Tout·e·s mobilisé·e·s contre EuropaCity !

Tout·e·s mobilisé·e·s contre EuropaCity !

L’enquête concernant la ZAC du triangle de Gonesse demandant sa déclaration d’utilité publique (préalable aux expropriations) est ouverte jusqu’au 21 février 2018. Vous pouvez peser de deux manières sur cette enquête publique :

>> En rédigeant un argumentaire contre l’utilité publique de cette ZAC et du projet EuropaCity.

Chaque avis doit être pris en compte par le commissaire enquêteur :
Ce formulaire automatisé est à votre disposition
Quelques clics suffisent

Vous préférez personnaliser davantage votre contribution grâce aux arguments du collectif ?
Alors donnez votre avis ICI.

>> En venant nombreuses et nombreux à la réunion publique de ce mercredi 31 janvier à Gonesse – 20h
Salle Jacques BREL

5 rue du commandant M.-Fourneau

Les militant·e·s ont besoin d’un soutien large dans la salle et d’interventions nombreuses. Soyons présent·e·s !

Publicités

INONDATIONS : STOP À LA BÉTONISATION ! Pour un moratoire sur la construction de nouvelles zones commerciales !

INONDATIONS : STOP À LA BÉTONISATION ! Pour un moratoire sur la construction de nouvelles zones commerciales !

Les inondations qui touchent notre pays sont de plus en plus fréquentes. Et il serait faux de croire que les aléas climatiques soient la seule explication !

L’artificialisation des terres agricoles imperméabilise plusieurs dizaines de milliers d’hectares chaque année en France. Chaque minute, ce sont environ 1000 m² de terres généralement agricoles qui sont recouvertes sous du bitume ou du béton !

Tous les 7 ans, la surface d’un département est ainsi artificialisée.

Généralement situés en périphérie urbaine, ces espaces servaient de zones tampon et permettaient une régulation hydrique qui fait défaut aujourd’hui.

La France compte 807 centres commerciaux s’étalant sur plus de 17 millions de m². Parce que « trop n’est jamais assez », ce sont près de 77 nouvelles grandes surfaces qui pourraient sortir de terre en 2018.

Or, selon un sondage exclusif* mené par l’IFOP pour le compte d’Agir pour l’Environnement, 92% des personnes consultées estiment que la France est suffisamment dotée en hypermarchés, notamment en périphérie urbaine.

Chaque année, une bien peu transparente « Commission Nationale d’Aménagement Commercial » valide entre 2 et 3 millions de m² supplémentaires d’espace commercial ! Entre 2010 et 2016, le pourcentage d’autorisations se situe invariablement entre 88 et 90%.

Nous payons aujourd’hui des décennies d’incurie. Selon l’agronome Jacques Caplat d’Agir pour l’Environnement, une terre bien structurée et riche en matières organiques, c’est-à-dire en petites racines, en humus, en vers de terre, absorbe 100 mm d’eau par heure (jusqu’à 300 mm dans certains cas) !

Il est grand temps d’adopter un moratoire sur la construction ou l’extension de nouvelles surfaces commerciales situées en périphérie urbaine.

SIGNEZ LA PÉTITION ! https://laissebeton.agirpourlenvironnement.org/


* L’enquête a été menée auprès d’un échantillon de 1000 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus entre les 9 et 10 janvier 2018

 

Europa City – Construisons des alternatives

Forum débat Alternatives à Europacity le 8 novembre à 19h Paris 2e

europa

Le collectif pour le Triangle de Gonesse organise avec les organisations partenaires un forum débat pour construire ensemble des alternatives au projet inutile Europacity :

Détruire des terres agricoles parmi les plus fertiles d’Europe ? C’est le projet fou du groupe Auchan. Á quelques km de Paris, Europacity serait une zone commerciale de 80 hectares à vocation « ludo-récréative. » intégrant une piste de ski comme à Dubaï, un parc aquatique, 500 boutiques pour touristes fortunés et une (toute petite) ferme urbaine censée verdir l’ensemble.

Pour le réaliser, la famille Mulliez, propriétaire d’Auchan, s’est alliée à l’investisseur chinois Wanda friand d’immobilier commercial, d’industrie du divertissement et d’hôtellerie de luxe.

Le projet prétendument entièrement financé sur fonds privés, intégré au Grand Paris, dépend de la construction d’une gare de métro et d’aménagements routiers financés sur deniers publics, détournant ainsi l’intérêt général.

L’argument massue de la création d’emplois brandi par Auchan et certains élus locaux a été anéanti par toutes les études indépendantes. Il y aurait peu, voire pas d’emplois nouveaux : les emplois créés là seraient détruits ailleurs, dans les centres villes et la multitude de centres commerciaux du territoire peinant déjà à trouver une clientèle.

Proposons un autre avenir pour le Triangle de Gonesse ! Le débat public sur Europacity s’est terminé en juillet. Sans surprise, ses promoteurs ont annoncé la poursuite du projet. Mais de nombreuses voix s’élèvent pour dénoncer un projet nuisible sur le plan écologique, économique et humain, en opposition avec les engagements de la France lors de la COP21.

Plusieurs alternatives ont commencé à être débattues. Pour rencontrer les organisations engagées dans la lutte, sauver les terres agricoles franciliennes et trouver ensemble des moyens d’agir, le 8 novembre sera un jour clé.

Nous avons besoin de toute votre aide pour continuer la lutte et nous comptons sur votre générosité pour répondre à l’appel à dons sur ………….     Un reçu fiscal vous sera adressé par les Amis de la Terre du Val d’Oise, l’une des associations agréées du CPTG

Votre contribution nous aidera aussi pour l’action juridique déjà engagée

Pour non-respect de plusieurs directives européennes, le CPTG et six autres associations ont saisi la Commission  des pétitions de l’Europe. Les premiers résultats sont attendus pour courant novembre. De plus, nos avocats aidés par plusieurs juristes préparent le recours contre l’arrêté préfectoral de création de la ZAC du Triangle de Gonesse signé le 21 septembre 2016.

Ce n’est qu’un début des procédures juridiques que nous devrons engager. En retour de leurs efforts, nos avocats doivent percevoir des honoraires.

Un grand merci à tout-e-s

Europa City : « Quelles perspectives après le débat public ? »

Le  7 avril 2016, la majorité du Conseil Municipal de Bondy avait présenté un vœu s’opposant au projet « Europa City », vœu à l’initiative du groupe EELV et voté à l’unanimité par le Conseil Municipal.

Le 7 octobre 2016 les Castors Bios vous invitent à un débat concernant le projet ! « Quelles perspectives après le débat public ? »

europa

Europa City : un autre projet est possible !

De nouvelles ressources pour continuer la mobilisation. 

Le mois de mai s’achève. Il a été dense, en réunions publiques du débat, mais aussi en actions. Au cours de la conférence-débat du lundi 23 mai, organisée par le Collectif Pour le Triangle de Gonesse, Pascal Durand, député européen, a annoncé la saisine de la Commission des Pétitions du Parlement européen pour violation par le projet de ZAC du Triangle de Gonesse, porté par l’Etablissement Public d’Aménagement Plaine de France, de plusieurs directives européennes.

Plus d’INFOS

Le magazine du CPTG : l’essentiel d’EuropaCity – Non à Europa City => ACCESSIBLE ICI

Distribué en avant première lors de la conférence-débat du 23 mai, le magazine du CPTG vous permet de comprendre tous les enjeux d’EuropaCIty en quelques pages : Emploi, formation, agriculture, énergie, transports, culture, démocratie.

L’essentiel d’EuropaCity est une publication du Collectif Pour le Triangle de Gonesse.

Directeur de la publication Bernard Loup, co-président du CPTG
Rédactrice en chef Marion Robert
Direction artistique – Photographies : Yann Guillotin
Ont participé à ce numéro Guido Barbisan, Alain Boulanger, Pascal Durand, Guillaume Faburel, Yann Fievet, Benjamin Giron, Florence Godinho, Claude Loup, Jacqueline Lorthiois, Blaise Martin, Jean-Yves Souben, Robert Spizzichino, Jacques Viveret, Jean-François Wolff
Parution mai 2016

Conseil Municipal du 7 avril 2016 – Voeu Europa city

Au Conseil Municipal du 7 avril 2016, la majorité a présenté un vœu s’opposant au projet « Europa City », vœu à l’initiative du groupe EELV et voté à l’unanimité par le Conseil Municipal.

« Immochan, la filiale immobilière du groupe Auchan, présente Europa City comme « un équipement de nouvelle génération qui conjugue une offre diversifiée, à la fois ludique, culturelle, commerciale et touristique »au Sud de Gonesse. Techniquement, c’est un centre commercial associant des « expériences », notamment autour de « l’art de vivre européen » à un parc d’attraction, un parc aquatique, des grands magasins, une grande halle d’exposition, des salles de spectacle, des hôtels thématiques, des restaurants, une station de ski sur neige sur 800 000 m2 de constructions réparties sur 80 hectares. Le projet prévoit d’attirer 30 millions de visiteurs annuels, créer 12 500 emplois directs, sur les 4 ans de la phase de construction, puis 11 500 emplois en phase d’exploitation. Le tout pour un montant estimé à plus de 3 milliards d’euros.

D’un point de vue environnemental, Europa City aboutira à l’artificialisation de 80 hectares de terres agricoles à forte réserve en eau et assurant des récoltes abondantes (blé, maïs, colza et betteraves), par ailleurs déclarées inconstructibles à cause du plan d’exposition au bruit des deux aérogares.

Ce projet est à contre-courant du re-développement des circuits courts qui nourrissent les populations locales tout en diminuant les émissions de gaz effet de serre de nos territoires. Enjeu d’autant plus majeur pour une région aussi densément peuplée qu’est l’Île-de-France et qui est appelée à l’être toujours plus.

Quant aux déplacements, si la ligne 15, encore à l’état de projet, abreuvera à terme Europa City, une autre moitié s’y rendra en voiture, se garera sur d’immenses parkings, construits sur des terres arables d’une qualité exceptionnelle.

Europa City deviendra un immense générateur d’émissions de gaz à effet de serre, tant par sa construction que par son exploitation,  en incohérence totale avec l’objectif national de réduction prôné par la COP 21, la loi de transition énergétique et les Plans Climat locaux.

D’un point de vue économique, nous interrogeons l’opportunité et la viabilité de ce projet pharaonique. Dans un rayon de 20 km, de nombreux gros centres commerciaux existent déjà, dont certains présentent des locaux vides et un turn over important d’enseignes : Parinor, Rosny 2, Aéroville, Qwartz, Domus… Nous sommes convaincus en outre qu’Europa city ne pourra pas capter la clientèle de touristes en transit sur Roissy car Aéroville, ouvert depuis 2 ans, a déjà échoué, présentant un déficit de 5 millions de visiteurs annuels. 

Les touristes en transit ne seront pas assez nombreux pour faire vivre le centre commercial et les promoteurs ne pourront pas compter sur les riverains pour compenser le manque de fréquentation : 24,6 % des habitants de Gonesse vivent sous le seuil de pauvreté, 25,1% à Aulnay, un taux de chômage élevé, les habitants des villes voisines ne dispose pas d’un pouvoir d’achat suffisant.

Il faut bien noter que chaque agrandissement ou nouvelle ouverture d’un grand magasin dans la région porte un nouveau coup à l’activité des petits commerçants et artisans qui rendent de nombreux services aux populations. Notre commune a produit des efforts financiers très importants pour créer un véritable cœur de ville, avec l’installation de nouveaux commerces et bientôt d’un marché. Notre centre-ville est aujourd’hui un lieu d’échanges, de lien social, de vivre ensemble. Il est également prévu de créer des liaisons économiques avec les artères commerçantes situées en continuité du centres jusqu’à des pôles de commerces excentrés, comme la place Neuburger, le pôle gare (en passant par la rue de la République) ou l’avenue Varagnat. Nous n’accepterons pas que ces efforts soient mis à mal.

La promesse, irréaliste, de création de 11 500 emplois ne peut pas non plus justifier ce projet.  les entreprises franciliennes déplorent de grandes difficultés dans le recrutement (cuisiniers, agents de maintenance, maitrise de magasins, jardiniers, vendeurs en produits alimentaires…), et le vivier de salariés reste faible. Il n’y aura donc aucune création d’emploi au bénéfice des riverains  et Europa city n’entrainera qu’un simple déplacement géographique de postes.

Pour nous faire accepter ce nouveau projet, on pratique ainsi un odieux chantage à l’emploi, sans préciser que des centaines d’emplois disparaitront dans les petits commerces de proximité.

Pour toutes ces raisons, à la fois économiques et écologiques, à une période où les communes tentent désespérément de créer des centres villes ou simplement de les reconquérir, les élus de la majorité municipale s’opposent à la mise en chantier du projet Europa City. »