Europa City – Construisons des alternatives

Forum débat Alternatives à Europacity le 8 novembre à 19h Paris 2e

europa

Le collectif pour le Triangle de Gonesse organise avec les organisations partenaires un forum débat pour construire ensemble des alternatives au projet inutile Europacity :

Détruire des terres agricoles parmi les plus fertiles d’Europe ? C’est le projet fou du groupe Auchan. Á quelques km de Paris, Europacity serait une zone commerciale de 80 hectares à vocation « ludo-récréative. » intégrant une piste de ski comme à Dubaï, un parc aquatique, 500 boutiques pour touristes fortunés et une (toute petite) ferme urbaine censée verdir l’ensemble.

Pour le réaliser, la famille Mulliez, propriétaire d’Auchan, s’est alliée à l’investisseur chinois Wanda friand d’immobilier commercial, d’industrie du divertissement et d’hôtellerie de luxe.

Le projet prétendument entièrement financé sur fonds privés, intégré au Grand Paris, dépend de la construction d’une gare de métro et d’aménagements routiers financés sur deniers publics, détournant ainsi l’intérêt général.

L’argument massue de la création d’emplois brandi par Auchan et certains élus locaux a été anéanti par toutes les études indépendantes. Il y aurait peu, voire pas d’emplois nouveaux : les emplois créés là seraient détruits ailleurs, dans les centres villes et la multitude de centres commerciaux du territoire peinant déjà à trouver une clientèle.

Proposons un autre avenir pour le Triangle de Gonesse ! Le débat public sur Europacity s’est terminé en juillet. Sans surprise, ses promoteurs ont annoncé la poursuite du projet. Mais de nombreuses voix s’élèvent pour dénoncer un projet nuisible sur le plan écologique, économique et humain, en opposition avec les engagements de la France lors de la COP21.

Plusieurs alternatives ont commencé à être débattues. Pour rencontrer les organisations engagées dans la lutte, sauver les terres agricoles franciliennes et trouver ensemble des moyens d’agir, le 8 novembre sera un jour clé.

Nous avons besoin de toute votre aide pour continuer la lutte et nous comptons sur votre générosité pour répondre à l’appel à dons sur ………….     Un reçu fiscal vous sera adressé par les Amis de la Terre du Val d’Oise, l’une des associations agréées du CPTG

Votre contribution nous aidera aussi pour l’action juridique déjà engagée

Pour non-respect de plusieurs directives européennes, le CPTG et six autres associations ont saisi la Commission  des pétitions de l’Europe. Les premiers résultats sont attendus pour courant novembre. De plus, nos avocats aidés par plusieurs juristes préparent le recours contre l’arrêté préfectoral de création de la ZAC du Triangle de Gonesse signé le 21 septembre 2016.

Ce n’est qu’un début des procédures juridiques que nous devrons engager. En retour de leurs efforts, nos avocats doivent percevoir des honoraires.

Un grand merci à tout-e-s

Publicités

Loi biodiversité : des avancées mais qui ne répondent pas à l’urgence des enjeux

Loi biodiversité : des avancées mais qui ne répondent pas à l’urgence des enjeux

Débattue dans la foulée de la COP21 et de l’accord de Paris, la loi biodiversité était attendue comme une grande évolution de la mandature, de celles capables de prouver que l’OCDE avait tort d’accuser la France de ne pas assumer son rôle dans la lutte pour la protection de la planète. Si des avancées sont notables, force est de constater que le texte est loin d’être à la hauteur des enjeux.

En proposant de repousser la mise en place de plusieurs mesures phares, la secrétaire d’Etat à la biodiversité Barbara Pompili a démontré que les enjeux de santé et de préservation du climat n’étaient pas une priorité pour ce gouvernement. Une attitude préjudiciable à la loi et au climat que déplorent les écologistes.

Des reculs majeurs

La troisième lecture à l’Assemblée Nationale et au Sénat a connu des reculs majeurs, notamment sur la taxation de l’huile de palme qui avait été gagnée par un amendement écologiste au Sénat porté par Aline Archimbaud et Ronan Dantec, remplacée par un engagement du gouvernement à travailler sur le sujet… alors même que les conséquences dévastatrices de la culture de l’huile de palme pour la biodiversité sont aujourd’hui avérées.

Sur la question de l’interdiction des pesticides néonicotinoïdes, dont les scientifique ont démontré les effets catastrophiques sur la mortalité des pollinisateurs, et qui a rencontré un soutien massif de la population, l’Assemblée Nationale a finalement conservé une interdiction en 2018, mais assortie de dérogations mal définies jusqu’à 2020. C’est avec une grande déception que les écologistes prennent acte de cette décision.

Des avancées importantes

Pour autant, le combat mené par les écologistes, contre ceux qui aiment se parer d’une écologie marketing et de façade, a su porter ses fruits. Sous l’impulsion des parlementaires écologistes, la protection des espèces endémiques les plus menacées est rendue systématique, les battues sur les espèces protégées sont interdites, les allées d’arbres bénéficient d’une protection, le champ de la non brevetabilité du vivant est élargi, les échanges de semences sont facilités etc.

La reconnaissance du préjudice écologique ouvre quant à elle la possibilité d’intenter des actions en justice contre les pollueurs et a pour de donner un fondement juridique renforcé au préjudice écologique (« tout fait quelconque de l’homme qui cause un dommage à l’environnement ») et à son indemnisation.

La reconnaissance de la biopiraterie est inscrite dans la loi. La France montre ainsi sa volonté de préserver la diversité biologique et culturelle et de protéger les peuples autochtones du pillage de leurs ressources et savoirs traditionnels par de grands groupes industriels.

Alors que le Sénat italien a inscrit la notion de crimes contre l’environnement (« ecoreati ») dans son code pénal, en France, le gouvernement est à l’origine des reculs sur de l’huile de palme ou les néonicotinoïdes. Un signe politique fort, témoin des clivages qui sont apparus lors des débats entre les défenseurs de la biodiversité, un bien commun fragile, dont dépend 40% de l’activité humaine, et ceux qui déconsidèrent la nature en l’opprimant comme un produit à exploiter.

Cette loi sur la reconquête de la biodiversité, bien que contenant de nombreuses dispositions porteuses d’améliorations, reste une loi a minima et ne répond pas à l’urgence d’agir qui devrait être la notre.

Communiqué EELV

Europa City : un autre projet est possible !

De nouvelles ressources pour continuer la mobilisation. 

Le mois de mai s’achève. Il a été dense, en réunions publiques du débat, mais aussi en actions. Au cours de la conférence-débat du lundi 23 mai, organisée par le Collectif Pour le Triangle de Gonesse, Pascal Durand, député européen, a annoncé la saisine de la Commission des Pétitions du Parlement européen pour violation par le projet de ZAC du Triangle de Gonesse, porté par l’Etablissement Public d’Aménagement Plaine de France, de plusieurs directives européennes.

Plus d’INFOS

Le magazine du CPTG : l’essentiel d’EuropaCity – Non à Europa City => ACCESSIBLE ICI

Distribué en avant première lors de la conférence-débat du 23 mai, le magazine du CPTG vous permet de comprendre tous les enjeux d’EuropaCIty en quelques pages : Emploi, formation, agriculture, énergie, transports, culture, démocratie.

L’essentiel d’EuropaCity est une publication du Collectif Pour le Triangle de Gonesse.

Directeur de la publication Bernard Loup, co-président du CPTG
Rédactrice en chef Marion Robert
Direction artistique – Photographies : Yann Guillotin
Ont participé à ce numéro Guido Barbisan, Alain Boulanger, Pascal Durand, Guillaume Faburel, Yann Fievet, Benjamin Giron, Florence Godinho, Claude Loup, Jacqueline Lorthiois, Blaise Martin, Jean-Yves Souben, Robert Spizzichino, Jacques Viveret, Jean-François Wolff
Parution mai 2016

Conseil Municipal du 7 avril 2016 – Voeu Europa city

Au Conseil Municipal du 7 avril 2016, la majorité a présenté un vœu s’opposant au projet « Europa City », vœu à l’initiative du groupe EELV et voté à l’unanimité par le Conseil Municipal.

« Immochan, la filiale immobilière du groupe Auchan, présente Europa City comme « un équipement de nouvelle génération qui conjugue une offre diversifiée, à la fois ludique, culturelle, commerciale et touristique »au Sud de Gonesse. Techniquement, c’est un centre commercial associant des « expériences », notamment autour de « l’art de vivre européen » à un parc d’attraction, un parc aquatique, des grands magasins, une grande halle d’exposition, des salles de spectacle, des hôtels thématiques, des restaurants, une station de ski sur neige sur 800 000 m2 de constructions réparties sur 80 hectares. Le projet prévoit d’attirer 30 millions de visiteurs annuels, créer 12 500 emplois directs, sur les 4 ans de la phase de construction, puis 11 500 emplois en phase d’exploitation. Le tout pour un montant estimé à plus de 3 milliards d’euros.

D’un point de vue environnemental, Europa City aboutira à l’artificialisation de 80 hectares de terres agricoles à forte réserve en eau et assurant des récoltes abondantes (blé, maïs, colza et betteraves), par ailleurs déclarées inconstructibles à cause du plan d’exposition au bruit des deux aérogares.

Ce projet est à contre-courant du re-développement des circuits courts qui nourrissent les populations locales tout en diminuant les émissions de gaz effet de serre de nos territoires. Enjeu d’autant plus majeur pour une région aussi densément peuplée qu’est l’Île-de-France et qui est appelée à l’être toujours plus.

Quant aux déplacements, si la ligne 15, encore à l’état de projet, abreuvera à terme Europa City, une autre moitié s’y rendra en voiture, se garera sur d’immenses parkings, construits sur des terres arables d’une qualité exceptionnelle.

Europa City deviendra un immense générateur d’émissions de gaz à effet de serre, tant par sa construction que par son exploitation,  en incohérence totale avec l’objectif national de réduction prôné par la COP 21, la loi de transition énergétique et les Plans Climat locaux.

D’un point de vue économique, nous interrogeons l’opportunité et la viabilité de ce projet pharaonique. Dans un rayon de 20 km, de nombreux gros centres commerciaux existent déjà, dont certains présentent des locaux vides et un turn over important d’enseignes : Parinor, Rosny 2, Aéroville, Qwartz, Domus… Nous sommes convaincus en outre qu’Europa city ne pourra pas capter la clientèle de touristes en transit sur Roissy car Aéroville, ouvert depuis 2 ans, a déjà échoué, présentant un déficit de 5 millions de visiteurs annuels. 

Les touristes en transit ne seront pas assez nombreux pour faire vivre le centre commercial et les promoteurs ne pourront pas compter sur les riverains pour compenser le manque de fréquentation : 24,6 % des habitants de Gonesse vivent sous le seuil de pauvreté, 25,1% à Aulnay, un taux de chômage élevé, les habitants des villes voisines ne dispose pas d’un pouvoir d’achat suffisant.

Il faut bien noter que chaque agrandissement ou nouvelle ouverture d’un grand magasin dans la région porte un nouveau coup à l’activité des petits commerçants et artisans qui rendent de nombreux services aux populations. Notre commune a produit des efforts financiers très importants pour créer un véritable cœur de ville, avec l’installation de nouveaux commerces et bientôt d’un marché. Notre centre-ville est aujourd’hui un lieu d’échanges, de lien social, de vivre ensemble. Il est également prévu de créer des liaisons économiques avec les artères commerçantes situées en continuité du centres jusqu’à des pôles de commerces excentrés, comme la place Neuburger, le pôle gare (en passant par la rue de la République) ou l’avenue Varagnat. Nous n’accepterons pas que ces efforts soient mis à mal.

La promesse, irréaliste, de création de 11 500 emplois ne peut pas non plus justifier ce projet.  les entreprises franciliennes déplorent de grandes difficultés dans le recrutement (cuisiniers, agents de maintenance, maitrise de magasins, jardiniers, vendeurs en produits alimentaires…), et le vivier de salariés reste faible. Il n’y aura donc aucune création d’emploi au bénéfice des riverains  et Europa city n’entrainera qu’un simple déplacement géographique de postes.

Pour nous faire accepter ce nouveau projet, on pratique ainsi un odieux chantage à l’emploi, sans préciser que des centaines d’emplois disparaitront dans les petits commerces de proximité.

Pour toutes ces raisons, à la fois économiques et écologiques, à une période où les communes tentent désespérément de créer des centres villes ou simplement de les reconquérir, les élus de la majorité municipale s’opposent à la mise en chantier du projet Europa City. »

COP21 : un accord historique qui doit ouvrir une nouvelle ère

EELV se félicite de l’adoption de l’accord sur le climat, intervenue ce soir au Bourget à la COP21. Il s’agit d’une étape historique.

En l’adoptant, les pays du monde montrent qu’ils mesurent l’ampleur et les dangers d’un dérèglement climatique non contrôlé. La volonté de rester en deçà de 2 degrés de réchauffement en moyenne est une avancée réelle. Europe Ecologie-Les Verts se réjouit de cette prise de conscience et de cette volonté collective d’éviter le pire.

La question de la justice climatique a été au cœur des négociations à juste titre. En permettant aux pays en développement de s’adapter, les Etats les plus riches ont reconnu l’importance de mettre en œuvre une justice climatique.

Nous assistons pour la première fois dans l’histoire de l’humanité à un début de gouvernance mondiale sur un enjeu majeur, la naissance d’une diplomatie du climat et la prise en compte collective des enjeux immenses pour l’avenir de l’humanité que constitue la sortie indispensable des énergies fossiles. La voie est désormais ouverte pour aller vers des économies 100% renouvelables : il s’agit d’une priorité absolue.

Avec la nécessité urgente de lancer des outils de régulation de la finance, il faudra à l’avenir être vigilant quand à la mise en œuvre de cet accord et poursuivre l’indispensable mobilisation citoyenne et universelle. La France doit notamment montrer la voie en appliquant cet accord à toutes les échelles, nationale et locale.

Emmanuelle Cosse, secrétaire nationale EELV

Julien Bayou et Sandrine Rousseau, porte-parole nationaux 

Les écologistes français et européens lancent un site dédié à la mobilisation « standup4climate.org »

Annulation de la marche parisienne du 29 novembre : les écologistes français et européens lancent un site dédié à la mobilisation « standup4climate.org »

Après l’annulation de la marche mondiale pour le climat initialement prévue le 29 novembre à Paris, les écologistes français et européens répondent aujourd’hui en lançant un site « standup4climate.org » dédié à la poursuite de la mobilisation en ligne à l’approche de la COP21.

Face à l’horreur des attentats et les décisions prises en conséquence par les pouvoirs publics, cet outil national et européen veut maintenir intacte la détermination et la mobilisation de toutes et tous face au défi de civilisation qu’est le dérèglement climatique.

Alors que c’est justement nos libertés et notre démocratie que les terroristes ont attaquées, Europe Ecologie-Les Verts appelle à chacun-e à se tenir debout pour la cause climatique, faire pression sur les décideurs pour stopper l’inaction et le rôle grandissant des lobbys, et ainsi réussir le grand rendez-vous de la 21ème conférence-climat avec la signature impérative d’un accord global et contraignant de réduction de gaz à effet de serre.

Europe Ecologie-Les Verts appelle ainsi le plus grand nombre à rejoindre ce mouvement, à partir du site ou sur les réseaux sociaux, avec le hashtag dédié #StandUp4Climate. Les messages seront relayés sur une carte pour montrer aux chefs d’Etats l’ampleur de la conscience climatique à l’échelle nationale, européenne et mondiale.

EELV soutiendra également sans réserve toutes les initiatives de la société civile prises en ce sens.

Emmanuelle Cosse, secrétaire nationale d’Europe Ecologie-Les Verts

Yannick Jadot, porte-Parole Verts/ALE pour le climat

COP 21 // Pour le maintien des rencontres citoyennes de Romainville

La Rencontre Citoyenne sur les enjeux du sommet mondial sur le climat que le groupe EELV de Romainville organise le vendredi 27 novembre prochain doit être maintenue… La décision du gouvernement  d’annuler les manifestations rend d’autant plus importantes toutes les initiatives d’éducation populaire de ce type, afin d’éviter que la COP21 soit réduite aux seules réunions institutionnelles et afin de susciter l’implication citoyenne dans ces débats.

De plus, les quatre intervenants que nous avons invités (Agnès Sinaï, Bruno Rebelle, Pablo Servigne et Christophe Ventura) ont comme point commun – entre autres – de lier les questions climatiques aux questions géostratégiques. Voir par exemple l’article d’Agnès Sinaï sur les origines climatiques des conflits dans le Monde Diplomatique, la vidéo de Christophe Ventura sur les conséquences du libre échange, l’article de Pablo Servigne pour le site Reporterre sur les migrants venus de Syrie, ou encore le dernier livre de Bruno Rebelle. La rencontre du 27 novembre à Romainville sera donc aussi une occasion de réfléchir d’une façon globale  sur la terrible actualité que nous connaissons depuis quelques jours.

Vous êtes donc toutes et tous invité-e-s à réserver votre soirée du 27 novembre pour venir à Romainville (merci de vous inscrire sur l’événement Facebook afin de nous permettre de préparer l’intendance !). Pour celles et ceux qui ne l’auraient pas encore vue, une vidéo présentant la rencontre du 27 est en ligne (voir ici). Il est très facile de la diffuser en envoyant ce lien à vos correspondants : https://youtu.be/G9sRjTti8rY

Rappel : Rencontre citoyenne sur la COP21, Vendredi 27 novembre 2015 à partir de 19 heures, Espace M. Cachin, 4 rue de la Résistance à Romainville (Métro Mairie des Lilas puis Bus 105 arrêt Place du Marché).

Nicolas Voisin