Demain le Travail

Alors que toutes les études montrent que nous sommes entrés dans une période de profondes mutations du monde du travail, marquées par la croissance de l’économie numérique, par les évolutions technologiques, les changements démographiques, les défis environnementaux, la poly-activité et le morcellement des parcours professionnels, il est plus qu’essentiel de nous demander à quoi ressemblera le travail en 2030 ?

Europe Écologie Les Verts et le groupe Verts/ALE au Parlement européen sont heureux de vous inviter

à la convention Demain, le travail
le samedi 27 janvier, de 9h à 20h
14, avenue Marie Reynoard, 38100 Grenoble

INSCRIPTIONS

PROGRAMME PRÉVISIONNEL DE LA CONVENTION

ACCUEIL 8h30-9h

Mot d’ouverture – Eric Piolle

Introduction générale – Alain Coulombel

TABLE RONDE : 9H45-11H15

Travail salarié, travail indépendant, auto-entrepreneuriat, travail à domicile, travail intermittent : comment appréhender l’évolution du cadre du travail et les nouvelles modalités de la relation de travail ?

  • Florence Debord, juriste, professeure à l’université Lyon 2
  • Thomas Coutrotmembre d’Attac
  • Djaoudi Sehilisociologue, Institut du travail

ATELIERS : 11H30–12H45

Atelier 1 : La révolution technologique va-t-elle créer de l’emploi ou au contraire le travail va-t-il disparaître ? Comment la transition écologique de l’économie peut-elle répondre au défi du chômage de masse ?

  • Patrick Rozenblatt, fondateur de l’institut agir ensemble contre le chômage
  • Patrice Flichy, auteur de « Les nouvelles frontières du travail à l’ère du numérique »
  • Meike Fink, 1 million d’emplois pour le climat
  • Michel Hérymembre de l’INRS

Atelier 2 : Parlons travail

  • Serge Volkoff, staticticien, ergonome, directeur de recherche au Centre d’études de l’emploi
  • Frédéric Seve, membre de la commission exécutive de la CFDT
  • Céline Piques, porte-parole d’Osez le féminisme

ATELIERS : 14H15-16H

Atelier 3 : Le développement des plateformes collaboratives : opportunité ou menace ?

  • Jerome Vivenza, reponsable confédéral CGT
  • Antoinette Guhl, adjointe à la maire de Paris
  • Mohssin El Ghabri, politologue et chercheur
  • Manon Fancea, chargée d’accompagnement à Coopaname
  • Dirk Holemans, OIKOS, GEF

Atelier 4 : L’avenir du travail en Europe

  • Michèle Rivasidéputée européenne, Europe Écologie – Les Verts
  • Etienne Penissatchercheur au CNRS
  • Joel Decaillonsecrétaire de la Confédération européenne des syndicats
  • Guillaume Balasdéputé européen, Génération-s

TABLE RONDE : 16H30 -18H

Quelles politiques publiques à l’horizon 2030 ? Perspectives et enjeux ?

  • David Cormandsecrétaire national d’Europe Écologie – Les Verts
  • Eric Piollemaire de Grenoble
  • Guillaume Balasdéputé européen, Génération-s
  • Cécile Cukierman, sénatrice PCF

CONCLUSION : 18H30

 Inscription gratuite mais obligatoire

 

Publicités

La bourse locale du travail de Bobigny en danger

 

bobigny01

La mairie de Bobigny asphyxie un lieu indispensable de lien social et de défense des droits ! 

La Fédération de Seine-Saint-Denis de la Ligue des Droits de l’Homme exprime sa très vive inquiétude concernant les décisions du maire élu en 2014 à Bobigny qui réduit de façon importante les subventions attribuées à la Bourse locale du Travail. Asphyxiée financièrement, celle-ci est en situation de cessation de paiement, contrainte de licencier deux salariées et placée dans l’impossibilité de poursuivre son activité dans des conditions normales, donc d’accueillir les habitants pour tous les problèmes liés à la défense de leurs intérêts professionnels, individuels et collectifs, qu’il s’agisse des salariés, des retraités ou des chômeurs.

Après la fermeture de la Bourse du Travail du Blanc-Mesnil, c’est l’offensive de la droite qui se poursuit contre les libertés syndicales et les outils de défense et de solidarité que se sont donnés les salariés. A la faveur de l’alternance politique, au prétexte d’une politique de réduction des dépenses qui se fait au détriment des plus faibles, le maire de Bobigny supprime tranquillement un lieu de vie, d’écoute, de lien social et de défense des droits.

C’est un geste politique grave que de remettre en cause l’acquis social que représente l’existence d’une Bourse du travail. C’est vouloir rompre brutalement avec un siècle et demi d’histoire du monde du travail et des luttes sociales. Les travailleurs et la population n’ont rien à gagner à la disparition d’un outil permettant d’être un peu moins isolé et démuni dans la relation avec les employeurs, alors que la représentation syndicale est faible ou inexistante dans la plupart des PME, alors que salariés, retraités et chômeurs sont de plus en plus renvoyés au chacun pour soi, à la lutte de tous contre tous, loin des solidarités collectives créatrices de protections et de droits.

Les plus précaires doivent pouvoir s’informer et se défendre, trouver les moyens de résister face aux dégâts de la crise sociale et des politiques d’austérité. La Fédération de Seine-Saint-Denis de la Ligue des Droits de l’Homme demande le maintien des subventions et des locaux des Bourses du Travail, outils essentiels de la démocratie.

A Bobigny comme ailleurs, les Bourses du Travail doivent vivre !

Elle appelle à signer massivement la pétition intersyndicale : http://petition.ulcgtbobigny.fr/

et à participer, avec les organisations syndicales CGT, CFDT, FO, FSU, CFTC, CGC, au 

rassemblement le 30 septembre a partir de 18 h.

sur le parvis de la mairie de Bobigny