EELV favorable à l’union… sous conditions

La victoire de Benoît Hamon à la primaire du PS bouscule la stratégie solo de Yannick Jadot et du parti écolo. Par Hugo Boursier le 2 février 2017 pour Politis.

Les écologistes veulent saisir l’opportunité politique d’un rassemblement, mais pas s’enfermer à nouveau dans le piège socialiste. Lundi, sur BFMTV, Yannick Jadot a déclaré : « Si Benoît Hamon est prêt à s’émanciper d’un PS qui n’a jamais fait sa conversion écologiste (…), moi, je militerai, y compris au sein de ma force politique, pour que nous nous lancions aussi dans cette grande aventure de l’écologie et du social. »

Le lendemain, les deux candidats ont déjeuné en tête-à-tête. « Ils ont acté des convergences, et ont confirmé l’envie de faire ensemble », annonce le porte-parole d’EELV, Julien Bayou. « Il y a de plus en plus d’indices qui montrent la volonté de Benoît Hamon de tenir sa ligne », avance-t-il, alors que certains membres du gouvernement, proches de Manuel Valls, comme Bernard Cazeneuve et Jean-Marie Le Guen, l’exhortent de « changer son rapport au bilan du quinquennat ».

Pas de compromis

Le rapport de force est encore incertain au sein du PS. Pas question donc pour Yannick Jadot de faire des compromis. « Il y a un ras-le-bol des arrangements entre partis politiques. Je ne rentrerai pas dans des bidouillages d’appareils », a-t-il assuré dans un entretien au Monde.

Il faut dire que le quinquennat de François Hollande n’a pas épargné le parti des écologistes. Mort de Rémi Fraisse, Notre-Dame-des-Landes, nucléaire, désaccords publics entre Cécile Duflot et Manuel Valls notamment sur les Roms, scission orchestrée depuis l’Élysée avec les départs de Jean-Vincent Placé, Barbara Pompili et François de Rugy, les deux premiers entrant au gouvernement, débauchage d’Emmanuelle Cosse…

Ces événements restent en travers de la gorge de beaucoup de militants écologistes, et suscite forcément une grande méfiance. Du reste, la ligne d’Hamon attire les personnalités et les élus. Le dernier soutien en date ? Nicolas Hulot, qui avait voté pour Jean-Luc Mélenchon en 2012. Son soutien va désormais vers l’ex-ministre de l’Éducation. « Il a montré qu’on pouvait être socialiste et avoir une vision lucide, clairvoyante et ambitieuse sur l’écologie », a-t-il déclaré, alors que plusieurs pétitions appellent à une candidature commune entre Benoît Hamon, Yannick Jadot et Jean-Luc Mélenchon, soutenues notamment par Noël Mamère, député de Gironde, et Michèle Rivasi, députée européenne EELV.

« Rassembler la gauche et les écologistes »

Le vainqueur de la primaire du PS a annoncé, dans son discours de victoire dimanche soir, vouloir « rassembler la gauche et les écologistes », en leur proposant « une majorité gouvernementale cohérente et durable ».

La cohérence, c’est justement ce que demandent les écologistes à Benoît Hamon, en « s’exonérant du PS », comme le confirme le secrétaire national d’EELV, David Cormand. « S’il souhaite rassembler son parti sur une ligne commune avec Valls, ce sera sans les Verts », explique-t-il. Mais s’il poursuit cette « recomposition politique inédite », et qu’il fait « le choix d’assumer son projet avec clarté et cohérence, alors cela laisserait un timing adapté pour faire des projets ensemble », prévient le numéro un d’EELV. Et Julien Bayou d’abonder : « Tant que nous sommes en accord avec le projet, il n’y a rien d’impossible pour l’avenir. »

Un avenir qui reste à écrire. Les écologistes d’EELV sont d’autant plus attentifs au positionnement de Benoît Hamon que Yannick Jadot n’a toujours pas ses 500 parrainages. Le candidat écologiste a assuré sur BFMTV en avoir 350. Or passer cet obstacle est un élément déterminant pour la suite, avec les législatives en ligne de mire.

Lignes de fractures

C’est « la vraie question », pour l’ex-patron d’EELV, Pascal Durand, qui se demande si « les cadres du PS, d’EELV et de la France Insoumise peuvent se mettre autour de la table ». « Avec qui discuter ? », s’interroge Julien Bayou, qui observe, derrière Hamon, les lignes de fractures avec les députés socialistes plus à droite.

Yannick Jadot a maintenu qu’il « n’excluait pas de discuter avec Jean-Luc Mélenchon », même s’il existe des différends importants, notamment sur la diplomatie internationale et le rapport à l’Europe.

Pour l’élu écologiste Alexis Braud, « Mélenchon pense qu’il n’y a qu’une solution pour faire les choses », explique-t-il, « nous pensons que les choses ne se font pas par en haut et qu’il faut construire avec les citoyens. C’est une opposition fondamentale, car cette différence d’approche change votre vision du monde ». Les discussions ne font donc que commencer.

Linky, la lutte continue à Bondy

Le 19 mai se tenait une réunion d’information à l’initiative de des sections locales EELV, PC-Front de Gauche, PS, Bondy Ecologie, de la CNL 93, et de la Ligue des Droits de l’Homme 93, au sujet du déploiement des désormais tristement connus compteurs Linky, réelle gabegie sociale avec la disparition de 15 000 postes de releveurs au niveau national et écologique, puisque des millions de compteurs fonctionnels (durée de vie de 70 ans) seront détruits et que les compteurs Linky devront quant à eux être remplacés tous les 20 ans.

Cette réunion fut un Franc succès, notamment par la participation citoyenne, mais aussi par la qualité des intervenants, notamment Etienne Cendrier (porte-parole de robins des Toits) et Yvan Rougier technicien / syndicaliste chez ERDF, enfin par la prise de position de Sylvine Thomassin, Maire de Bondy, de prendre un arrêté interdisant l’installation des compteurs sur le territoire tant qu’ERDF n’aura pas répondu à nos questions.

IMG_2925IMG_2935

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A la suite de cette réunion un collectif citoyen fut créé afin d’informer, d’agir, par et pour les Bondynois, face à ce déploiement que l’on peut qualifier de déraisonnable et de précipité. Si vous souhaitez les contacter : collectiflinkybondy@laposte.net

Le REFLETS du mois de juillet, un article pose les grandes questions de la municipalité : « En cause, principalement, la collecte de la « courbe de charge » – la consommation électrique heure par heure. Cette donnée est très précieuse pour ERDF, mais elle est aussi très révélatrice d’informations privées : on peut en déduire les présences et absences du domicile, le type de chauffage, les moments où une personne prend une douche… La maire et l’ensemble des groupes de la majorité municipale souhaitent donc qu’ERDF « soit en mesure d’apporter des garanties sur la sécurisation des données collectées ». Dans un courrier adressé au début du mois au distributeur d’électricité, Sylvine Thomassin exige d’obtenir des réponses précises aux questions posées. « La loi oblige ERDF à installer des compteurs déportés aux foyers en situation de précarité énergétique. Que se passe-t-il si une famille bénéficiant d’un tel compteur déménage ? Pourquoi l’ensemble des foyers ne pourraient-ils pas en bénéficier du dispositif puisqu’un des rares intérêts de Linky est de permettre aux ménages de suivre et mieux gérer leur consommation ? Les familles peuvent-elles subir une coupure de courant à distance ? » Enfin, il est également prévu par ERDF de recueillir les informations récupérées dans les logements via les transformateurs implantés dans toute la Ville puis de les envoyer par ondes via des antennes relais anciennes générations du type GPRS. Une technologie obsolète reconnue comme potentiellement cancérogène. Face à ces nombreuses inquiétudes et interrogations – et sans réponses d’ERDF – la municipalité envisage de signer un arrêté en défaveur des installations. »

L’article dans son intégralité, tiré du Magazine REFLETS de juillet 2016

Article Linky

A la suite de la réunion, une lettre fut adressée par la Maire à ENEDIS, nouveau nom d’ERDF, en date du 2 juin 2016.

Lettre bondy ERDF 1

Lettre bondy ERDF 2

Quant à l’arrêté ce dernier a été signé le 22 juin 2016 et envoyé à la préfecture, actuellement la municipalité est en attente d’une réponse. Si vous souhaitez le consulter vous pouvez le télécharger via ce lien.

En tant qu’individu il est difficile d’agir sur cette question. Si votre compteur se trouve à l’intérieur d’habitation, il vous est possible de ne pas ouvrir votre porte lors du passage des techniciens ENEDIS. Dans le cas ou votre compteur serait à l’extérieur et s’il n’a pas encore été changé, nous vous conseillons d’envoyer une lettre recommandée avec accusé de réception à ENEDIS, nouveau nom d’ERDF, en indiquant que vous refusez l’installation du compteur Linky et d’afficher une photocopie de cette lettre sur votre compteur.


Documents complémentaires

Télécharger la demande de recours gracieux d’ENEDIS (Ex ERDF) en date du 13 juillet 2016

Réunion d’information / débat – Déploiement des compteurs Linky – Jeudi 19 mai – Bondy

Sans titre

Avec Linky, ERDF et l’Etat nous imposent une technologie censée réduire nos consommations d’électricité qui dans les faits n’aura que peu d’impact positif et  obligerait même certains ménages à souscrire à des offres plus onéreuses, permettrait aux fournisseurs de couper les compteurs à distance si défaut de paiement, voire de couper l’électricité des ménages en période de forte consommation.

Les compteurs Linky enverront leurs données via des courants porteurs de ligne (CPL), technologie qui relie votre télévision à votre modem internet. Les concentrateurs, répartis sur l’ensemble des transformateurs de la Ville (dont certains sont proches des écoles), communiqueront ensuite avec des antennes relais anciennes générations, potentiellement cancérogènes. Quoi qu’il en soit, le principe de précaution n’est pas respecté pour les personnes  électro-sensibles. Et si ces dernières sont en capacité de refuser l’installation du compteur, le relevé serait à terme facturé 75 €.

Le coût du déploiement, aux alentours de 130 euros par compteur, sera indirectement répercuté sur le consommateur.

Quant au déploiement sur Bondy, ce dernier n’a fait l’objet d’aucune information auprès des services de la Mairie, et certains habitants ont d’ores-et-déjà été mis devant le fait accompli alors que Linky a pour objet de collecter de l’information fine sur la consommation des foyers. Ces derniers qui souhaiteront suivre leur consommation pour mieux la gérer (seul intérêt du compteur Linky), ne le pourront que s’ils payent un supplément, à l’exception  des ménages en situation de précarité.

En Allemagne un déploiement similaire avait été impulsé dans tout le pays mais fut abandonné.

Les partis politiques et associations organisatrices de cette réunion d’information s’insurgent donc contre cette évolution à marche forcée, réelle gabegie sociale avec la disparition de 15 000 postes de releveurs au niveau national et écologique, puisque des millions de compteurs fonctionnels (durée de vie de 70 ans) seront détruits et que les compteurs Linky devront quant à eux être remplacés tous les 20 ans.

Près d’une centaine de communes ont d’ores-et-déjà délibéré contre Linky ou passé des arrêtés. Pourquoi pas Bondy ?

Pour télécharger le TRACT

Tous ensemble pour faire gagner la liste de la gauche et des écologistes rassemblés

À l’occasion du premier tour de ces élections régionales, vous vous êtes mobilisés pour que les couleurs de l’écologie soient représentées. Alors que l’extrême-droite porte une ombre xénophobe et rétrograde sur l’avenir de notre région, alors que la droite des cumuls et des privilèges veut la faire basculer dans l’égoïsme généralisé et l’inégalité entre les territoires, nous devons nous mobiliser pour une Île-de-France plus écologique et plus humaine.

Dimanche prochain, il est primordial de nous rassembler pour faire gagner la liste de la gauche et des écologistes rassemblés, menée avec Emmanuelle Cosse, Pierre Laurent et Claude Bartolone.

Télécharger le tract

www.changeons-dair.fr