Un coût abordable des transports en commun est un levier contre la pollution de l’air

20 juin 2017
COMMUNIQUE DE PRESSE

Alors que le bulletin quotidien d’Airparif annonce un 3ème jour de pic de pollution et qu’il est prévu que ce dernier dure encore plusieurs jours, probablement jusqu’à la fin de la canicule, Mme Pécresse vient d’annoncer une nouvelle augmentation du passe Navigo qui passerait à 75,20 € par mois (alors même que le conseil du STIF ne s’est pas encore prononcé).

Pour les écologistes, il est urgent de rappeler à Mme Pécresse non seulement ses promesses de campagne mais aussi que la tarification doit être abordable et juste pour que les transports en
commun soient attractifs. Une 2e augmentation importante en 18 mois ne saurait être justifiée quand en plus les transports du quotidien ne sont pas améliorés et même se dégradent à bien des
endroits. L’entretien du réseau, le maintien de l’ouverture de gares en zone peu dense, la présence humaine pour assurer la sécurité doivent également rester des priorités pour la région.
Pour Pierre Serne, administrateur du STIF et ancien Vice-Président aux transports du Conseil régional d’Île-de-France, « les transports coûtent certes, mais il est essentiel que les tarifs
pour les usagers soient maintenus à un niveau raisonnable pour des raisons de santé publique et pour que les pics de pollution soient moins fréquents et moins longs. »

Alors que la canicule prévue met les Francilien-nes les plus fragiles en danger, il est de la responsabilité des pouvoirs publics de prendre les mesures nécessaires pour réduire le pic de
pollution en intensité et dans le temps. Alors que le niveau d’ozone dans l’atmosphère va augmenter au fil des jours, le groupe écologiste attend de la Présidente de Région qu’elle
demande au Préfet la mise en place des mesures restrictives de circulation grâce à la vignette Crit’air et le « ticket pollution » à 3,80€ prévu dans les transports en cas de pic de pollution.

Conformément à l’amendement porté par les écologistes et adopté en CA du STIF, la Présidente de la région doit continuer à demander à l’Etat la compensation du retour à la gratuité des transports en commun en cas de pic de pollution.

Pour les écologistes, le Passe Navigo à tarif unique est un service public qui doit être maintenu pour assurer l’égalité des territoires. La « tarification à l’usage » toujours défendue par le droite est
une vision comptable qui nie l’utilité publique des transports en commun. Il doit être sauvegardé dans sa forme actuelle dézonée.

Depuis 2015 et l’arrivée de Mme Pécresse aux responsabilités régionales, c’est une augmentation cumulée de 7,4% du Passe Navigo. Bien loin de la baisse opérée par la majorité précédente pour les habitant-es de la grande et de la moyenne couronne (- 48% pour l’ancienne zone 5).

Passe Navigo. Une augmentation sans résultats…

COMMUNIQUE DE PRESSE EELV&A

Face à la rumeur persistante d’une probable augmentation du passe Navigo qui semble l’objet d’une prochaine table ronde prévue sur le financement des transports et la tarification le 7 mars, les élu-es régionaux écologistes tiennent à rappeler leur opposition à une forte augmentation du Passe Navigo.

Pour Pierre Serne, ancien Vice-président aux transports franciliens et administrateur du STIF, « Valérie Pécresse qui avait lié toute augmentation des tarifs à une amélioration préalable de l’offre et de la qualité de service pour les usagers est encore une fois en train de renier ses promesses. Non seulement pas une seule de ces fameuses 700 rames neuves promises n’est entrée dans le réseau mais Mme Pécresse a stoppé les renforts d’offre bus notamment en grande couronne, » rappelle l’élu qui souligne que 2016 est une année blanche en 2016 de ce point de vue. Plus grave, pour les écologistes, cette annonce coïncide avec l’annonce des résultats de la régularité des transports en commun pour le 2ème semestre 2016 qui sont en très nette régression sur tous les modes par rapport à 2015. Pour l’élu, « Mme Pécresse fait carton plein dans le reniement vis-à-vis des usagers et des électeurs ».

Pour les écologistes, le tour de passe-passe qui veut faire croire que l’augmentation des tarifs aidera directement à mieux investir est un tout simplement un leurre : « C’est fondamentalement faux. Ce ne sont pas les mêmes caisses et il n’y a pas de vases communicants », rappelle Mounir Satouri, président du groupe écologiste qui considère que « le nouvel exécutif pratique un hold-up répété sur les usagers. Si à terme, avec le Grand Paris, il y a un besoin, réel, de nouvelles recettes d’exploitation pour le STIF, il devrait plutôt être envisagé ailleurs, » rappelle l’élu qui souligne que d’autres sources de recettes existent pour les transports.

Ces deux élus, anciens négociateurs du Passe Navigo tiennent également à rappeler que le tarif unique était un gage d’unité entre tou-tes les Francilien-nes. Son intérêt et son attractivité sont aussi liés à son tarif qui doit rester abordable pour les ménages. « Avec la fin de la gratuité pendant les pics de pollution qui pèse déjà sur une partie des Franciliens, Mme Pécresse récidive et pénalise une fois encore les usagers, mais aussi notre environnement. »

 

Marion JEUNE

Directrice de Cabinet

Groupe EELVA – Conseil Régional IDF

01 53 85 65 20 / 06 59 10 20 26