensonge du nucléaire, de même que l’incapacité d’engager une consultation sincère et équilibrée qui préserve la santé publique. Une entreprise, aussi puissante soit-elle, ne peut pour des raisons de rentabilité économique mortifère s’assoir sur la préservation de l’intérêt général »

EELV exprime par ailleurs son soutien au collectif «Sauvons la Dhuis» mobilisé depuis de longues années qui a récemment engagé des poursuites judiciaires contre la société Placoplâtre pour mise en danger de la vie d’autrui.

Les écologistes appellent ainsi à signer la pétition de soutien qui a déjà récolté plus de 13 000 signatures.

Julien Bayou et Sandrine Rousseau, porte-parole nationaux 

Vous pouvez retrouver ce communiqué ainsi que tous les communiqués sur le site eelv.fr 

Vous souhaitez recevoir l’ensemble des communiqués d’EELV sur votre courriel, cliquez ici