Appel au vote – Faisons barrage au FN

Le groupe EELV de Bondy Les Pavillons-sous-Bois prend acte des résultats du vote des Français-es au premier tour de l’élection présidentielle.

Bien que le candidat que nous soutenions ne soit pas présent au second tour, face au danger de la haine et de la xénophobie, l’ensemble du groupe tient à exprimer une position claire contre l’extrême droite.

Pour les écologistes, pas une seule voix ne doit aller à Marine Le Pen. C’est pourquoi le 7 mai, ils appellent chacun-e à aller voter Macron pour faire battre le Front National et protéger la République et ses valeurs. Ce n’est pas un vote d’adhésion pour autant,  Macron, on s’y opposera plus tard, au besoin.

Le groupe poursuivra sans relâche ses combats pour l’écologie, la justice sociale et la reconstruction de la gauche.

Discours de Sylvine Thomassin – Maire de Bondy

Droit de vote des étrangers : c’est la politique du renoncement qui nourrit la montée du populisme et de la xénophobie

2048x1536-fit_samedi-5-septembre-plusieurs-centaines-personnes-rassemblees-place-republique-paris-faveur-accueil-refugies-notamment-syriensLes écologistes s’indignent de l’enterrement en première classe d’une mesure phare, celle du droit de vote des étrangers, acté par le discours martial du Premier ministre lors d’une conférence à Sciences Po.

Pour Europe Ecologie-Les Verts, c’est justement le non-respect des engagements pour lesquels les responsables politiques ont été élus qui participent au discrédit de la parole publique et à la montée des populismes. Plus que la faiblesse et la crispation face à une xénophobie croissante dans notre pays, les écologistes appellent au courage de porter le combat pour l’égalité et la justice, favorable au vivre-ensemble et la participation de toutes et tous à la vie publique, comme l’est le droit de vote pour les étrangers.

Ce n’est pas en désertant sur le terrain de la peur que la gauche et la République ont pu offrir le droit de vote à tous ses citoyens, puis quelques siècles plus tard aux femmes.

François Hollande doit corriger au plus vite les propos de son premier ministre et entamer le respect de sa promesse présidentielle quelqu’en soient les barrages institutionnels. «L’âme de la France, c’est l’égalité» disait François Hollande en 2012 : il est temps d’acter l’égalité des droits pour les étrangers extra-communautaires qui résident et paient des impôts en France.

Julien Bayou et Sandrine Rousseau, porte-parole nationaux 

Crédit Photo : FRANCOIS GUILLOT / AFP