Conseil municipal du 15 décembre 2016 : Mise en débat du Plan d’Aménagement Durable dans le cadre de la révision du PLU de Bondy

Depuis 2011 le groupe EELV tentait de faire prendre conscience à l’ensemble de la municipalité que le premier PLU voté était loin d’être parfait, et ne correspondait pas à notre Ville. Le PADD, présenté au dernier conseil municipal, pierre angulaire du futur nouveau PLU, témoigne d’une volonté de reprendre en main l’urbanisme de notre Ville.

Intervention de Patrick Sollier, Maire Adjoint à la culture et à l’éducation populaire

« En 2011, peu convaincus par le document, le groupe EELV s’abstenait sur le vote du premier PLU. Et, au fil des ans, nous nous sommes bien rendu compte que ce document ne répondait pas, comme nous le pensions, aux attentes de la population, et favorisait un développement anarchique de notre Ville. Notamment des immeubles de 15 mètres en zone pavillonnaire, rue Fontaine par exemple, ou des bonis écologiques qui n’en étaient pas. Non remercions ainsi Madame la Maire d’avoir bien voulu lancer la révision de notre PLU.

Chemin faisant, nous avons relancé un nouveau travail en novembre 2015, donnant naissance à un Plan d’Aménagement et de Développement Durable, présenté et mis en débat ce soir. Obligatoire pour tout PLU, il définit les grands lignes en termes d’urbanisme et d’aménagement. Fruit d’un processus complexe, et d’une réelle concertation avec la population, les services, les élus, il est le reflet d’une volonté partagée par un grand nombre de représentants de notre Ville.

En suivant des documents comme le PLH, le SDRIF…  entre  6 000 et 9 000 nouveaux concitoyens viendront grossir la population de Bondy d’ici 2030, certains appellerons cela la marche de l’histoire. Le PADD devra nous permettre d’accueillir les futurs Bondynois dans de bonnes conditions, tout en améliorant celles des habitants actuels. Ce document deviendra ainsi le nouveau squelette de notre ville, nous aidant à maîtriser correctement son évolution, les différentes Opérations d’Aménagement et de Programmation (OAP) inscrites en témoignent. Il impulsera ainsi les directions urbaines, tout en nous permettant de garder la main sur le développement de notre Ville,  en ayant à l’esprit les futurs grands projets structurant qui nous impacteront, tel que la ligne 15, le Tzen, la ZAC…, ainsi que les différentes entités territoriales (EPT, MGP) auxquelles nous appartenons

En décidant de sanctuariser les zones pavillonnaires, le nouveau PADD prend ainsi sa source au sein même de l’identité historique de Bondy, ville de villégiature aux portes de Paris fin XIXème, début XXème, et ville terrain de grandes mutations lors de la seconde moitié du XXème. Bondy est plurielle, et nous devons être en capacité de créer un maillage entre ces différentes composantes de notre territoire, pour aboutir à un réel travail de couture, appliqué à toutes les échelles de la Ville. Correctement réalisé, ce travail nous permettra, entre autre, d’assumer et d’intensifier la mixité sociale du territoire.

Les nouvelles formes de mobilités, la préservation des espaces verts… participeront à la pacification de notre cité. Le Schéma Directeur de la Région Île-de-France préconise que chaque ville se dote de 10 m2 d’espace vert par habitant, tandis que Bondy n’en compte aujourd’hui que 3… Nous devons atteindre ce seuil prescrit. Nous considérons les prévisions de densification invoquées par le SRIDF comme obligatoires, mais pourquoi ne faisons-nous pas de même pour la nature en Ville ?   Car si nous allons devoir, dans les prochaines années, densifier certaines zones et accueillir de nouveaux Bondynois, il sera impératif que tout un chacun puisse s’approprier son propre havre de paix et respirer.

Le PADD exprime ainsi une réflexion sur le temps long, et projette Bondy dans les 50 prochaines années. Il devra anticiper un environnement mouvant, et préparer la Ville à certains grands enjeux écologiques, sociétaux, économiques. Notre PADD doit donc faire de Bondy une Ville en capacité de résister à ces grands bouleversements, de faire face à l’avenir, de l’anticiper.

Enfin, il est impératif de rendre notre Ville plus désirable, plus attractive. Cela passera par des logements de qualité, de hauteur raisonnable, écologiquement innovants. C’est un des objectifs de la charte de l’Habitat votée ce soir. C’est aussi rendre les activités économiques pérennes, en créant de véritables linéaires d’activités, visuellement attrayants, pour répondre au besoin de la population, tant en termes de services de qualité, que de créations d’emplois. Enfin, cela est sans compter sur l’accroissement de l’offre de services publics.

Le groupe EELV se réjouit ainsi du travail réalisé ces derniers mois, et des nombreux échanges permettant d’aboutir, selon nous, à un document ambitieux, cohérent, mais non moins réaliste. »

Télécharger le document

Publicités

NON A LA FERMETURE DE LA MOITIE DES CIO DE SEINE-SAINT-DENIS ! Rassemblement à Bondy mercredi 14 décembre à 15h30

Le conseil départemental du 93 a décidé de ne plus contribuer au financement des Centres d’Information et d’Orientation du département, ce qui implique d’en fermer huit, soit la moitié du réseau. L’État doit effectivement reprendre à sa charge ces services, mais il a décidé de n’en reprendre qu’un seul sur les huit!

Voir pétition en ligne : ICI 

Les personnels du CIO de Bondy menacé de fermeture organise un rassemblement mercredi 14 décembre 2016 à 15h30 devant la mairie de Bondy.

Nous reproduisons leur appel ci dessous que nous soutenons et le communiqué de la LDH.


Lettre de la Maire de Bondy – Sylvine Thomassin – Adressée à Madame Najat Vallaud Belkacem – Ministre de l’éducation – PDF disponible ICI

cio-1cio-2


La Fédération de Seine-Saint-Denis de la Ligue des droits de l’Homme condamne avec fermeté la perspective de fermeture de plusieurs Centres d’Information et d’Orientation (CIO) du département.

La décision du Conseil départemental de se désengager des frais d’hébergement et de fonctionnement de plusieurs CIO du 93, comme celle du Rectorat de ne reprendre à sa charge que 10 CIO sur les 17 existant en Seine-Saint-Denis constitue un scandale absolu dans un département où les publics fragiles sont nombreux et où favoriser la réussite scolaire de tous devrait être une priorité réelle.

Vouloir renvoyer élèves, étudiants et parents vers des CIO beaucoup plus éloignés entraînera une plus faible fréquentation, pénalisera tous les jeunes et en particulier les plus en difficulté (décrocheurs, adolescents nouvellement arrivés en France, jeunes handicapés ou en difficulté), aggravera les conditions de suivi des équipes et des établissements par les conseillers d’orientation psychologues qui en sont chargés.

Comment imaginer par exemple que les personnes concernées, domiciliées à Bondy ou Pavillons-sous-Bois, iront aussi nombreuses au CIO de Clichy-sous-Bois en lieu et place du CIO de Bondy ? Comment éviter que le service rendu se dégrade alors que les conseillers auront en charge davantage d’établissements et plus de distance à parcourir ?

La Ligue des droits de l’Homme, attachée à l’égalité effective des droits, et soucieuse en particulier du droit à l’éducation comme du respect de l’ensemble des droits sociaux refuse cette nouvelle dégradation du service public de l’Education nationale. En Seine-Saint-Denis, encore plus qu’ailleurs peut-être, l’accès à l’information et au conseil en matière de scolarisation, d’orientation et de parcours de formation doit être facilité par la proximité, la disponibilité et la gratuité.

La LDH apporte son soutien à tous les personnels mobilisés pour la défense des CIO et de leurs missions et appelle parents d’élèves et citoyens à se joindre aux protestations qui sont organisées.

Déjà la mobilisation semble avoir porté ses fruits dans certaines villes, mais

c’est l’ensemble des CIO qui doivent être maintenus et dotés des moyens nécessaires pour travailler efficacement au service des jeunes et des parents.

Bobigny, le 13.12.2016


Section locale de la Ligue des droits de l’Homme Bondy – Noisy – Rosny – Bobigny c/o Centre socioculturel des Marnaudes rue Offenbach 93110 Rosny sous Bois ldh-bnrb@ldh-france.org / 06 89 30 86 15

EELV 93 condamne le retour du puritanisme en politique

Interdiction des affiches de la campagne de prévention contre le Sida à Aulnaysous-Bois : EELV 93 condamne le retour du puritanisme en politique

L’arrêté du maire d’Aulnay-sous-Bois est, une fois de plus la preuve, que, comme le Sida, la discrimination et l’homophobie gagnent du terrain. Cet arrêté, qui vise à interdire une campagne de santé publique, engageant les jeunes à utiliser des moyens de protection lors de rapports sexuels, est une marque d’ignorance et d’inconscience de la part du maire d’Aulnay-sous-Bois.

Ignorance, parce que le maire d’Aulnay-sous-Bois doit savoir qu’aujourd’hui encore, on meurt du sida. Que dans sa commune, il y a des jeunes qui vont attraper cette maladie et en mourir.

Inconscience, parce qu’en prenant cet arrêté, le maire d’Aulnay-sous-Bois fait le jeu des fondamentalismes religieux qui ne cherchent qu’à diviser et à casser l’unité de notre société, déjà atteinte en Seine saint Denis.

EELV 93 demande le retrait immédiat de cet arrêté homophobe et discriminant. Nous soutenons cette campagne et apportons notre soutien sans faille à toutes les associations de lutte contre l’homophobie, les discriminations et qui s’engagent, tous les jours, pour la santé de toutes et de tous.

Le 23 novembre 2016

EELV Seine-Saint-Denis

Europa City – Construisons des alternatives

Forum débat Alternatives à Europacity le 8 novembre à 19h Paris 2e

europa

Le collectif pour le Triangle de Gonesse organise avec les organisations partenaires un forum débat pour construire ensemble des alternatives au projet inutile Europacity :

Détruire des terres agricoles parmi les plus fertiles d’Europe ? C’est le projet fou du groupe Auchan. Á quelques km de Paris, Europacity serait une zone commerciale de 80 hectares à vocation « ludo-récréative. » intégrant une piste de ski comme à Dubaï, un parc aquatique, 500 boutiques pour touristes fortunés et une (toute petite) ferme urbaine censée verdir l’ensemble.

Pour le réaliser, la famille Mulliez, propriétaire d’Auchan, s’est alliée à l’investisseur chinois Wanda friand d’immobilier commercial, d’industrie du divertissement et d’hôtellerie de luxe.

Le projet prétendument entièrement financé sur fonds privés, intégré au Grand Paris, dépend de la construction d’une gare de métro et d’aménagements routiers financés sur deniers publics, détournant ainsi l’intérêt général.

L’argument massue de la création d’emplois brandi par Auchan et certains élus locaux a été anéanti par toutes les études indépendantes. Il y aurait peu, voire pas d’emplois nouveaux : les emplois créés là seraient détruits ailleurs, dans les centres villes et la multitude de centres commerciaux du territoire peinant déjà à trouver une clientèle.

Proposons un autre avenir pour le Triangle de Gonesse ! Le débat public sur Europacity s’est terminé en juillet. Sans surprise, ses promoteurs ont annoncé la poursuite du projet. Mais de nombreuses voix s’élèvent pour dénoncer un projet nuisible sur le plan écologique, économique et humain, en opposition avec les engagements de la France lors de la COP21.

Plusieurs alternatives ont commencé à être débattues. Pour rencontrer les organisations engagées dans la lutte, sauver les terres agricoles franciliennes et trouver ensemble des moyens d’agir, le 8 novembre sera un jour clé.

Nous avons besoin de toute votre aide pour continuer la lutte et nous comptons sur votre générosité pour répondre à l’appel à dons sur ………….     Un reçu fiscal vous sera adressé par les Amis de la Terre du Val d’Oise, l’une des associations agréées du CPTG

Votre contribution nous aidera aussi pour l’action juridique déjà engagée

Pour non-respect de plusieurs directives européennes, le CPTG et six autres associations ont saisi la Commission  des pétitions de l’Europe. Les premiers résultats sont attendus pour courant novembre. De plus, nos avocats aidés par plusieurs juristes préparent le recours contre l’arrêté préfectoral de création de la ZAC du Triangle de Gonesse signé le 21 septembre 2016.

Ce n’est qu’un début des procédures juridiques que nous devrons engager. En retour de leurs efforts, nos avocats doivent percevoir des honoraires.

Un grand merci à tout-e-s

Europa City : un autre projet est possible !

De nouvelles ressources pour continuer la mobilisation. 

Le mois de mai s’achève. Il a été dense, en réunions publiques du débat, mais aussi en actions. Au cours de la conférence-débat du lundi 23 mai, organisée par le Collectif Pour le Triangle de Gonesse, Pascal Durand, député européen, a annoncé la saisine de la Commission des Pétitions du Parlement européen pour violation par le projet de ZAC du Triangle de Gonesse, porté par l’Etablissement Public d’Aménagement Plaine de France, de plusieurs directives européennes.

Plus d’INFOS

Le magazine du CPTG : l’essentiel d’EuropaCity – Non à Europa City => ACCESSIBLE ICI

Distribué en avant première lors de la conférence-débat du 23 mai, le magazine du CPTG vous permet de comprendre tous les enjeux d’EuropaCIty en quelques pages : Emploi, formation, agriculture, énergie, transports, culture, démocratie.

L’essentiel d’EuropaCity est une publication du Collectif Pour le Triangle de Gonesse.

Directeur de la publication Bernard Loup, co-président du CPTG
Rédactrice en chef Marion Robert
Direction artistique – Photographies : Yann Guillotin
Ont participé à ce numéro Guido Barbisan, Alain Boulanger, Pascal Durand, Guillaume Faburel, Yann Fievet, Benjamin Giron, Florence Godinho, Claude Loup, Jacqueline Lorthiois, Blaise Martin, Jean-Yves Souben, Robert Spizzichino, Jacques Viveret, Jean-François Wolff
Parution mai 2016

Conseil Municipal du 7 avril 2016 – Voeu Europa city

Au Conseil Municipal du 7 avril 2016, la majorité a présenté un vœu s’opposant au projet « Europa City », vœu à l’initiative du groupe EELV et voté à l’unanimité par le Conseil Municipal.

« Immochan, la filiale immobilière du groupe Auchan, présente Europa City comme « un équipement de nouvelle génération qui conjugue une offre diversifiée, à la fois ludique, culturelle, commerciale et touristique »au Sud de Gonesse. Techniquement, c’est un centre commercial associant des « expériences », notamment autour de « l’art de vivre européen » à un parc d’attraction, un parc aquatique, des grands magasins, une grande halle d’exposition, des salles de spectacle, des hôtels thématiques, des restaurants, une station de ski sur neige sur 800 000 m2 de constructions réparties sur 80 hectares. Le projet prévoit d’attirer 30 millions de visiteurs annuels, créer 12 500 emplois directs, sur les 4 ans de la phase de construction, puis 11 500 emplois en phase d’exploitation. Le tout pour un montant estimé à plus de 3 milliards d’euros.

D’un point de vue environnemental, Europa City aboutira à l’artificialisation de 80 hectares de terres agricoles à forte réserve en eau et assurant des récoltes abondantes (blé, maïs, colza et betteraves), par ailleurs déclarées inconstructibles à cause du plan d’exposition au bruit des deux aérogares.

Ce projet est à contre-courant du re-développement des circuits courts qui nourrissent les populations locales tout en diminuant les émissions de gaz effet de serre de nos territoires. Enjeu d’autant plus majeur pour une région aussi densément peuplée qu’est l’Île-de-France et qui est appelée à l’être toujours plus.

Quant aux déplacements, si la ligne 15, encore à l’état de projet, abreuvera à terme Europa City, une autre moitié s’y rendra en voiture, se garera sur d’immenses parkings, construits sur des terres arables d’une qualité exceptionnelle.

Europa City deviendra un immense générateur d’émissions de gaz à effet de serre, tant par sa construction que par son exploitation,  en incohérence totale avec l’objectif national de réduction prôné par la COP 21, la loi de transition énergétique et les Plans Climat locaux.

D’un point de vue économique, nous interrogeons l’opportunité et la viabilité de ce projet pharaonique. Dans un rayon de 20 km, de nombreux gros centres commerciaux existent déjà, dont certains présentent des locaux vides et un turn over important d’enseignes : Parinor, Rosny 2, Aéroville, Qwartz, Domus… Nous sommes convaincus en outre qu’Europa city ne pourra pas capter la clientèle de touristes en transit sur Roissy car Aéroville, ouvert depuis 2 ans, a déjà échoué, présentant un déficit de 5 millions de visiteurs annuels. 

Les touristes en transit ne seront pas assez nombreux pour faire vivre le centre commercial et les promoteurs ne pourront pas compter sur les riverains pour compenser le manque de fréquentation : 24,6 % des habitants de Gonesse vivent sous le seuil de pauvreté, 25,1% à Aulnay, un taux de chômage élevé, les habitants des villes voisines ne dispose pas d’un pouvoir d’achat suffisant.

Il faut bien noter que chaque agrandissement ou nouvelle ouverture d’un grand magasin dans la région porte un nouveau coup à l’activité des petits commerçants et artisans qui rendent de nombreux services aux populations. Notre commune a produit des efforts financiers très importants pour créer un véritable cœur de ville, avec l’installation de nouveaux commerces et bientôt d’un marché. Notre centre-ville est aujourd’hui un lieu d’échanges, de lien social, de vivre ensemble. Il est également prévu de créer des liaisons économiques avec les artères commerçantes situées en continuité du centres jusqu’à des pôles de commerces excentrés, comme la place Neuburger, le pôle gare (en passant par la rue de la République) ou l’avenue Varagnat. Nous n’accepterons pas que ces efforts soient mis à mal.

La promesse, irréaliste, de création de 11 500 emplois ne peut pas non plus justifier ce projet.  les entreprises franciliennes déplorent de grandes difficultés dans le recrutement (cuisiniers, agents de maintenance, maitrise de magasins, jardiniers, vendeurs en produits alimentaires…), et le vivier de salariés reste faible. Il n’y aura donc aucune création d’emploi au bénéfice des riverains  et Europa city n’entrainera qu’un simple déplacement géographique de postes.

Pour nous faire accepter ce nouveau projet, on pratique ainsi un odieux chantage à l’emploi, sans préciser que des centaines d’emplois disparaitront dans les petits commerces de proximité.

Pour toutes ces raisons, à la fois économiques et écologiques, à une période où les communes tentent désespérément de créer des centres villes ou simplement de les reconquérir, les élus de la majorité municipale s’opposent à la mise en chantier du projet Europa City. »

Tous ensemble pour faire gagner la liste de la gauche et des écologistes rassemblés

À l’occasion du premier tour de ces élections régionales, vous vous êtes mobilisés pour que les couleurs de l’écologie soient représentées. Alors que l’extrême-droite porte une ombre xénophobe et rétrograde sur l’avenir de notre région, alors que la droite des cumuls et des privilèges veut la faire basculer dans l’égoïsme généralisé et l’inégalité entre les territoires, nous devons nous mobiliser pour une Île-de-France plus écologique et plus humaine.

Dimanche prochain, il est primordial de nous rassembler pour faire gagner la liste de la gauche et des écologistes rassemblés, menée avec Emmanuelle Cosse, Pierre Laurent et Claude Bartolone.

Télécharger le tract

www.changeons-dair.fr